HOMME DE BRONZE 3

 

 

ENSEIGNEMENTS

 

 

 

1. Je reviens sur cette notion très importante: le monde est toi.

Sur le plan objectif, c'est très clair : le monde n'est pas toi. C’est la manière de décoder le monde qui est toi. Ta manière de percevoir le monde est une image et cette image c'est toi. Elle est issue directement de ton regard. C'est par ton regard que tu analyses le monde, que tu témoignes du monde, que tu parles du monde. Tu regardes la réalité à travers un filtre, mais il est si déformant que tu finis par ne plus voir la réalité. Il est clair que le monde n’est pas toi mais le monde tel que tu le vois, c'est toi. Sauf lorsque cette Force de la Création, cette Force du Ciel va passer librement à l'intérieur de la totalité de tes cellules. Ce que tu percevras alors, ce n'est plus toi, c'est la réalité, le monde tel qu'il est, avec ses faiblesses, ses couleurs, son côté sombre, ses certitudes, ses joies. Le monde c’est de la beauté, c'est de la méchanceté, c'est de la lumière, c'est du sombre, de la mort, de la vie. Tu peux tout mettre, tout est le monde.

 

Mais toi, où te situes-tu? Quelle est ta petite fenêtre avec ses théories?

 

Même si quelqu'un décode la « réalité » du monde parce que c’est un illuminé confirmé, toi qui l’écoutes tu vas décoder ses paroles selon tes propres filtres et créer ta propre histoire.

Lorsque tu es dans mon espace, il agrandit le tien et tu as, ainsi, une capacité de comprendre, sentir très au-delà de ce que tu peux faire seul. Mais lorsque tu vas te retrouver seul, ce qui te paraît, maintenant, si évident ne le sera plus. Alors, ce n'est pas la peine de vouloir retenir, c’est encore une forme de limitation. Tu es cette limitation.

 

C'est la compréhension de cette limitation qui est le point de départ de la libération parce qu'en fait si on veut vivre un monde différent, il n'y a qu'une seule possibilité : modifier sa chimie interne pour qu’elle puisse décoder un autre monde. C'est le décodage qui est la fabrication personnelle du monde car c'est cela qu’on perçoit comme réalité, même si elle est très relative, même si elle est une illusion. Il n'empêche que cette illusion est ta réalité et c'est avec elle que tu vas vivre.

 

2. Tu vas commencer avec ton conditionnement, avec tout ce que tu estimes vrai, faux, nécessaire ou superflu. Et à force de danser ta propre danse, tu risques de la prendre pour une réalité et cela finira par te satisfaire. Tu seras, alors, tombé dans un système d'aliénation pire que le précédent, qui était produit par l'extérieur. Maintenant, tu t’appliques une règle venant de toi-même, la croyant très vraie. Cela va te transformer en pieux égoïste. Ce pieux égoïste ramène tout à ce qui est lui, à sa perception, à sa manière de décoder le monde, à l'image qu’il en a fabriqué. Et tout ce qui est hors de cette image est faux.

Ainsi, l'homme ordinaire fabrique le monde à chaque instant en fonction de son décodage. Il a cette capacité à se faire croire que ce qu'il est en train de percevoir, maintenant, est une réalité qu'il faut fixer et rendre durable. On part ainsi sur tout un système de théories et de certitudes.

Alors, il ne suffit pas de danser. Il faut encore savoir quoi danser. Sinon, tu mets en place un mouvement sans validation de son origine, de son intention. Sans cette validation, ce mouvement s'entraîne sur lui-même et ton attitude se considère comme normale, évidente.

 

Pourtant, tu es bien obligé de partir de tes évidences, de tes certitudes actuelles, mais en ayant la pleine acceptation qu'elles sont relatives. Alors, par cette attention à ta relativité, tu mets en œuvre et en dynamisation cette force interne appelée PRESENCE, ce double regard, cette Intelligence Intuitive qui est en chacune de tes cellules.

 

3. Le passage entre les hommes de bronze deux et trois, c'est l’attention à la relativité de ta perception. Tant que tu n'as pas cette capacité à relativiser, ce n'est pas la peine de l’aborder. Tu n'auras pas la sensibilité suffisante pour pouvoir percevoir les indications très fines qui te sont données, dans le corps et dans l'esprit, par cette Présence, qui attire ton attention sur ce qui n'est pas juste.

Si tu es certain de toi, tu es très prétentieux. Alors, le troisième homme de bronze va être un joli gâteau au chocolat ! Il va te permettre de te transporter dans l'espace, de communiquer avec les autres, d'avoir des perceptions et sensations étonnantes. Mais tu n’auras pas de transformation profonde et essentielle. C'est le problème de beaucoup de ceux qui se considèrent comme avancés, qui manient bien l'énergie mais très curieusement, il n'y a pas de transformation dans leur vie. La paix du cœur ne s'installe pas. Ils sont dans la confusion habituelle. Ils sont dans les difficultés habituelles. Ils n'ont jamais relativisé leur regard. Ils n'ont jamais porté une incertitude sur leur perception. Les pires sont ceux qui sont soi-disant très spirituels. Ils ont des élans spontanés qu'ils considèrent comme justes car ce sont des élans vers le Ciel. Non ! Il n'y a rien de juste. Un élan vers le Ciel témoigne uniquement d'une attirance. Mais quelle est sa destination ? Est-ce pour construire une nouvelle coercition ou aller vers une libération ? Plus tu travailleras avec moi, plus j'attirerai, continuellement, ton attention sur le moyen, sur l’outil. Ce n'est pas parce qu'on a un outil entre les mains qu’on est quelqu'un d'extraordinaire. Que fait-on avec ?

 

4. Lorsque je regarde autour de moi, tous ceux que j'ai aidés, je constate qu’ils se dépêchent d’aller au-delà des hommes de bronze un et deux, qui sont abandonnés rapidement au profit des trois et quatre parce qu’ils donnent des extensions énormes de communication. Ils développent les pas du danseur, les techniques de danse mais le cœur qui va danser n'est peut-être pas là.

Alors, la question est : faut-il attendre que le cœur soit là pour apprendre à danser ?

Il n'y a pas de règle. Par tempérament, je prends le risque de donner à quelqu'un « plus » qu'il ne peut assumer. Je voudrais lui donner l'envie de rentrer en communication avec ce « plus » qu'il n'assume pas encore mais qu'il peut alors toucher avec le corps et souhaiter le développer. S’il ne le connaît pas, va-t-il arriver à se mettre dans le mouvement lui permettant de le connaître ?

Ce n'est pas du tout évident car la vie est rapide, très difficile, souvent incertaine. Alors, je prends ce risque de donner à quelqu'un toujours plus qu’il ne peut normalement digérer et j'essaie de contrôler, le mieux possible, les petits inconvénients qui peuvent, alors, se produire. Au final, c'est vrai qu'il y a quelques inconvénients qui arrivent dans cette manière de conduire l'évolution. Mais à côté de cela, il y a, aussi, beaucoup de personnes qui se sont trouvées libérées par ce don de quelque chose de plus précieux que ce qu'ils pourraient fabriquer eux-mêmes. Le cerveau moral est toujours en train de regarder les 1 à 2 % d’erreurs de fabrication mais il ne regarde pas les 98 % qui se sont bien passés !

 

Je t'ai positionné l'aspect logique du mouvement, du mûrissement naturel : passer de l'homme de bronze deux à l'homme de bronze trois lorsqu’on a perçu la relativité de sa perception au monde. C'est le mûrissement normal, naturel et souhaitable.

Mais, tout ce que j'ai fait sur la Terre, tout ce que j’ai appris à l'humain, c'est d'accélérer le mûrissement, le processus. S’il y avait des voyous dont il fallait que je m'occupe, des voyous qui dégradent les maisons, les murs et salissent partout, par tempérament, je les installerais dans un château luxueux contenant des objets très précieux. En contact avec cette beauté, cette préciosité des objets, cette finesse de la décoration, peut-être n'auront-ils plus envie de salir les murs, casser l'immeuble. Je crois que ça devrait bien fonctionner ainsi. C'est toujours comme ça que j'ai fait. J’ai toujours donné plus que ce que les gens pouvaient assumer naturellement. Cependant, derrière, il faut toujours très bien contrôler. Et en final, je suis content du résultat.

 

5. Qu'y a-t-il en toi qui va fonctionner sans ton système de conscience et de lucidité pour t’attirer dans une manière d'agir, une manière de danser ?

En d'autres termes, je pourrais résumer tout le travail par la connaissance très intime de ces possibilités de séduction. L'action de séduction est instantanée. Tout de suite tu vas être entraîné dans le mouvement. Après, tout va t'apparaître comme allant de soi. Alors, il te faut une aide pour percevoir le moment où la séduction intervient, comme un claquement de doigts. C'est seulement à ce moment que l'on peut dire : « Stop ! ».

 

Quand tu abordes le troisième homme de bronze, c'est véritablement avec cette attention sur les possibilités que tu as de percevoir ton attirance, qui par la force de l'habitude aime se faire jouir d'une certaine manière.

 

 

 

****************

 

 

 

REGARD de DIEU

 

Le diable est mon jumeau

 

 

Je vais maintenant t’entretenir du Treillis. Mon propos n'est pas de te donner un enseignement scolaire. J’ai toujours comme orientation et objectif que ton corps et ton esprit soient réunis, que tout ton être puisse toucher pleinement la perfection de la Création, vivre avec, jouir avec et agir avec.

Continuellement j’ai parlé du Treillis. Dans chaque opération, dès mon premier mot. Car dans chaque événement, dans chaque pratique, dans chaque technique, il y a le Treillis, et pas seulement autour, mais aussi dedans.

Quand tu parles de libération, de quoi te libères-tu ? Quel but à la libération ? Qu'est-ce que c'est que la prison dont on parle ? Parlerait-on de libération d'une prison si on n'était pas emprisonné au préalable?

 

Donc, on est toujours en train de parler du Treillis, on est toujours en train de travailler dans le Treillis et avec le Treillis.

 

Ce n'est pas la peine de parler d'illumination sans l'existence d'une cagoule sur la tête qui te ferme les yeux et qui rend tout obscur et ignorant. L'illumination porte bien son nom : tout est illuminé, éclairé. Enfin on voit tout ce qu'il y a dans la pièce, tout ce qu'il y a autour et on comprend tout.

Je t'ai dit mille fois que le relatif et l'absolu sont toujours mélangés. On parle de l'absolu parce que le relatif est là. Autrement, on ne parlera jamais d'absolu. Ce serait tout simplement « Ça ».

 

Lorsque l'on parle de l'Ancien Testament, c'est parce qu'il y a le Nouveau Testament. Avant, ça s'appelait le Testament tout simplement. Tous les mots et les définitions s'installent par rapport à un alter ego, par une force de contradiction, une force d'opposition. En fait, elle s'installe parce qu'il y a une inversion, parce qu'il y a une opposition. Donc, tout ce que tu es en train de faire là, tout ce que tu es en train de tenter, de comprendre, c'est parce qu'il y a l'existence d'une ignorance. Quand tu tentes de vouloir te libérer c’est parce qu'il y a l'existence d'une prison. En définitive, quoi que tu fasses, quoi que tu décides, quelle que soit la manière dont tu agis, il y a le Treillis, qui est là, qui est avec toi, qui est toujours avec toi. Il n'est plus là que lorsque tu vas pouvoir être pleinement dans ce Silence qui anime tout. Et on ne peut réellement aimer tout simplement qu'à partir de ce Silence.

 

Il n'y a que ce Silence qui aime.

L'Amour est l'Action de ce Silence.

 

Lorsque je dis cela, j'ai déjà institué l'existence d'un espace bruyant. Donc, dès qu'on rentre dans une forme de condensation on est déjà dans la séparation. Il y a des discussions sur les modalités de ce qu'est aimer, de ce qu'est agir. En revanche, lorsque tu es dans ce Silence, ce Silence qui anime tout, ce Silence qui aime, où l'action et le mouvement de ce Silence sont l'amour, là, c'est un mouvement qui n'a pas de référence par rapport à autre chose. Il n'y a pas d'opposition. Il n'y a pas une existence par rapport à autre chose. Il n'y a pas une forme de comparaison. C'est ainsi. Ça ne peut pas être autrement qu'ainsi. On ne dit même pas que c’est juste, ça ne peut tout simplement pas être autrement que comme ça parce que c'est comme ça que ça fonctionne. Et c'est dans ce Silence-là que je tente de t'amener. Si je tente de t'amener quelque part, dans ce Silence, c'est parce qu'il existe la bruyance. Un monde de non Silence. C'est excessivement important que tu comprennes cela pour que tu puisses te détendre durant ta recherche et ne pas paniquer lorsque tu sens le Treillis si proche de toi en train de t’entourer et de tenter de te pénétrer.

 

Mais le Treillis sait cloner ce « Silence ».

Alors quelle est la différence entre le « vrai » et le « faux ». C’est facile.

Le « faux » est lourd, il anesthésie les sensations, les sentiments. Il fait oublier tout ce que l’on a reçu, compris. Tout s’évanouit comme un conte de fée. Il ne donne aucune impulsion à l’action. Au contraire il pousse dans une immobilité, une recherche de tranquillité, une lassitude, une envie de ne pas se mêler à la tourmente… Il condamne tout ce qui ne semblerait pas « sage » et « modéré »… C’est un fuyard qui cherche à masquer son manque de courage derrière de grandes considérations inventées par le reptilien. La fatigue est au bout… et accélère encore plus l’envie de « tout lâcher ».

Le « vrai » est impulsion à l’action, enthousiasme à entrer dans la mêlée car c’est là où se situe la vie, le mouvement présent. D’ailleurs, IL ne peut pas faire autrement. Tout le corps vibre !!!!... l’action est IMMEDIATE … Aucun doute sur la Réalité de l’action… l’énorme force qui coule alors dans le corps en est le témoignage. Une vitalité fantastique soutient le corps en action … et le répare de ses blessures.

 

La prétention de l'humain, ta prétention, c'est de te croire toujours un être séparé du reste. Tu crois que tu es un être qui a sa conscience particulière, qui a son vouloir particulier, et qui peut, comme il veut, aimer ou ne pas aimer, prendre ou rejeter, décider ou subir. C'est ta prétention d'humain. Mais quand tu es dans cette prétention-là, tu es déjà dans le monde de la bruyance, tu es déjà dans le monde du non Silence parce que quand tu es dans le Silence, tu t'aperçois que tu n'as pas cette individualité propre, tu n’as pas ce vouloir propre, qu'il n'y a pas cette décision propre parce que tout simplement il n'y a pas de décision, il n'y a pas de vouloir.

 

Il y a tout simplement : c'est comme ça !

 

Souvent des gens me demandent : « Comment fais-tu pour connaître tout cela, comment fais-tu pour pouvoir agir ainsi ? » Certains vont même me demander d'où je tiens tous ces pouvoirs d'action et de compréhension. Comme j'ai toujours un petit caractère humoristique je réponds souvent que c'est simplement parce que je suis très copain avec Dieu. Si on me demande quelque chose sur le diable, dans le même mouvement d'humour, je devrais dire : « Oui oui, je le connais très bien aussi, c'est mon frère. Le diable est mon frère. » Et ce n'est pas seulement un frère comme tu peux avoir l'habitude d'avoir un frère et une soeur avec deux ou trois ans d'écart. Non. Là c'est mon frère jumeau.

Si tu ne comprends pas ça intimement, si tu n'en as pas une compréhension physique tu ne sortira jamais du Treillis car tu le prendras comme quelque chose d'extérieur à toi, d’extérieur à tout ce mécanisme, comme si tu étais indépendant de tout, pouvant tout décider, prendre ou stopper, aimer ou ne pas aimer, être attiré ou être repoussé, alors que lorsque tu fais un mouvement dans un sens, il y a toujours l'autre mouvement dans l'autre sens qui se fait.

 

C'est la loi de compensation de l'univers.

 

C'est une loi d’auto-contrôle qui existe dans l'essence même de la Création. C'est ce qui gêne beaucoup tous ces étudiants des religions, tous ces soi-disant grands maîtres. Encore très récemment dans un monastère dédié à Saint-Michel archange, on me posait la question de savoir si en final, le diable n'avait pas été créé par Dieu. En fait est-ce que Dieu n’avait-il pas créé le diable pour nous faire bouger, nous punir de quelque chose ? C’est toujours leur préoccupation : mais d'où vient ce diable ?

Parce qu’ils sont bien emmerdé avec cette question autour de laquelle ils tournent depuis des millénaires. Tiens, il faut les comprendre !... Si Dieu n’a pas créé le Diable, c’est qu’IL n’est pas le patron absolu de l’univers !!!!... Merde alors !... On ne peut pas compter sur LUI en sécurité absolue… LUI aussi il est débordé par le côté et se trouve emmerdé par un « étranger » qui s’est créé tout seul…

…. Et si c’est LUI qui a créé le Diable, alors c’EST un vrai sadique d’avoir mis cet Etre ignoble à perturber les pauvres humains qui ne voudraient que Paix et Tranquillité !!!!!

 

Je vais te parler de tout ça, te montrer les moyens d'action de ce Diable. Mais aussi te dire comment et te montrer comment tu peux vivre pleinement ta vie, être véritablement copain avec Dieu et pouvoir, aussi, vivre avec ce frère jumeau. Que tu ne te contentes pas de contrôler mais que tu tentes, aussi, d’aider parce que finalement tu es obligé de t'occuper de ce qui est et ce n'est pas la peine de rêver de ce qui devrait être ou de ce qui pourrait être.

 

Il y a un équilibre constant entre la force de l'union et la force de séparation.

 

Dès que quelque chose se crée, la force qui permet d'équilibrer est aussi là. C'est ce qui te permet de pouvoir écouter maintenant mes enseignements. Pas seulement de les écouter et les comprendre, mais c'est ce qui te permet de pouvoir les utiliser.

Tu peux te demander ce que je veux dire, qu'est ce que tout cela signifie ? Je prends seulement la constitution de ton corps énergétique. Pendant les 2500 ans qui viennent de se passer, les points énergétiques principaux de ton corps, ceux qui sont essentiels parce qu’ils te donnent le codage de l'ensemble de tes fichiers informatiques, c’était les points qu'on appelle « foi, croyance ». Et c'est pour ça qu'il y a toute cette foi de l'Ancien Testament, du Nouveau Testament, de l'Islam, du Bouddhisme. Tout cela s'est installé pendant cette période de 2500 ans environ. En fait, c'était l'attraction, la mobilisation naturelle de ton système énergétique.

Pourquoi ce n'est pas resté ainsi ? Il y a toujours une question d'évolution. Tu as un orteil qui pousse, ensuite deux orteils etc. C'est ce que voudrait te faire croire et t’expliquer beaucoup de biologistes ou de physiciens travaillant sur l'évolution de l'espèce humaine. En fait, quand tu sais exactement ce qui se passe, tu remarques qu'il y a toujours un mécanisme de compensation énergétique.

Si pendant 2000 ans, 3000 ans les gens avaient utilisé cette force de communication avec le Ciel, cette force du coeur, dans le sens de son intention initiale, de son codage initial, c'est-à-dire cet amour entre les hommes, cette aide à vivre entre les hommes, il y aurait eu un déploiement toujours plus fort de cette force du cœur. Si l'homme avait utilisé sa puissance énergétique du coeur à aider l'homme à vivre, à grandir, il aurait construit quelque chose de magnifique sur la Terre.

Mais que s'est-il passé ? Tu n'as qu'à regarder un peu l'histoire, les sociétés et les religions. L'homme a profité et profite toujours de son pouvoir pour aliéner l'autre. Il y a toujours la montée de systèmes hiérarchisants liés au pouvoir et au cerveau reptilien.

Prends tout simplement les quelques siècles qui viennent de se passer dans le monde occidental dans lequel tu vis. Regarde seulement à l’époque des rois absolus. Ca ne fait pas très longtemps, 3-4 siècles, il existait le servage des hommes, comme des esclaves. Pas seulement des esclaves qu'on allait chercher dans des pays lointains. Je parle de ceux qui étaient là, sur place, qui naissaient en France, en Allemagne, en Italie... Le seigneur était propriétaire des gens. Il pouvait en faire ce qu'il voulait, c’était des serfs car ils étaient en servitude. Et tout ça dans un monde très chrétien !!!!!!!

On pourrait aller aussi très près dans nos vies actuelles. Mais même au début de ce siècle, le dimanche n'existait pas, on travaillait sept jours par semaine. Quant aux célèbres congés payés ils ne datent que de 1935.

Mais on reste toujours dans cette exploitation. Regardons seulement les conditions de l'ordre extérieur. Dans le monde chrétien catholique, avoir seulement son dimanche pour aller à la messe, c'est-à-dire le dimanche pour Dieu, est très récent. Il n'y avait pas de dimanche pour Dieu dans les siècles précédents. Pourtant, c’était un monde très chrétien catholique !!!!!!! Et si l'on parle des orthodoxes c’est pareil.

 

Dans ce cas-là, lorsque tu as une force énergétique qui n'est pas employée dans sa destination, de son codage originel, qui est toujours un codage de l'amour universel, de l'acte amoureux naturel,

…… il y a le développement d'une force de compensation, de contraire, voire même de destruction.

 

C'est ainsi que dans l'exemple que j'ai pris par rapport au flux énergétique de la foi, qui était la structure principale du système énergétique de l'humain depuis presque 3 000 ans, il y a eu un si mauvais emploi de cet élan naturel, qu’il y a eu automatiquement le développement de la force de compensation qui est toujours en potentielle dans la cellule, dans la particule. C'est ce qui s'est passé pour l’homme. Il y a eu le développement de ces structures de communication excessivement puissantes, qui existent actuellement dans le corps humain.

 

Ainsi, le corps humain n'est plus une structure énergétique de « foi » mais c'est une structure énergétique de « communication ».

 

C'est très normal qu'il y ait cet engouement pour Internet, pour les téléphones portables … pour tout ce qui est de l'échange, d’un regard « autrement »… car il n'y a que la communication qui peut venir mettre fin au pouvoir de la foi du charbonnier.

La foi du charbonnier c'est vraiment ça la structure initiale de ce coeur depuis 2500 ans environ. Croire sans savoir parce qu'on sait que c’est juste, c'est-à-dire croire dans l’obscurité. Le charbonnier ne comprend rien du tout, mais il croit parce que son cœur-esprit sait que c’est juste. Et donc, pour s'opposer à cette foi du charbonnier, qui avait pris une extension si malveillante pour l'humanité, il fallait un éclairage, une lumière, une autre forme de communication.

 

Toute communication qui vient de l'extérieur est une nouvelle lumière qui met en relativité ce qui a été installé en mémoire dans tes cellules par les générations précédentes, les siècles et les millénaires antérieurs.

 

Chaque information est une illumination qui vient éclairer différemment tout le système de la mémoire dans tes cellules. Et ce sont ces mémoires dans tes cellules qui vont mobiliser ta chimie interne et te faire fonctionner d'une certaine manière.

Tu as bien remarqué que lorsque tu as un problème, une difficulté avec quelqu'un, si tu restes tout seul avec ton histoire tu fermes ton espace, tout va devenir dur, il va aussi y avoir des contractions physiques.

 

Il y a du malheur là-dedans.

En revanche, si tu as le courage d’aller aborder le problème,

d'attaquer franchement la discussion,

tout va se détendre. Quelque soit le résultat de la discussion, tout va se détendre.

 

Mais on s’enferme dans leur peur des « vagues » et on fuit l’événement.

D’autres ouvrent encore plus leur vie, comprenant que cela pourrait leur arriver aussi s’ils manquent de vigilance sur leur comportement réflex.

Seule la Vérité et sa « communication » libère.

 

Certains disent : « la pauvre …. !!! » et cherchent à « la comprendre ».

Ils se sont enfermés dans l’espace qu’elle a créé et ils ont perdu leur vitalité.

Certains perçoivent la Liberté qui s’ouvre pour leur vie. Ceux-là cherchent à comprendre

« la blessure de la Dignité ».

Très curieusement ils L’aiment encore plus.

Ils sentent une force nouvelle dans leur corps et un enthousiasme dans leur cœur pour l’avenir.

 

Beaucoup vont dans cet événement avec deux pieds bancals :

-l’ancien dans la « foi » d’une croyance « que le Bien vient à bout de toutes les difficultés sans aucune intervention par soi-même : il suffit de « croire » … »

-le nouveau dans la connaissance de l’Ordre de l’univers…en disant « ce n’est pas bien »…

 

Chacun fait son résultat selon l’ampleur de la communication et de l’ouverture qu’il fait avec l’événement qui est la Réalité de la vie.

 

Tu as un passé millénaire dans chacune de tes cellules. Tu n'as pas que ton histoire à toi. Tu as le passé de l'humanité. Soit tu utilises tes mémoires pour fonctionner en circuit fermé et tu vas refaire tes petites histoires personnelles, c'est-à-dire essayer de rejouer les coups différemment mais à l'intérieur de la même pièce, de la même prison… ou bien tu vas amener une information complémentaire, une lumière de l'extérieur qui va t'éclairer autrement.

 

Donc, si tu peux maintenant m'écouter et même avoir la possibilité de me comprendre et de sentir en toi que ce que je dis là est juste, si tu as la possibilité de pouvoir faire, pratiquer et sentir quelque chose, c'est parce qu'il y a ce flux énergétique, cette force de communication dans ton corps énergétique, c'est-à-dire dans ton espace de vie qui est venue remplacer le flux de la foi du charbonnier.

Sans cette graine de compensation, qui existe automatiquement dès que quelque chose est créée, tu ne pourrais pas m'écouter. Il n'y aurait même pas la possibilité d'envisager le moindre enseignement de libération.

 

Et donc si je dis que Dieu est mon copain, le diable est mon frère jumeau.

 

PS : Si le système de communication, qui est le principal à l'intérieur du corps énergétique de l'humain, est mal utilisé, si on ne l'utilise pas selon le codage initial qu’il y a dans tes particules (cet Amour colossal de la Création), il va aussi y avoir le contrôle à l'intérieur de chacune de tes cellules de ce mouvement devenant pervers. Cette force de contrôle, qui est en potentialité dans tes cellules, va se développer, prendre de l'ampleur… Que sera donc le futur Homme sur la Terre ?