Application 4 de l’homme de bronze quatre

 

Enfant intérieur et forces du ciel

 

 

Il y a des applications très précises avec l'enfant intérieur utilisant des forces du ciel tels que le nettoyage, la compassion ou la guérison.

 

Lorsque l'enfant intérieur est sur la roue du coeur, tu peux lui demander de venir avec la force de la compassion, par exemple. N'aie pas une idée préconçue en te disant que cette force doit être d'une couleur précise… Ça n'a pas d'importance car tu décodes tout par rapport à la programmation de ton système mémorisé. Ne t'attache pas à ça.

 

Si tu n'es pas propre, tu ne vas pas pouvoir nettoyer les autres. Alors tu commences toujours par toi. Ce n'est pas de l'égoïsme, c'est une nécessité, une indispensabilité. Puis, quand tu t'es nettoyé, avec les techniques te permettant de te déplacer dans l'espace des autres, tu vas aller les rencontrer avec une force de nettoyage, de compassion ou de guérison en fonction de ce que la personne semble avoir besoin. Je dis « semble » car c'est toi qui interprètes ce dont elle a besoin. Et si tu es capable de demander vraiment à l'autre ce dont elle a besoin et pas de le décider toi tout seul, c'est que tu es en sérieuse évolution. Mais ce n'est pas du tout évident car le cerveau analytique, toute la reconnaissance à toi-même, veut arriver à diriger les autres selon sa propre modalité, selon son propre mouvement.

 

L'enfant intérieur va venir avec la force que tu sollicites. Mais c’est un petit lutin, qui sait beaucoup mieux que toi ce dont tu as besoin maintenant. Lui, il n'est pas prétentieux comme ton « Moi ». Lui, il regarde ton tissu énergétique et voit quel est le nettoyage ou la guérison à faire, la complexité des trames à remettre en état. Donc, il va s'adapter réellement à ton tissu énergétique, à ta chimie interne et ne va pas se laisser influencer par des souhaits, qui relèvent d'une grande prétention et d'une volonté à diriger toute sa vie.

 

Donc, travaille ainsi, goûte, sens, perçois. Vois les modifications, qui s'installent en toi et dans les autres. N’oublie jamais quel est l'engagement initial d'avoir pris un corps. Aussi dans tes pratiques, tu travailles continuellement avec cette orientation, cette intention, cette volonté de participer pleinement au monde, c'est-à-dire au système karmique de l'humanité.

 

 

 

 

*****************

 

 

 

La méditation

 

 

Par l'attention à l'instant, à ce qui est en train de se passer maintenant, en toute détente, par une attention véritable, tu entres dans un état d’être, qui est la véritable méditation. Alors tu actives une force précise à l'intérieur de toi et tu vas la sentir comme une présence.

Sans cette présence, il n'y a aucune possibilité de travail parce qu’elle est la mobilisation de l'intelligence de la création que tu as à l'intérieur de chacune de cellules de ton corps. C'est ça cette présence. Sans elle, rien ne commence !

 

Mais ce n’est pas si facile ! Parce qu’il existe aussi dans ton corps un système énergétique qui veut « tout » comprendre, analyser, archiver. Ainsi il crée un « jugement » permanent sur les événements en fonction des expériences passées, qu’il a archivées. Il te conduit à juger, apprécier. Dés que tu entres dans cette mécanique énergétique, ton énergie n’a plus assez de puissance pour réveiller cette présence dans chacune de tes cellules. Tu as porté « attention » ailleurs et il y a une dérivation importante de ton énergie.

 

C’est très facile. Mais c’est aussi très difficile.

Si tu peux rester tout simplement avec une situation, un problème, sans juger, sans apprécier, sans même rechercher une solution, cette présence est là avec son intelligence, avec aussi sa force à l’action et tout se résout de lui-même… Mais il faut attendre que se manifeste toute seule la conclusion et cette attente est une angoisse pour le cerveau reptilien. Aussi il cherche à trouver le plus vite possible une solution et il capte de l’énergie pour cela.

 

C’est une grande difficulté, que nous rencontrons dans notre aide aux gens. Au lieu de rester dans la force des dimensions auxquelles nous les faisons accéder, ils cherchent à utiliser ces forces pour la résolution la plus rapide et efficace de leurs difficultés quotidiennes. Aussi, au lieu de défendre en eux cette force et de l’aider à se développer, ils ne s’en servent que comme outil très performant pour leur ordinaire sans attention particulière sur l’événement.

Il est très difficile de laisser glisser la vie sans vouloir la canaliser. On veut tout contrôler. C’est l’orgueil de l’homme et son malheur.