17. Le silence

 

Il a dit : « vous ne savez pas ce que vous faites!!!! »

 

La voix grave, presque rauque ouvrait l’espace devant elle… Les mots s’égrenaient, comme un chapelet, indépendants les uns des autres… Pourtant cela était une même phrase!!!!... Un même sens!!!... Mais ils ne comprenaient pas!!!

 

Ils furent surpris par le mouvement de leurs corps… Ils avaient conscience soudain de leurs cellules dans chacune de leurs fibres… Une nouvelle Dimension était devant eux et ils en restèrent cois. Ils ne savaient plus rien d’eux-mêmes… Seul l’espace vibrait!.... Comme une entité vivante… différente d’eux.

 

Ils sont partis penauds, le laissant seul, car seul le silence était l’unique réponse à cette pression énorme sur leur cœur.

Ils le laissaient seul dans cette chambre avec cette certitude qu’ils manquaient un instant essentiel de leur vie… Car ils ne comprenaient pas!!!!.... Mais il fallait le laisser seul car cela était le seul mouvement juste…

Le Maître fut le premier à se lever et glisser doucement sur le bois du sol… Hiro a suivi… Ils se sont retirés…

Les autres ne firent rien d’autres que de partir!!!!... Ils perçurent la différence lorsque leurs pieds touchèrent la glace de la terre… Ils ne surent pas pourquoi mais ils furent penauds, la tête rentrée dans les épaules et le dos affaissé.

 

- Qui est-il? demanda Hiro au Maître.

 

La lampe d’huile brûlait entre les genoux du Bouddha assis. Ici le silence n’était pas le même. Plus lourd, plus lent, comme ralenti… Ils avaient toujours senti ce silence-là comme bénédiction et protection des cieux… Maintenant, ils ne se sentaient plus aussi bien dedans… L’autre Silence, celui créé par les mots du jeune homme encore frappant leur corps, étaient d’une autre Dimension… Bien plus large, bien plus profonde… Comme un Silence plein de compréhension, de connaissance qui produisait ses propres mots, son propre mouvement pour frapper le corps des hommes…

 

- Il est là pour nous réveiller, dit le Maître.

 

Hiro courba la nuque et vint appuyer son front contre la cuisse du Bouddha assis… Il cherchait un réconfort. Son cœur battait fort et le ventre se tordait sous une main de tenaille, presque douloureuse… Les mots continuaient à s’insinuer et il en suivait chaque mouvement dans son corps.

Lui, le Maître à tuer!.... Il était capturé par ces mots!!!!!....

 

- Non, ce ne sont pas les mots… c’est le Silence, dit le Maître.

- Je ne comprends pas, souffla Hiro… Je ne comprends pas!

 

Le Maître hocha la tête et regarda le cœur du Bouddha assis.

 

- Personne ne peut comprendre… C’est seulement le Silence… Celui d’où Tout se crée… Seulement le Silence!

- Mais il a prononcé des mots!!!!

- Non, c’est le Silence qui a parlé…

 

La voix du Maître était une douceur que Hiro ne connaissait pas de lui… Une voix de l’amoureux qui parle à son amoureuse…

Le cuisinier regardait le Maître, comme s’il le découvrait… Un nouvel homme!

Le Maître pleurait doucement, les yeux dans le cœur du Bouddha assis… L’eau coulait librement des orbites, limpide, douce. Il souriait!

 

Le temps glissa dans l’obscurité du temple. Hiro frémissait d’angoisse, une boule dans sa gorge, la peur au ventre…

Puis le Maître dit doucement. Comme une caresse :

 

- Il porte ce Silence dans son corps!

- Je ne comprends pas, souffla le Maître cuisinier.

- Ce Silence EST son corps…

 

Les mots s’égrenaient, lentement, comme sortis du fond de la terre… Hiro percevait la même cadence, le même souffle que celui du jeune homme… D’un coup son angoisse disparut, sa peur au ventre s’évanouit…

 

- Ah… vous connaissez aussi!!!!!!!!!!..... dit-il, rassuré.

 

Le vieil Homme porta les yeux sur lui et doucement lui sourit.

 

- Sauf que Lui, il est ce Silence!!!!.... Moi j’en ai seulement une connaissance…

 

Hiro suivait les larmes du Maître, jusqu’au cou, qui disparaissaient sous le col de la lourde pelisse. Ces larmes étaient douceur, amour… Il le perçut, mais il ne comprenait pas.

 

- Que sa présence sur la Terre doit être terrible pour lui!!!!.... Dans ce vide si bruyant des hommes!!!!... dit le Maître.

 

Puis il souffla si doucement que Hiro dût pencher la tête vers les lèvres qui s’ouvraient.

 

- Je comprends maintenant la douleur de son corps… Je comprends maintenant!.... Quel imbécile prétentieux je suis!!!!

 

Ahuri, Hiro tentait de suivre les mots mais il ne comprenait plus rien… Il ne connaissait pas ce Maître-là!!!

Alors le vieil homme le regarda au fond des yeux… Le Maître à tuer sentit la présence de la force du Maître dans son front, puis couler en lui…

 

- Ne suis pas mes mots, mon ami… Suis le silence des mots… Et tu comprendras dans le secret de ton cœur.

 

La lampe à huile entre les cuisses du Bouddha assis grésilla.

 

 

Les moines revenus dans la cuisine restaient dans leur silence bruyant en préparant le repas. Ils ruminaient les mots du jeune Blanc. Tous savaient maintenant! Ils ne savaient pas garder leurs lèvres closes sur les évènements et les laisser dans leur rythme jusqu’à mûrissement… Il fallait qu’ils parlent!!!!.... Il fallait qu’ils révèlent à tous que ce jeune homme venait d’un autre continent lointain, là où la peau est blanche et le nez long avec un corps dégageant une odeur acide effrayante!... Il fallait aussi qu’ils disent à tous les mots sortis de sa gorge.

 

- Que veulent dire ces mots “vous ne savez pas ce que vous faites”? demanda encore le jeune qui préparait le riz.

 

C’est la quatrième fois qu’il pose cette question. Les autres ne répondent pas, car ils ne savent pas et ont la même interrogation. Mais le jeune moine est jeune et il ne sait pas encore maîtriser sa langue. Les autres savent!!!.... Mais leur monologue intérieur ne cesse pas!!!! Ils ne savent pas maîtriser leur cerveau qui s’agite comme la feuille dans le vent.

Ceux qui ont vu le jeune Blanc disaient leur peur de son regard… Effroyable!!!!.... Comme une lame de couteau qui vint jusqu’au Cœur!.... Mais maintenant ce sont des mots et ils ont encore plus peur des mots car ils sont portés par le vent et peuvent les poursuivre jusqu’au fond de leur hutte et de leur lit.

 

- Ne parle pas ainsi!... Tu perds ta Dignité à poursuivre tes peurs … Cesse de toujours vouloir comprendre!!!!....

 

Tong lâcha avec humeur son mécontentement. Il n’avait rien dit du jeune Blanc, ni de ses mots qui l’ont percuté dans sa poitrine maigre. Il sent encore leur vibration dans son cœur: Pire!... Il les sent grandir dans son ventre!.... comme une Force que l’on peut pas arrêter.

Aussi il fut mécontent lorsqu’il entendit dans la cuisine les mots du jeune Blanc circuler de bouches en bouches… Quelle absence de Dignité!!!!... Lui, il ne comprenait rien non plus ! mais il acceptait de ne rien comprendre car il savait dans son Cœur, et maintenant dans son ventre, que ces mots vivaient par leur propre force et qu’ils n’avaient pas besoin de l’aide des hommes pour exister.

  

 

Ange était sur sa couche, mécontent de lui. Il avait trop dit!..... Il leur avait ouvert une porte sur l’autre Dimension!.... Mais il ne voulait plus cela!.... Il voulait que ce corps cesse et qu’il retourne chez lui…

Et il venait de les interroger!...“La curiosité est le pire de l’homme!”... Ils vont maintenant le pourchasser pour savoir. Une fois encore!... Mais il ne veut plus…

 

Alors il redressa son corps douloureux. Presque une heure pour étendre les jambes, redresser la taille et pousser sur ses cuisses les pieds ancrés au sol ! La tête tournait. Il manquait de force.

Il dut attendre encore longtemps ainsi, tentant de ne pas retomber au sol. Puis il avança, de un pas, puis deux, puis trois….Les marches de la véranda demandèrent à ce que ses doigts crochent ferme la rampe de bois…

Puis ses pieds nus s’ancrèrent dans la terre et il marcha vers le bruit de l’eau derrière les palissades. La porte du jardinet s’ouvrit devant lui sans grincer.

Il monta la sente rocailleuse.

 

Le torrent en dessous de lui rugissait sa fureur d’être coincé entre ces rocs trop étroits. Il posa les pieds à moitié dans le précipice en dessous de lui. L’eau lui donnait son odeur et son froid. Il maintenait son poids sur les talons. Il allait suffire maintenant de faire basculer le corps, doucement, sans brutalité et il deviendrait comme la plume qui se laisse porter par le vent.

Il souriait. Là, il était heureux. Il aimait la mort, ce départ du monde des hommes qui ne savent plus ce qu’ils sont.

 

- Seule la mort peut sauver la vie de l’homme…

 

Les sons venaient de sa gorge. Ils le surprennent. Il marmonnait pour lui, sans pensée, en réflexe ! Alors il ne fut pas content de lui. Une fois encore il lâchait prise à la mort et laissait les mots s’échapper de ses lèvres!... Mais les mots sont les affaires d'hommes, leur manière de communiquer lorsqu’ils ont perdu la force de l’union avec eux… Alors pourquoi il parlait encore!... Quel est ce curieux espace ici, ce monastère, qui le pousse à laisser les mots partir de son cœur. Il ne veut plus cela. Il a déjà trop dit!

 

Alors il force sa vie à aller en avant de son corps. Le poids quitte lentement les talons. Le rugissement de la rivière entre dans ses oreilles, gagne la tête et commence à remplir la poitrine. Maintenant tout est prêt, tout est dit. Il peut laisser le poids aller de lui-même en avant. Tout est bien. Le sourire étend ses lèvres et la détente s’épanouit en lui… depuis si longtemps absente!

Le plaisir de la mort est en lui. Tout est dit.

 

- Si l’oiseau quitte la maison, la maison n’entendra plus son son et elle sera vide de vie.

 

C’est Heidi qui murmure ces mots. A trois pas derrière le jeune homme. Elle ne sait pas comment sa bouche a pu s’ouvrir, si crispée. Elle l’a vu sortir de l’enclos et elle a suivi, les mains tordues sur ses doigts pour ne pas crier de douleur, pour se rappeler que la vie tenait encore ce corps devant elle et que l’espoir continuait.

Elle est restée derrière car ce qui se passait là était plus fort qu’elle. Elle ne pouvait rien faire. Seulement suivre pour être là. Seulement être là!

Ces mots sont sortis d’elle, sans qu’elle ouvre la bouche pour leur laisser la place d’avancer devant elle. Ce sont des mots de son frère!.... Ce ne sont pas ses mots à elle car elle est incapable de souffler cette force dans la vie. Mais son frère savait, lui. Et c’est lui qui a parlé.

 

Le jeune homme ne se raidit pas. Il ne fut pas surpris car il était déjà chez lui et il ne pouvait pas être touché par les sons des hommes. Il continua à faire basculer son poids sur l’avant et le bruit du torrent entra dans ses jambes. Le sourire s’élargit sur ses lèvres. Le corps bascula.

 

Le Maître tueur surgi de l’obscurité plongea vers le corps qui disparaissait, avalé par le précipice. Sa main crocheta la cheville. Il se sentit entraîné. Il avait plongé trop loin ! Maintenant, c’était lui aussi qui allait disparaître dans le précipice.

Il sentait une joie énorme lui gonfler le torse, un bonheur rayonner dans le corps. Il ne connaissait pas cela! Cette chaleur provenait du corps qu’il tenait dans sa main par la cheville !… Une force de joie !...

Alors il eut envie de suivre le jeune Blanc dans le précipice et d’entrer dans l’eau qui ouvrait déjà la gueule noire pour les avaler. Il perçu le sourire de la mort, ses yeux brillant de satisfaction et il fut content de cette présence, cramponné maintenant des deux mains sur la cheville du Blanc. Il ne voulait plus le lâcher ! Il voulait aller avec lui là où cette Joie demeure !

Ravi il sentait son ventre glisser sur la tranche de la falaise. Il ne ferma pas les yeux… au contraire bien ouverts sur cet instant, cette découverte de ce passage si joyeux du monde des vivants à ceux qui n’ont plus de corps.

 

Lorsque ses jambes furent immobilisées sur le rebord de la falaise, il ressentit un mécontentement, comme lorsqu’une mouche vient déranger sa méditation… C’est Tong qui vient de le saisir pour retenir sa chute. Lui aussi a plongé derrière lui !

Quatre autres moines se précipitent et viennent en appui… Hiro ferme les yeux. Son corps est tiré hors du précipice. Il tient ferme ses mains sur la cheville du jeune homme. Il n’est pas content.

 

- Vous ne savez pas ce que vous faites!... rugit encore une fois le jeune Blanc allongé sur sa couche avec des bouillottes autour de son corps pour arrêter les tremblements de ses os… Ils croient que c’est le froid!.... les imbéciles!

- J’ai besoin de Toi, dit Tong, humblement, à genoux à côte de lui.

 

Le jeune tourna la tête vers “long jour sans pain”. Les flammes de ses yeux disaient son mépris.

 

- non, tu n’as besoin que d’une femelle!

 

Tong baissa les paupières. Il ne pouvait pas supporter cette flamme de celui en face de lui.

 

- Mon frère m’a dit… commença Heidi, venant au secours du moine, à genoux de l’autre côté de la couche.

- Et Toi, que dis-tu!... laisses ton frère là où il est !... Tu ne seras jamais qu’une femme de seconde main à radoter ce que les autres ont dit !... et tu chercheras qu’un mâle pour te remplir!!!

 

Le jeune Blanc rugissait. Les moines se reculaient devant cette fureur. Hiro ne savait plus agir, appuyé contre le bois de la paroi en face des pieds du jeune homme. Il tentait de redonner de la chaleur au corps gelé.

Le Maître souriait, adossé à la paroi près de la porte ouvrant sur la véranda. Il marmonnait des sons au fond de sa gorge : “ il aime expliquer… alors je peux encore le sauver!”

Il haussa les épaules devant le regard interrogateur du Maître cuisinier. Il avait de la joie dans son cœur. Ses lèvres s’étiraient vers les oreilles dans un contentement d’être encore vivant sur la terre des hommes…

 

Il marmonna : “avoir celui-là avec soi est le dernier défi de l’univers… Merci”.

 

 

**************************