RIEN

 

« Viens dans ma tente te réchauffer ».

 

C’est un rêve éveillé, très net. Je sentais une présence féminine à côté de moi qui m'accompagnait alors que je descendais de la montagne pour rejoindre la vallée. Plus nous descendions plus nous avions froid. Cette présence féminine me disait : « J'ai froid, j'ai très froid ». Elle grelottait. Alors, nous sommes un peu remontés à flanc de montagne et j'ai cherché une maison. J’ai trouvé une grande bâtisse bien exposée pour m'installer avec cette présence féminine sur laquelle je ne pouvais mettre ni visage, ni silhouette. Rien. Seulement une Présence très forte, une Puissance extraordinaire.

 

C’était une grande maison de pierre, avec plusieurs étages. Mais assez étonnamment, pour trouver un endroit ensoleillé, calme et avec une jolie vue sur la vallée il fallait monter beaucoup d'étages, passer par des escaliers pour finir par grimper des petites échelles, se courber sous des petites portes pour enfin accéder à des espaces avec un peu de lumière, dans lesquels on pouvait respirer.

 

Dans tous les autres espaces, en dessous, au fur et à mesure que je les quittais après les avoir arrangés pour pouvoir m'y installer et avoir constaté que ça n'allait pas, il y avait des gens qui venaient et les occupaient immédiatement. Ils n’attendaient même pas que nous nous en allions, ils prenaient possession des pièces les unes après les autres et nous poussaient presque dehors… comme si mon travail était très normalement pour eux et ils en prenaient naturellement possession sans aucun souci pour moi, pour nous, pour notre labeur.

 

Il finissait par y avoir beaucoup de personnes dans cette maison-là et moi j'étais toujours en train de monter les étages, les uns après les autres, les arranger, pour installer un endroit confortablement afin de faire vivre bien et dignement cette Compagne.

 

À la fin, j’ai trouvé quelque chose. Mais il fallait monter sous les toits, presque entrer par une petite porte dérobée, derrière des échelles, pour pénétrer dans ce lieu où on pouvait être relativement au calme.

 

À partir de là, j'ai beaucoup travaillé pour assainir et transformer la totalité de la maison. J’étais comme un ouvrier à tenter toujours d’améliorer les lieux pour permettre « aux autres » de mieux vivre et de créer un « ensemble » beau et harmonieux. Mais ce n'était jamais terminé parce que nous découvrions toujours quelque chose de nouveau : qu'il y avait beaucoup de rats dans la cave, un chimpanzé caché dans le grenier qu’il fallait aussi nourrir !!!! En fait il y avait toujours quelque chose de caché quelque part dont il fallait s'occuper. Aussi cette maison devenait très pesante avec tous ces gens qui prenaient ce que je créais, pour leur vie « sans nous ».

 

Alors, cette Présence féminine, qui m’accompagnait et qui m’aidait, est sortie de la maison. Elle a installé une tente plus haut dans la montagne et elle m'a dit :

 

« Viens te réchauffer dans ma tente ».

 

Dans cette tente-là tout était blanc et lumineux. Il faisait chaud alors que dans la maison de pierre il faisait toujours froid. Dans cette tente-là, tout était chaud, tranquille, lumineux, doux, tendre. Et il y avait une possibilité de vie complète. La Présence qui était là, se transformait, de plus en plus, en Présence très blanche, très lumineuse ne cessant de me répéter : « Reste dans ma tente te réchauffer et repose toi ».

 

C’était clair :

j'avais à quitter la Maison des Hommes.

 

La mort physique n'est pas arrivée mais il s'est passé quelque chose d'extraordinaire. Pourquoi te raconter ????... Tu ne peux vraiment pas comprendre la Magie de l’Univers si tu n’es pas entré dans cette tente…

 

Et maintenant, moi, je peux dire à l'homme : « Viens dans ma tente te réchauffer ». Parce que maintenant je ne vais plus dans ta maison, je ne vais plus passer mon temps à visiter les étages et y examiner ce qu'on pourrait faire, nettoyer, réparer, … donner des indications de tous les côtés… répondre aux incessantes questions sans intérêt pour la Libération… mais si confortables et intéressantes pour le cerveau analytique... On veut tant comprendre !!!!...

 

Mais « vivre » avec toutes les cellules de son corps cette Liberté,

c’est « autre chose ».

 

L'enseignement est maintenant clos. Le Dernier Repas est terminé. C'est le Dernier Repas dans ma propre dimension, le dernier chapitre, qui s'appelle RIEN.

C'est dans ce RIEN qu'on peut comprendre : « viens dans ma tente te réchauffer », parce que dans cette tente-là il y a de la lumière, il y a de la chaleur, il y a de la douceur, il y a de la tendresse.

C'est dans cette tente que commence réellement le processus de décondensation de l'homme vers le Ciel, c'est-à-dire de LAM vers la Source. On commence par entrer dans la tente de la Femme Blanche, le BAM, l'Amour Universel, l'amour de la mère qui donne à chacun. Puis va se poursuivre la décondensation dans les espaces qui sont au-delà, c'est-à-dire le YAM, le souffle, et AH, la Source.

 

L'Amour Universel n'est pas un amour orienté vers le Ciel. C'est un amour orienté vers les hommes, vers la terre. Aussi, si on n'aime pas les hommes, si on n'a pas envie de les aider, si on ne se trouve pas concerné par leurs souffrances et leurs malheurs, on ne peut pas entrer dans cette tente de BAM, de la Femme Blanche. On ne peut pas aller se réchauffer à cette Force.

 

On ne peut donc jamais quitter la maison des hommes !

Si on n'aime pas les hommes, on ne peut pas quitter leur maison.

 

C'est extraordinaire et incompréhensible pour le cerveau analytique. Laisse cela couler en toi… et tu sentiras la transformation de ton Être dans chacune de tes cellules. Je n’ai plus rien à te dire. Notre communication passera maintenant par le corps…

 

 

 

********************