Le cavalier de l'événement

 

Je commence par la fin. Mettre la charrue devant les bœufs pour leur permettre de devenir taureaux.

 

 

L’état de cavalier de l’événement est l’aboutissement du murissement de l’être sur la terre. C’est cette mobilité qui lui donne toute sa liberté. Chaque événement est un espace de vie, rapide, éphémère, grandiose. Il le vit complètement. Le vol de l’aigle ne laisse pas de trace… Puis un autre événement… Encore et encore… Jusqu’à l’extension du mouvement de son corps. Il a montré l’Art de Vivre et de danser sur la terre. Il a rempli son œuvre.

 

Alors voilà ce que j’aurais à te dire, te répéter, encore et encore…

 

Le cavalier de l'événement est un cavalier. Il chevauche l'événement. Ce n'est pas rien chevaucher l'événement. Ce cheval n'est pas un cheval de labour bien dressé qui va rester paisible pendant le temps où tu restes assis dessus. Non. L'événement bouge. L'événement est toujours en mouvement. L'événement, c’est lorsque tu plonges dans la rivière, dans le fleuve. Tu entres dans le fleuve mais deux secondes plus tard tu n'es plus dans la même eau que celle dans laquelle tu as plongé. Maintenant, c'est une autre eau autour de ton corps. C'est faux de dire : « Tiens, l'eau est bonne ». Mais quelle eau est bonne, s'il te plaît ? Celle que va toucher ton corps et que tu vas brasser pendant 10 minutes n'est jamais la même.

Donc, tout est en mouvement, tout est en circulation. L'événement est un cheval sauvage, qui est toujours en train de frémir, toujours en train de bouger, toujours prêt à t'emporter quelque part. Il a un système de vibrations, et même des systèmes de vibrations bien qu'il possède une vibration prioritaire, qui détermine le mouvement principal. Tout ça est lié à la forêt karmique dans laquelle s'inscrit l'événement. Plus profondément encore, l'événement est, en lui-même, une forêt karmique.

 

Alors, comment vas-tu circuler à l'intérieur de ça ? Comment vas-tu pouvoir glisser, passer entre les arbres, entre les vibrations, qui provoquent tout ton système émotionnel ?

 

Comprends-tu ma question ? Tu chevauches l'événement, tu chevauches un cheval sauvage, qui n'est pas dompté, qui est toujours en mouvement. Quand tu es dessus, tu n'es pas en train de penser aux autres chevaux restés à l'écurie ou que tu serais mieux à jouer au golf ou avec tes copains sur la plage, en train de faire du kayak et te dorer le nombril, voire même en train de caresser les fesses des filles. Non ! Tu es dessus. Tu es dans le fleuve !

 

Alors, si tu as la capacité de regarder l'événement en pleine conscience, comme de lire un texte en regardant les vides, les blancs, tu peux aussi te percevoir à l'extérieur du fleuve.

Tu as alors ce double regard, cette présence à l'intérieur de toi qui est le développement de l'intelligence intuitive, qui est dans toutes tes particules du corps. Tu es là, en fonction de ce qui est là. Tu n'es pas en train d'appeler au secours. Tu n'es pas en train de comparer. Tu n'es pas en train de juger. Tu n'es pas en train de donner des conseils. Tu es bien obligé d'agir avec l'événement, qui est là, avec la vibrance, qui est là, et c'est ça être le cavalier de l'événement.

 

Si tu n'as pas ce double regard-là, tu ne peux pas être ce cavalier de l'événement.

Si tu n'as pas ce double regard-là, si tu n'as pas développé cette intelligence à l'intérieur de toi, tu es, dans l'événement, comme une grosse vache, un gros boeuf, un gros veau qui se laisse imbiber par radiation. Alors, si les radiations ne sont pas bonnes, il crie au secours et il porte des critiques sur l'environnement, sur les autres, sur le système social… Si la vibration est bonne, le veau se transforme en gros chat, qui ronronne sur le dos et écarte les cuisses pour être caressé sur le ventre.

 

Cet état de cavalier de l'événement est un état d'être. Cet état d'être fait partie de ce que j'appelle l’Essence de la vie, l'essentiel de la vie. C’est très difficile. Ce n'est pas la peine de fantasmer. Tu vas dire : « Hé, d'accord, il faut prendre les choses comme elles sont, être cool. Il ne faut pas critiquer. Il faut s'engager dans l'action, il faut se laisser porter par le mouvement… ». C'est ainsi que le cerveau analytique va coder l'enseignement, que je te donne. Il va ensuite drainer vers lui l'énergie, qui se développe à l'intérieur de toi.

Non. Tu peux tourner cet enseignement comme tu veux avec ton cerveau raisonné : tu ne seras jamais un cavalier de l'événement car c'est un état d'être, c'est une présence à l'espace, c’est un engagement à l'espace, c'est un enthousiasme à l'espace. Cela ne vient pas parce que tu l'as décidé. Et, lorsqu'on te voit agir et faire, on sait très bien où tu en es et qui tu es.

 

Pour chevaucher un cheval sauvage, il faut un cavalier, lui aussi sauvage qui n'a pas peur de la sauvagerie de son cheval, qui n'a pas peur de tous ses mouvements, de toutes ses impulsions, de tous ses débordements. Il dira : « Vas-y petit, fais ce que tu veux. Mais moi, je suis là et c'est moi qui dirige finalement. Et pas seulement en final, mais dès maintenant ». Et le cheval sauvage comprend très bien cette détermination. Tout compte fait, il y a quelque chose qui lui plaît dans cette opération à être dompté.

Car l’événement est un être vivant ! Il vit ! Les arbres karmiques bougent ! Ils aiment le vent, qui les faits vivants. La loi karmique de cause à effet fonctionne dans les deux sens. La forêt aime aussi être asservie et être domptée. Finalement, c'est un défi qu’elle te lance.

 

C'est parce qu'elle s'est donnée le défi à pouvoir dompter le cavalier que le cavalier va pouvoir la dompter, elle. Comprends-tu ? C'est ça la magie de l'univers.

 

Avec le cavalier de l'événement on rentre dans la magie de l'univers. On n’est plus dans les apprentissages des techniques de base pour transformer son état d'être et arriver à une meilleure compréhension de la vie. On est dans un état d'être qui communique avec un autre état d'être. Il y a une transmission magique de corps énergétique à corps énergétique et une transformation fondamentale.

 

 

*****************

 

L’HOMME DE BRONZE

 

 

Les objectifs cherchés.

 

Le PRINCIPAL est de créer une forteresse de métal autour du corps afin d'obtenir deux objets :

* une protection des mouvements indésirables venant de l'extérieur. Les ondes sont alors naturellement renvoyées à l'émetteur (effet de bouclier lunaire) sans absorption et emmagasinement interne, avec toutes les conséquences que cela porterait à la conscience qui se trouve alors dirigée par l'extérieur (le processus réflexe d'action - réponse).

* dans cette enveloppe il y aura alors possibilité de travailler selon son cœur et dans le secret de ce dernier. On ira à la découverte de soi en sécurité et selon son rythme. Plus besoin de prouver par une action et des explications. Cela conduit à un sentiment de rentrer chez soi.

 

Nous ne parlerons pas beaucoup du sens de protection contre les mouvements de l'extérieur. C'est une affaire personnelle qui sera directement ressentie dans le corps suivant l'intensité des actions des autres. On constatera les effets de ce retour énergétique sur l'émetteur. La tranquillité s'installera dans le corps et l'esprit trouvera une place sereine pour se reposer. Aussi ces perceptions de cette sécurité seront directement proportionnelles à l'intensité des agressions. Vous devez donc remercier ceux qui prennent le mal de vous agresser, et cela malgré le retour infernal qu'ils subissent.

 

Ensuite pour les détails, voir les explications qui vont suivre.

 

1. Il est évident que cette pratique ne peut se faire que lorsqu’il y a connaissance de la boucle. Elle fournit le moyen de générer et diriger de l'énergie en quantité bien plus importante que celle habituellement disponible sans provoquer une pression sur le cœur. Elle augmente la circulation et la production des lymphocytes sans affecter la pression sanguine au contraire de la course à pied ou des exercices d'aérobic occidental, par exemple.

 

2. Il s'agit de créer des zones d'emmagasinement d'énergie et de prévenir les fuites d'énergie. On augmente la production des glandes endocrines, structure le système immunitaire et crée un sentiment de bien être général.

 

3. Avec l'énergie produite on va travailler sur les couches de fascias (couches de tissus perméables qui enrobent et protègent les organes essentiels), en partant de la couche interne et en allant progressivement vers l'extérieur. Le but est de permettre un libre échange du flux énergétique dans le corps et de rendre capable d'un discernement psychologique concernant les événements qui ont été longtemps refoulés dans une musculature limitée.

 

4. Les mouvements de contraction qui vont suivre, rassembleront et comprimeront les graisses excédentaires qui seront alors transformées en énergie et stockée comme telle dans les fascias. Quand la pression énergétique occupe les fascias, la graisse ne peut plus être emmagasinée. Par conséquent le corps s'habitue à la transformer directement en énergie.

 

5. Enfin, vous mettrez en SECURITE le centre de votre corps énergétique, le TAN TIEN, cette petite boule de ping pong logée à trois doigts sous le nombril et à quelques centimètres en intérieur.

Ensuite, TOUT partira de là. Mais pour que le mouvement devienne réflexe, il est nécessaire de rassurer cette petite boule d'énergie vitale qui a déjà tant pris de coups qu'elle se méfie lorsqu'il s'agit de mettre le museau dehors. Donc c'est à vous dans un acte de VOLONTE de montrer que vous aménagez la maison et surveillez l'environnement.

Car cette petite boule d'énergie est la représentation et une condensation d'une autre boule énorme qui est l'Energie Vitale. C'est la petite qui vous conduira à la grande. C'est comme un enfant que l'on a dans ses bras et sur lequel il faut souffler pour le réchauffer. Il y a toujours une braise prête à revenir à la Source. Il suffit de VOULOIR. Le reste se fait facilement car la petite boule connaît les chemins pour rejoindre la Source, la Grande.

 

La constitution du bol.

Je vous ai déjà donné cette technique

 

La constitution du tronc.

Passons maintenant à ce qui est au-dessus du bol, ce que je nomme le tronc. Ce sera la partie du corps entre la ceinture et les mamelons.

Nous allons précéder de la même manière, mais cette fois en montant à partir de la ceinture. Le processus sera plus rapide car le corps aura déjà des indications précises pour travailler tout seul. Aussi, le travail se fera avec une inspir forte qui poussera vers l'extérieur, puis une rétention que l'on bloquera avec une légère pression, et enfin une expiration tonique qui viendra en poussée extérieure contre les deux poussées internes précédentes.

 

1. La première étape est au niveau des basses côtes, dans les régions des points de commandes de la rate et du foie. Localisez aisément la zone circulaire, presque la largeur d'un fil, sur laquelle nous pousserons par rapport à la pointe des côtes flottantes. Prendre conscience en légères poussées du point de devant, puis arrière, puis les deux côtés. Lorsque cette localisation est faite, que vous pouvez aider par un contrôle de la main, commencez à pousser sur cette zone circulaire en inspir, rétention et expir selon le processus que je viens de rappeler. C'est comme un fil de métal qui se constitue.

 

Ensuite, portez votre attention de nouveau sur la ceinture bien forte et poussez dessus avec vigueur deux à trois fois. Après, tout en poussant de la même manière portez votre attention sur le fil de métal que vous avez constitué. Vous constaterez que la ceinture ventrale s'élargit ; elle monte comme un cylindre vers le fil de fer et se bloque à lui. Respirer fort dans le cylindre métallique qui vient de se mettre en place. Renforcer avec des expirs extérieurs.

Vous venez de mettre en place un début de tronc en montant que vous allez tonifier et vérifier de la même manière que pour le bol. En revenant en respirations normales vous constaterez que ce cylindre se maintient et vous fait un bon soutien autant au niveau des reins que du ventre au-dessus du nombril.

 

2. Poursuivez la mise en place du tronc de métal en mettant en place un nouveau fil de métal sur lequel nous monterons nous fixer, mais cette fois au niveau des mamelons. Devant est le point de commande du cœur, milieu sternum, derrière, sur la colonne vertébrale et sur les côtés sous les aisselles. Même processus et vous constatez que le tronc se prolonge de lui-même sous vos inspir, rétention et expir forcées.

 

3. A ce stade vous vous sentez coulé dans un cylindre de métal, du pubis jusqu'aux aisselles. Respirez dedans, prenez possession de votre domaine interne, vérifiez par la main du souffle qu'il n'y a pas de trous.

Dans ce tronc, en partie basse, il y a le Tan Tien. Remettez-le à la place, bien campé dans son territoire et faites le bouger de droite à gauche, dessous - dessus ; roulez-le dans vos doigts, sentez sa force et sa chaleur ; laissez ses rayons et sa chaleur se réverbérer sur la face interne du tronc de métal qui brillera. Il y aura une couleur blanche et d'or avec des reflets bleutés, comme un bronze éclairé par une bougie.

 

Bougez, marchez et sentez-vous fort.

 

La constitution de la tête et des jambes.

Très naturellement, si vous avez constitué le tronc avec soin, le cylindre de métal veut se prolonger par le haut. Il ne faut jamais laisser l'énergie fonctionner seule ; c'est vous qui devez commander. C'est la raison pour laquelle je scinde les deux stades pour vous obliger à faire très précisément l'exercice de la volonté. A un stade plus avancé il sera hors de question de laisser l'énergie hors votre contrôle vigilant.

 

1. La première étape est au niveau du cou, dans les régions des points de commande des "ouvertures du Ciel" que l'on utilise pour ouvrir la mémoire des vies antérieures. Localiser aisément la zone circulaire, presque la largeur d'un fil, sur laquelle nous pousserons MODEREMENT. Prendre conscience en légères poussées du point de devant (pomme d'ADAM), puis arrière, puis les deux côtés. Lorsque cette localisation est faite, que vous pouvez aider par un contrôle de la main, commencez à pousser sur cette zone circulaire en inspir. C'est encore comme un fil de métal qui se constitue.

Ensuite, porter votre attention de nouveau sur la ceinture bien forte et poussez dessus avec vigueur deux à trois fois. Le tronc jusqu'aux aisselles se constitue en même temps.

Après, tout en poussant de la même manière portez votre attention sur le fil de métal que vous avez constitué au cou. Le cylindre monte vers le fil de fer et se bloque à lui. Respirer doucement dans le cou. Renforcez avec des expirs extérieurs très modérés.

 

2. Poursuivez par la tête. Prenez conscience de la nuque, des trois points en arrière sous le crâne, les mêmes que l'on actionne pour ouvrir les vies antérieures, puis le milieu du front entre les sourcils. La présence des points latéraux au-dessus des oreilles se fera automatiquement, si non aidez par une pression des doigts.

Ensuite, par un inspir légère et très peu poussée, mais longue, vous ferez monter le cylindre du cou derrière la nuque. Vous avez remarqué que je dis pour le cou et la tête LEGEREMENT. Le fort des halles, c'est pour le bol et le tronc ; maintenant nous mettons une protection autour de zones fragiles qui ne supportent pas une pression forte qui conduirait à un échauffement. C'est impératif qu'il n'y ait aucun échauffement cou et tête. Inscrivez bien dans votre cerveau un fois pour toutes que si les pieds doivent être au chaud la tête doit toujours être au froid. IMPERATIF !

Donc vous allez constituer la protection sans augmenter la chaleur de la tête. C'est aussi une des raisons pour laquelle il ne faut pas laisser l'énergie monter toute seule des épaules au cou et à la tête, dans la foulée orgueilleuse d'avoir si bien réussi le tronc ! Au contraire, on calme le jeu ! L'énergie, toujours glorieuse de ses réussites voudrait aller sur le podium avec les applaudissements du public. Passez-vous des applaudissements, il faut y aller à petits pas menus et délicats, la tête baissée d'humilité. Sachez gagner une course et ne pas aller chercher la médaille. Cela vous servira en même temps d'entraînement à mettre un frein à votre désir si fatigant d'être "tant aimé !". Sachez bien que si vous mettiez à mal une bonne fois pour toute l'orgueil, vous avanceriez à grands pas sur la voie de la Connaissance. Mais on veut être tant reconnu ! N’est-ce pas ?

 

Alors soyez précis, doux et volontaire. Par une inspir aussi douce que vous, puisque vous êtes tout à coup devenu humble et simple ! , faites monter l'énergie du cou par l'arrière du crâne puis portez-la vers le milieu du front. Le reste se fera presque seul : c'est un casque vers les oreilles qui coulera de la zone médiane du crâne. Aidez cette coulée par la force de votre volonté si nécessaire.

Ensuite, en expirant doucement avec la force de la volonté qui remplacera la force musculaire utilisée dans la constitution du bol et du tronc, faites descendre cette vague d'énergie par vos narines, dans votre bouche et latéralement vers le cou.

Inspirez doucement, inspectez que les soudures sont faites et expirez dessus pour les vérifier.

 

3. IMPERATIVEMENT, avant d'aller plus loin, vous allez prendre votre temps d'expirer de la tête au ventre, c'est à dire dans le Tan Tien. Prenez l'énergie de la tête et en vous aidant du souffle par l'expir, portez-la dans le tan tien sur lequel vous allez musculairement pousser fort.

Vous constaterez qu'il y a une solidité extraordinaire qui s'installe de la tête au ventre. Vous constaterez aussi que cette descente de l'énergie vient d'englober vos épaules et coule dans les coudes ; elle vous inonde jusqu'au bout des doigts qui deviennent eux aussi en métal.

Vous solidifiez l'homme de bronze en sa partie supérieure. C'est très bien, mais ce n'est pas l'essentiel de cette OBLIGATION de respirer ainsi.

La raison est un refroidissement de la tête. Seule de l'énergie froide doit y rester. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que "l'on devient tout rouge" en cas d'incident grave.

Alors, vous allez refroidir la tête et réchauffer le Tan Tien. Ainsi l'action pour l'un servira en même temps à l'autre en passant par la constitution intégrale de l'homme de bronze supérieur. Au passage méditez un peu sur l'intérêt de faire correctement les choses : tout se constitue en même temps alors que l'on ne prête attention qu'à une. C'est la simplification de la vie liée directement à "l'homme énergétique" qui fait dire aux autres "comme il a de la chance !". Merci, mais ce n'est pas de la chance, c'est du travail.

 

4. En final, lorsque vous avez cette tenue très vivifiante de la tête au frais et le ventre au chaud, n'oubliez pas que vous avez des jambes, compris des fesses, un entrejambe et tout ce qui va avec, bien que certains voudraient l'oublier. Je vous détaille mais soyez encore plus précis, car il ne faut pas faire du "global" mal torché. Vous allez visualiser d'abord les fesses et vous pousserez de la ceinture vers elles. Le bol s'élargira et descendra. Prenez conscience qu'il englobe les parties sexuelles et les rend fortes avec en même temps un sentiment de protection qui se traduit par une sensation "d'appartenance".

Prolongez sur les cuisses. N'oubliez pas l'entrejambe et soyez sensible à la protection des zones sexuelles.

Passez aux genoux. Portez attention à l'arrière des genoux où s'accumule tant d'énergie négative. Pressez dessus par la présence de cette gaine de métal qui descend de vos cuisses. Evacuez cette énergie négative. Prenez votre temps, massez-vous de la main si nécessaire.

Ensuite, c'est la cheville puis le pied.

 

5. Revenez au Tan Tien, manipulez-le, puis condensez-le en une perle. Elle doit maintenant être très brillante. Faites tourner cette perle dans votre orbite, inlassablement, inlassablement..... Inlassablement. Sa force tonifiera toutes les zones rencontrées. Faites-la passez dans vos omoplates, les épaules, les bras ; recevez-la dans vos paumes, sentez les paumes chauffer et même briller. Vous pouvez percevoir le passage de l'énergie d'une main à l'autre si vous les rapprochez, doigts face à face, à quelques centimètres sans se toucher. Alors, faites tourner dans les bras, les épaules, les bras, les mains... Vous constaterez ainsi qu'il y a un autre cercle énergétique là ; aidez à sa constitution en écartant les omoplates avec le sentiment que les muscles du haut du dos sont tendus. Vous aurez aussi la sensation du raccordement du cou avec les bras et si vous continuez sans effort ni brutalité, vous saurez qu'il y a une relation très importante entre le cou et les reins.

Allez jusqu'où vous voulez ; vous pouvez envoyer maintenant la perle où vous désirez par une poussée à partir du Tan Tien, que ce soit un oeil ou l'orteil. Mais par pitié, si vous visez l'œil droit, que ce ne soit pas le gauche qui se trouve touché : cela voudrait dire que vous êtes encore en train de vous examiner (tiens comment je suis fort !) au lieu de vivre tout simplement.

Et puis, je ne parle pas du contentement que vous éprouvez ; c'est évident, n'est ce pas ?

 

6. Vous êtes maintenant constitué entièrement par une gaine de métal, comme une cuirasse qui épouse les contours de votre corps. Vous êtes fort et solide. Allez dans la vie ainsi et vous n'aurez plus autant d'appréhension. Ensuite c'est affaire personnelle : plus on met à l'épreuve du feu cette protection, plus on prend confiance en elle et plus elle est forte et durable ; plus aussi elle se constitue rapidement, en quelques secondes.

Bougez, marchez et sentez-vous fort. Allez ainsi dans la vie et vous aurez de grands étonnements. Par exemple vous remarquerez que s'évacue d'elle-même cette faculté à pleurer sur soi et le rire sera plutôt votre compagnon que les pleurs. Méfiez-vous des pleureurs, ce ne sont pas des gens solides. Et comme pour être solide il faut travailler, faites vous-même les liens. Que chaque chose soit clairement mise à sa place et les vaches seront bien gardées ! Très prosaïquement on saura où mettre ses pieds.

 

Ensuite, c'est dans cette forteresse de l'homme de bronze que l'on amènera ses émotions négatives et qu'on les brûlera. Vous en deviendrez encore plus fort et si vous acceptez ce stade, je dois vous prévenir que vous pourrez bientôt vous passer de moi. Lorsque le Maître Intérieur s'éveille il n'y a plus l'utilité de dirigisme extérieur. Mais il y a des sevrages très difficiles, au point que l'on refuse d'aller jusqu'au bout des choses pour rester dans un cocon bien protégé et sous haute surveillance. Prendre son vol et construire par soi-même, ce n'est pas si évident que cela se dirait dans des discussions au fond de cuisines obscures avec une cigarette à la main et une tasse de café dans l'autre. La lumière peut devenir d'une intensité difficilement supportable. Il se pourrait que vous ayez ces clartés-là avec cette pratique. Avec viendra nécessairement cette chienne de peur. Brûlez-la dans le bol de la forteresse de votre homme de bronze et remerciez-la de sa présence: elle vous assure que vous êtes dans la bonne direction.