Application 3 de l’homme de bronze quatre

 

La flamme de vie

 

 

Lorsque tu es dans cette tranquillité, cette sûreté d'exister et cette compréhension, qu'il y a une puissance en toi qui peut te rendre maître de ta vie et cesser d'être la feuille poussée par le vent, tu deviens un roc, un rocher indéracinable.

 

Tu le deviens parce que tu as décondensé le système émotionnel dans lequel tu étais enfermé. C'est comme dans le jeu du squash où l’on se renvoie la balle. C'est un jeu très dynamique. Le système émotionnel est comme du squash. La balle vient dans tous les sens et est renvoyée dans tous les sens. Il n'y a rien de linéaire, tout est entièrement spatial parce que si tu fais un vrai squash, tu t'aperçois que tu n'as pas que quatre murs mais tu as aussi un plafond et un sol sur lesquels tu peux, aussi, renvoyer la balle. Tu es dans un véritable caisson, un espace de renvoi de l'action.

 

C'est lorsque tu es sorti de ce squash émotionnel, que tu as décondensé la boîte dans laquelle tu étais que tu t'aperçois qu'il y a un rocher à l'intérieur de toi.

La décondensation produite par l'homme de bronze quatre remet en activité une force, une volonté à l'existence sans recherche de combat ni de soumission. C’est une force qui vient de l'intérieur. Les deux premières applications de l'homme de bronze quatre ont eu comme but de la mettre à nouveau en activité. C’est une furie à vouloir vivre. On n'est pas furieux ou en colère contre les autres ou contre le monde. On a cette force pour dire : « Ah, je veux vivre ! ». Lorsque cela se fait naturellement, on le voit à toute l’attitude de la personne, à sa manière d'entrer dans une salle, à sa manière de regarder, à cette flamme, à cette lumière dans ses yeux, à cette puissance dans le ventre, à ce côté stable et indéracinable mais qui n'est pas synonyme d'immobilité. C'est de la stabilité toujours en mouvement. C'est un volcan qui a fait éclater son bouchon et la lave sort et brûle tout sur son passage. Elle prend possession du terrain. Quand elle coule, plus rien ne peut l'arrêter et tout ce qui est là se trouve brûlé, changé, modifié. Et très curieusement, si tu t'intéresses un peu aux volcans, tu sais qu'après la coulée de lave, le terrain est très fertile.

 

Alors, pour t'aider, si tu arrives dans cet état d'être de furie à la vie, il y a la troisième application de l'homme de bronze quatre qu'on appelle la flamme de vie. Tu la sens à l'intérieur de toi. Tu as la furie de la faire vivre. Cette pratique te permet d’entrer en communication avec cette puissance. Pour avoir cette perception consciente, on va s'appuyer sur l'essence même qui fait ton existence sur la Terre : ta participation avec l'énergie blanche, l'essence du son BAM.

 

Tu vas reprendre la première application de l'homme de bronze quatre, ce transfert, cette communication dans l'espace avec toutes les autres bulles. Tu vas leur envoyer cette envie de vivre, cette connaissance, qui est la tienne et qui t'a permis de commencer à toucher le feu qui est à l'intérieur de toi. Tu vas leur dire que tout ça existe et qu'il ne faut pas s’abandonner à un laisser-aller destructeur. Tu vas leur parler et leur donner ta force, ton vouloir, ta connaissance. Tu vas leur donner tout ce que tu as reçu, sans rien vouloir garder pour toi parce que tu es venu pour participer. Alors participe ainsi avec eux. Tu peux envoyer tout ça dans l'univers, aux autres, en leur disant : « Mangez et prenez. Moi j'ai cette nourriture avec moi, je vous la donne, je vous invite à mon repas ». Vas-y, fais ainsi.

 

Maintenant, tu cesses. Tu restes dans cette paix, qui s'est installée comme après une oeuvre pleinement accomplie, noble et juste, digne. Il n'y a pas la recherche de la noblesse, de la dignité. L’état d’être dans lequel on est, là, conduit le mouvement et on ne peut pas faire autrement. C'est juste, vrai et simple de faire ainsi. C’est clair et frais.

Tu ne les as pas attendus, tu n'as pas travaillé pour cela mais les remerciements viennent. Et c'est énorme. C'est absolument énorme lorsque tu as toute cette force d’attention vers les autres, toute cette pleine conscience de ton mouvement, de ton action, de la pureté de ton engagement et de son indestructibilité. On peut tuer le corps mais ça, on ne peut pas le tuer. Tu laisses monter, tu laisses venir. Tu ne peux pas faire autre chose. Tu ne peux pas empêcher l'autre de venir te remercier. Tu es porté dans son coeur à lui.

 

Quand tu retrouves la perception de ton corps il y a une force énorme à l'intérieur de toi. Maintenant, je dirais que tu vas faire l'effort de ta vie. Toute cette force que tu sens à l'intérieur de toi, tu vas la faire exploser comment le volcan propulse la fermeture, qui obstrue encore sa cheminée. Tu fais une compression énorme dans ton ventre avec une fermeture du périnée. Tu forces et tout d'un coup, c'est très net, il y a une flamme qui jaillit à l'intérieur de ton ventre et qui traverse tout ton corps. Une flamme énorme. Tu peux avoir une chaleur fantastique mais regarde, elle est là ! La flamme de la vie ! C'est une réalité. Relaxe-toi et sois en intimité avec cette flamme. Tu peux percevoir qu’elle a trois étages. Le premier c'est au coeur, le deuxième à la gorge et le troisième au front. Mais elle va plus loin, au-delà de ta fontanelle. Même si tu ne perçois pas tout de suite cette possibilité, tu la devines.

 

Par un mouvement ventral, tu la fais tourner dans le sens des aiguilles d'une montre. Et ça rayonne à l'intérieur de toi. Ça repousse tout, ça brûle l’inutile. Cette flamme brûle l’inutile par la furie à vivre pleinement et dignement. Il n'y a plus de discussion avec cette flamme. C’est la jeunesse, la furie à la vie. C’est jeune, le volcan est toujours jeune, toujours renouvelé, toujours neuf.

 

D'abord tu te concentres sur toi afin que ça brûle et détruise toutes les attirances à tes systèmes émotionnels curieux, qui t'entraînent toujours dans des prisons, des sensations stéréotypées, des habitudes. Plus tard, tu la fais aller au-delà de toi. Ça brûle ce qui se trouve autour de toi et tu es ce volcan en déplacement.

 

 

 

****************

 

 

 

La piste de danse

 

 

Si tu veux te sortir d'affaires, de cette toile d'araignée qui te ficelle de tous les côtés, il te faut une mobilité et une aide énorme.

 

Alors, si tu veux te bouger, il faut vraiment avoir, déjà, l'intention de te bouger. Mais pas l'intention seulement parce que tu es un peu pris aux entournures, un peu culbuté, pris dans un coin d’une maison. C'est véritablement l'intention de retrouver ta dignité originelle. Il n’y a aucune dignité à se laisser enfermer. C'est cette intention qui provoquera la mobilisation de la force dans tes cellules et elle se mettra en action.

 

Ne te fais pas d'illusion, si tu ne veux pas rêver ta vie, tu dois la mettre en mouvement. Pour cela, il te faut un espace, une piste de danse. Il te faut un espace à circuler, un espace à te mouvoir, un espace où tu vas pouvoir faire tes pas, respirer, et en arrêter avec ce ficelage dans cette toile d'araignée. C'est cela la piste de danse. C'est l'espace à circuler.

 

Il ne suffit pas seulement de vouloir, il faut aussi pouvoir. Sans cette intention, tu ne vas pas aller très loin. Il va y avoir un premier mouvement réel de cette énergie libératrice, mais il va cesser très vite. Tu continueras ta pratique par du virtuel imaginé, qui te créera des sensations physiques mais dans 25 ans tu seras encore dans la confusion habituelle.

 

Où est ton intention ? C'est le point de départ.

Ne tournons pas autour du pot. Que veux-tu de ta vie ?

C'est ce qui va déterminer l'importance de la vibration et sa réalité.