Homme de bronze n° 4

 

Communication

 

 

 

Cet homme de bronze est la puissance de la communication, donc par essence même, la structure énergétique participante à la vie. C'est lorsque nous entrons dans ce domaine que nous commençons à être un être véritablement vivant sur la terre, en participation à l'humanité. Nous sommes là pour agir, participer, communiquer. L'action est elle-même le créateur de l'enthousiasme.

Le quatrième homme de bronze porte tout cela en lui. Ce n'est pas seulement un encouragement à l'action, c'est l'action qui va développer continuellement l'enthousiasme.

 

Nous n’abordons cette étape que lorsque tu sens la chambre à air en périphérie dès que tu fais une pression sur ton Tan Tien ventral. Lorsqu'elle est là, tu fermes le périnée tout en continuant à pousser sur le Tan Tien. Le bol se constitue, très moelleux, très souple, à l'extérieur de toi.

Pour reconstituer l'homme de bronze numéro trois, on peut prendre un raccourci, être plus aérien, plus précis et enthousiaste. Un léger mouvement de ton corps, un léger balancement te permet de percevoir l’axe central. Ta position va légèrement se modifier, reprendre un alignement parfait. Même si l'axe central existe de lui-même, il n'empêche que c'est sa pleine conscience qui fait la modification corporelle.

Ensuite, par une pression sur ton Tan Tien du ventre, comme une main qui presse sur un citron, un quantum d'énergie va à la poitrine car telle était ton intention. Tu presses sur lui jusqu'à ce que tu perçoives bien la chambre à air extérieure du cœur. Tu fais le même travail que pour le ventre. Lorsque que c'est perçu, tu fais la même chose pour la gorge.

Puis au front. D'abord intention et volonté de l'énergie au front, pression sur le Tan Tien, projection d'énergie dans le canal central. Il peut y avoir un léger réalignement de ta tête lorsque passe l'énergie. Ensuite, tu presses dans la tête. Je te rappelle que les pressions dans la tête et le cou sont toujours douces, longues et subtiles.

Puis porte un peu d'attention à la fontanelle et il y a, aussi, une énergie qui part du ventre et la traverse. Contente-toi de regarder.

 

Maintenant, c'est très simple. Tu vas pousser globalement sur le Tan Tien du ventre. Il y a une alimentation qui se fait dans toutes les autres chambres à air supérieures. Toutes sont reliées à ton Tan Tien ventral. Tu fais tourner l'ensemble ventral. Cela entraîne la même mobilisation dans toutes les autres chambres à air. Au fur et à mesure, les chambres à air extérieures vont augmenter et il y a une chambre à air totale qui s'installe autour de ton corps. Tu peux porter une attention complémentaire à ta fontanelle pour la fermeture complète si elle ne se fait pas toute seule.

Regarde autour de toi. Tes bras et jambes sont déjà englobés dans la chambre à air. Le travail sur l'axe central les englobe spontanément.

 

Tu passes, maintenant, au quatrième homme de bronze. C'est tout simple. Tu fais un trou dans la chambre à air extérieure du ventre. Ta volonté devrait suffire. Si elle ne suffit pas, tu envoies le Tan Tien et tu tiens avec l'expiration jusqu'à ce que ça fasse la percée. À ce moment-là, l'énergie dans la chambre à air va pouvoir se diffuser à l'extérieur. Le même mécanisme se fait sur les autres chambres à air supérieures. Au début, tu feras peut-être, la chambre à air du ventre puis celle du coeur, puis celle de la gorge et du front, soit par l'attention si cela suffit, soit par la pression. Plus tard, tout se fait instantanément. Tout ce qui se fait sur la chambre à air du ventre, se fait, automatiquement, sur les chambres à air supérieures parce qu'il y a eu la connexion totale entre le Tan Tien ventral et tous les autres Tan Tien supérieurs. Tu continues à presser et faire tourner. C'est cette énergie tournant dans la chambre extérieure qui fait l'épanouissement, l'agrandissement de la boule d'énergie autour de toi.

 

Si tu regardes bien, tu t'aperçois que dans la bulle totale, il y a tous les systèmes de chambre à air, mais moins apparents. C'est comme lorsqu'une image devient plus floue lors de la mise au point sur une autre image. L'image est très nette sur ta bulle extérieure et la réalité des chambres est plus floue. Ce sont des réalités énergétiques. Ce n'est pas du virtuel.

Il y a la mise au point de la vision sur la bulle externe et on ne perçoit plus la bulle interne, celle issue des chambres à air de l'homme de bronze trois. Porte attention à ce processus. Tu t'aperçois qu'il y a la construction complète de tous les hommes de bronze à l'intérieur de cette bulle, à l'intérieur de l'homme de bronze quatre.

Refais cette mise au point photographique en rentrant à l'intérieur de toi. Tu percevras les limites, d'abord de la bulle de l'homme de bronze trois, à l'intérieur de cette bulle les chambres à air de l'homme de bronze trois. En face interne de ces chambres à air, tu percevras la ceinture énergétique de l'homme de bronze deux, et tu percevras, encore, ton axe central. Tu ne percevras plus rien de l'homme de bronze un puisque c’était une pression contre une résistance extérieure pour mettre en mobilisation son énergie interne. Une fois cette mobilisation faite, elle aboutit à la présence et à la conscience de la ceinture d'énergie interne, qui est concrétisée par l'homme de bronze deux.

Regarde comme c’est joli, c’est avec une complétude que tu te déplaces en permanence. Il n'y a donc jamais l'abandon de quelque chose pour autre chose. Il y a toujours la complétude, partout et toujours. C'est magnifique et te permet le travail sur toi et les autres puisqu'en fonction de tes possibilités de contact, de perception, de mise au point de ton appareil photographique, tu sais sur quel territoire tu peux agir. Tu sais quel est pour ce territoire, son relatif et son réel. Et tu travailles dessus.

Là, déjà, tu es dans l'action sur toi-même. Tu t'aperçois que tu peux aller à l'extérieur dans ta perception, dans la mise au point de ta vision et tu peux venir vers l'intérieur et retravailler, s'il y a utilité, sur n'importe lequel des points.

 

Avec un envoi d'énergie dans le canal central vers ton périnée, tu décolles la bulle. Il y a un agrandissement, qui se fait dans toute la partie basse du corps. Tu fais de même pour la fontanelle.

Tu perçois une bulle d'énergie fantastique autour de toi, comme un liquide amniotique. Toi, tu es cet axe central et ce mécanisme de roues. Tu n'es que cette présence. C'est confortable. Tu es en train de participer à ce que tu es. Tu n’es plus en linéaire mais tu es spatial.

 

Plus tard, tu sauras tout ce que tu peux faire, communiquer et agir avec cette bulle de l'homme de bronze quatre. Pour le moment circule, joue et prends conscience de ce que tu es. Sois intime avec ce que tu es. Perçois-toi avec ce confort, avec cette communication avec toi-même.

 

Tu perçois, maintenant, comment le quatrième homme de bronze s'est fait naturellement par une accélération du troisième. Quand le troisième homme de bronze est devenu si aisé, facile, spontané, il suffit de mettre l'énergie en dynamisation dans les chambres à air, la bulle globale se constitue, puis l'extrusion se fait. On peut se sentir, se percevoir immense.

 

Tu peux rester ainsi longuement. C'est une méditation en soi. C'est, en soi, beaucoup plus important que ce que tu pourras faire avec l'homme de bronze quatre, avec cette bulle énergétique. L'outil est beaucoup plus important que le résultat que l'on pourra obtenir avec. Porte vraiment ton attention à l'outil. Lorsque tu es dans cette attention, tu es en modification très puissante de ta chimie interne parce qu'il y a une mobilisation extraordinaire et toute nouvelle de tes cellules du corps et de toutes les mémoires de tes cellules. C'est une véritable révolution, qui s'installe à l'intérieur de toi. C'est la véritable révolution. C'est une révolution interne, silencieuse.

 

Prends ton temps. Quand tu as mobilisé cet espace d'énergie en toi et autour de toi, tu ne restes pas le même. Tu es à chaque fois modifié. Cette modification est perceptible dans ta mobilisation, dans ta communication, dans ta participation à ta vie de tous les jours.

Alors, avant de te précipiter dans les techniques extraordinaires que l'on peut mettre en place à partir de cet homme de bronze quatre, prends intimité avec cet espace, avec ton nouveau toi-même. Cet espace-là est toi. C'est toi qui peux enfin et véritablement, échapper à l'emprisonnement de toutes tes forces de vie dans tes cellules, qui peux échapper à la coercition culturelle, religieuse, affective et sentimentale.

 

Quand tu sortiras de la pratique, tu le feras en toute tranquillité. D'abord avec l'intention d'en sortir. Avec cette intention, tu constates qu'il y a déjà une modification d'attention. L'appareil photographique commence à faire sa mise au point sur une autre dimension. Progressivement, tu vas te sentir de plus en plus matériel, serré, froid. Mais c'est ainsi. Il faut, aussi, vivre sa vie ordinaire. Puis tu vas légèrement bouger autour de ton axe central. Tranquillement, une respiration plus ordinaire va s'installer. Tu reviens tranquillement dans un état ordinaire, l'état habituel pour ton action dans le monde. Tu bouges physiquement et tu perçois qu'en même temps tout est modifié, même si extérieurement, il y a le même corps, la même main, la même jambe, la même pièce. Extérieurement, c'est la même chose, mais en même temps il y a quelque chose de très différent. Il y a une nouvelle manière de respirer, de sentir, de vivre, d’accueillir l'événement. C'est cela qui va t'accompagner dans toute ta journée. Ce nouveau regard, cette nouvelle respiration, ce nouvel accompagnement. C'est ainsi que ta vie se modifie de proche en proche, jour après jour, événements après événements, sans devoir faire de grandes excitations comme un guerrier. Tout se modifie tranquillement de lui-même.

 

La Voie Directe n'est pas une voie de l'effort, c'est une voie de l'accompagnement, de l’attention, d’accompagnement dans l'événement.

 

 

COMMENTAIRES

 

Lorsque je parle de la vue, ça ne veut pas automatiquement dire : voir. Lorsque je parle d'objectif photographique ce n'est pas forcément une vision. C'est aussi un sentiment, une intelligence, un cœur. Tu peux percevoir de quatre manières : la vue, l’intelligence, le cœur, la compréhension. Mais, quel que soit le moyen, il y a une mise au point de l'outil. L'exemple de l'appareil photographique permet de bien te faire ressentir ce principe. Tu dois rechercher la netteté, la précision, et décider sur quoi la netteté va agir, quel événement va être clair, le reste pouvant devenir plus ou moins flou.

 

 

 

****************

 

 

 

ENJEU 3 de la VIE

 

Le troisième joueur :

 

souffrance-manque

 

Et oui ! Il existe un troisième joueur. Tu vois bien que le jeu est pourri dés le départ ! Ce joueur est un joker construit par le Treillis pour te faire croire que tu peux jouer « librement » ta vie selon ta volonté et ton « sentiment ». En fait ce joueur est la carte maîtresse du Treillis pour faire passer sa volonté dans ton action en te faisant croire qu’il n’y est pour rien. Un vrai faux jeton, le mec ! Un super tricheur ! Tu ne croyais tout de même pas que la partie allait être aussi facile entre TOI ORIGINEL et TOI raisonné ? Il va falloir encore un peu grandir dans ta compréhension et l’attention à tes vibrations se développant dans ton corps lors des événements.

 

Bon, je sais, je te fais languir ! Tu as l’impatience de la découverte ! Je sais, tu es un véritable chercheur de vérités ! Si tu te trompes parfois, même très souvent, pour ne pas dire « tout le temps », c’est juste pour tester tes capacités de corps à découvrir spontanément l’erreur. Tu es une personne « toujours » au travail ! Alors pas la peine de t’expliquer, puisque tu l’as déjà compris que ce joker, c’est le joueur qui manipule la relation entre la souffrance et le manque.

 

Alors, bien que tu sois un être bien évolué, comme je viens de le dire et très humblement le reconnaître, allons pas à pas dans cette randonnée pleines d’épines.

 

1.Je te parle de la souffrance « psychologique » qui bien sûr a des répercussions sur le corps qui peut aussi enregistrer des souffrances physiques. Cette souffrance est toujours le résultat d’un manque. Ce manque n’est pas un vide mais un poids. Chacun a pu le constater dans sa vie. Lorsqu’il manque un être cher, on ne se sent pas léger mais lourd, oppressé. En fait la souffrance qui est enregistrée par le corps et l’esprit est la réaction à un manque. Alors la question est toujours de savoir « quel poids » que l’on ne peut pas supporter de porter ? Cela va déterminer les choix de vie et d’action. Ces choix apparaîtront très naturels au motif qu’il est inutile d’être maso. Pourquoi se faire déplaisir alors qu’il semble si naturel et évident de se faire plaisir. Les personnes qui utilisent les techniques de la Voie Directe me rappellent d’ailleurs fort souvent que je dis que cette Voie se développe dans la détente et pas dans la souffrance et la coercition.

 

Telle est la relation entre le manque et la souffrance. C’est un mécanisme énergétique constant. Aucun jugement de valeur. La personne souffre VRAIMENT et c’est une vérité physique.

 

2.Pour aller plus en profondeur il faut maintenant se poser la question : d’où vient le manque ? C’est là où la qualité de la personne va intervenir. Puisque tu as bien su regarder et comprendre à l’intérieur de toi, tu sais que chacune des « petites boites » est une entité complète qui possède tout en elle pour alimenter son histoire et son action. Donc un « manque » est toujours lié à un des éléments de fonctionnement d’une des boites. Par la « souffrance » on sait dans quelle petite boite se trouve l’intelligence raisonnée qui subit « le manque ». Mais pour cette intelligence prisonnière de la boite, ce manque est inadmissible, dangereux, perturbateur. Il faut à tout prix y remédier avant qu’il ne crée une perturbation émotionnelle qui va ensuite se répercuter sur la vie. Les références de cette petite boite deviennent des « absolus ». Il n’y a plus de possibilités de « relativiser » lorsque se trouve en jeu le « déplaisir » de la vie. Le joker joue sa carte ! Puissante, déterminante, naturelle !

 

Un exemple vécu : je suis dans une maison riche. La jeune fille pratique l’équitation trois fois par semaine. Un jour elle n’a pas le cheval qu’elle veut. Elle en fait une grande histoire émotionnelle. La mère intervient immédiatement. Contacts avec le directeur, exigences … Bref, le problème est arrangé.

 

Alors je signale qu’il y a quelque chose de pas très normal dans ce double comportement, autant de la fille que de la mère. … La fille bénéficie d’un sport que beaucoup d’autres aimeraient et ne peuvent pas se payer. Elle pourrait donc être remerciante à la vie de lui donner cette possibilité et être un peu humble si elle n’a pas « exactement ce qu’elle veut ». Quant à la mère, c’est renforcer encore une prétention et ne pas amener l’enfant à « relativiser » la vie et sa chance. Donc pour moi « rien » de digne dans ce double comportement qui amène le riche à se plaindre qu’il n’a pas assez de crème dans sa soupe déjà bien épaisse.

 

La réponse de la mère fut très claire : chacun « dans son monde » a ses problèmes et ses déchirures émotionnelles. Il n’y a aucune différence entre les déchirures des pauvres et celles des riches. Seule compte la déchirure qui va ensuite impliquer la vie de l’être. Donc son action de mère riche est d’intervenir pour que son enfant ne soit pas déchiré et perturbé pour l’avenir. Les pauvres ont leurs problèmes, les riches ont les leurs ! Point final et à la ligne !

 

A me lire vous pensez peut être « quelle femme égoïste !» Alors, je vais vous déchirer un peu, comme moi je le fus beaucoup, en vous disant que cette mère était l’une des femmes Allemande que j’ai amené à un niveau très haut après des années de travail. Elle a des perceptions énormes du Ciel. Elle se dit une amoureuse de Lui, une Fille de Lui … cela pour le premier pied, pour le premier joueur. Elle croyait aussi bien maîtriser le second joueur, le Treillis en direct. Elle aide d’autres personnes à se « transformer» avec un bon succès car elle a beaucoup de puissance que j’ai libérée de ses cellules …

 

Mais elle ne savait pas se libérer du « joker » qui enferme le cerveau analytique dans une petite boite et rend tout si simple, si évident, si NORMAL ! SI ABSOLU !!!!!

 

Petite histoire intéressante, n’est ce pas ? Par mon explication dans « enjeu 2 de la vie », tu sais que tu as deux joueurs dans ton corps, deux pieds pour agir. Sur lequel vas-tu t’appuyer ? Tu te crois fort par ta connaissance pour ne pas te faire manipuler par le Treillis. Tu oublies le « joker » ! … Il t’enferme dans une référence besoin-manque-souffrance. Il est bien sûr si naturel et évident de tenter de se soustraire à cette souffrance ! Alors tu tombes dans les références « absolues » qui ne se discutent pas sur elles-mêmes. Car avec quel outil tu vas « discuter » ? Avec ton cerveau analytique … celui-là même qui a créé le joker !

 

Alors il ne te reste que ton cœur pour « relativiser » ton manque. Pour aider ton cœur, la Voie Directe te fournit des outils, dont l’un des plus importants dans ce sujet, est l’ouverture des mémoires profondes qui te permettent de comprendre, sentir, vivre la dimension du Ciel sur la Terre. La perfection en mouvement !

 

J’écris ces lignes, je dis ces mots …. maintenant … Je suis en Indonésie, un des pays le plus pauvre du monde. Je reviens d’une promenade à vélo au milieu des rizières de Java. Lorsque l’on voit la peine, le travail de ces gens, de l’eau aux genoux, toujours courbés … toujours souriants … le riz perd son poids argent et prend un poids humain ! …

C’est cela avoir du cœur.

 

********************