22. La femme

 

Heidi fut la première à venir… Comme les mésanges qui sont toujours les premières au poste de nourrissage….Elle avançait à larges enjambées dans le jardinet et monta sans hésitations les marches de la véranda. Le jeune homme lui montra le coussin en face de lui… Il était adossé à la paroi de bois du pavillon.

Elle devenait belle. Elle devenait femme. Son corps s'affinait. Le regard perdait de sa raideur, de sa peur, même de la provocation. Elle portait les seins comme les femmes de la campagne, sans peur de leur état de femme.

Elle attendit que le regard du jeune homme revienne sur ses yeux. Puis elle demanda:

- Que puis-je faire avec mon corps pour la Création?

 

Ange sourit. Il aimait cette manière directe. Elle se sentit réchauffée par ce sourire-là et elle perdit un peu de sa raideur dans les épaules.

- C’est bien!.... tu dis “mon” corps… Tu t’impliques dans la question. Tu ne fuis pas dans les généralités… Tu peux aller très loin avec cette impulsion directe vers le centre de “toi”.

 

Elle ne comprenait pas très bien… mais elle savait qu’il la reconnaissait comme “vraie”... Alors elle se détendit encore plus.

- Tu vois, la femelle a un trou, le mâle un bâton…

 

Elle sursauta à une entrée en matière si crue… Le jeune homme continua le mouvement de ses mots tout en suivant les vibrations de son visage si expressif.

- La femelle de l’homme s’appelle une “femme”.

 

Elle acquiesça. Elle se retrouvait dans un vocabulaire connu.

- Alors la question que tu poses soulève une autre question : es-tu une femme ou une femelle?.... Voilà la question primordiale qui fera de toi une esclave de la terre ou une fille du Ciel… Non, ne réponds pas… Ecoute mes mots… Suis la chanson de mes mots…

 

Elle ouvrit la bouche, lèvres légèrement entrouvertes, car c’était sa manière d’aspirer l’air bougé par les mots sortis de la bouche des hommes.

- Tu vois, la femme peut être l’avenir de l’homme... comme son précipice. Tout dépend d’elle!.... seulement d’elle… Que va-t-elle être?... Un trou qui aspire, absorbe, retient, mange… Ou un trou qui ouvre une porte au fond d’elle et qui donne accès à l’espace de la Douceur… La Douceur est une Force de l’univers et l’homme ordinaire ne peut la toucher qu’à travers le ventre de la femme. Il a cela dans sa mémoire et c’est pour cela qu’il peut être attiré par la femme…

 

Heidi ouvrait grand les yeux… Pour elle, les mots étaient nouveaux… Mais son cœur reconnait leur vérité… Elle sentait dans son ventre le fondement de ces mots lancés dans l’air et qu’elle buvait par sa bouche…

Soudain son frère fut devant elle, souriant... Aussi clair et sain et vigoureux comme si jamais des balles n’avaient traversé son corps de part en part!

- Tu vois… à un moment donné il y a une séparation entre l’homme et la femme… une séparation génétique…

 

Elle sourcilla… elle ne connaissait pas cela.

- Inutile de perdre son temps, “ton” temps, à entrer dans ces détails et des “pourquoi” de cette transformation dans l’espèce humaine... Tu es une fille de la campagne… Tu m’as interrogé sur “ton” corps… Comment “ton” corps peut vivre sa féminité pour la Création?… Alors il faut seulement savoir qu’il y a eu une transformation génétique, ce qui n’est pas si important en soi, mais que surtout il y a eu un nouveau codage génétique sur l’homme et la femme… C’est cela qui est important : le codage!... car le codage va provoquer des réflexes qui seront appréciés par l’esprit et le corps comme “naturels”… mais qui seront une glissade dans la Force à se faire du mal… Et une nourriture pour Elle!

- C’est cela la différence entre une femelle et une femme? demanda-t-elle.

 

Le jeune homme opina.

- Tu comprends vite… tu as les instincts du corps sain… Et l’esprit pas encore trop perverti par les rêves.…. Alors, tu vois… Tu ne peux pas faire confiance aux instincts de ton corps sans une validation préalable.

- Tu veux dire que mon corps peut être mon pire ennemi… comme tu le disais dans le temple;

- C’est cela… ton pire ennemi… Comme ton meilleur ami!... Tout va dépendre de ta lucidité dans tes réflexes… Si tu te précipites dessus, comme naturels, évidents… tu vas plonger bien bas dans l’état de femelle… Aussi il est important de comprendre ce que c’est que l’état de femelle… ce que c’est que ce codage génétique originel à la séparation des sexes.

 

Heidi fit la moue…

- Je commence à comprendre... J’ai toujours senti ce danger dans mes impulsions vers les hommes… Je sentais quelque chose de dangereux… “Ils” disaient que j’étais prude de ne pas vouloir aller avec eux… Mais ce n’était pas cela : je sentais quelque chose de “faux”… Et toujours le visage de mon frère apparaissait : sérieux, un peu inquiet… J’avais l’impression qu’il me disait “non”… Maintenant je commence à comprendre que je n’étais pas complètement folle… Même si je ne comprends pas beaucoup… et j’en ai la sensation maintenant, que je ne connais pas grand chose…

 

Le jeune homme écouta son rythme lent, de la femme qui cherche au fond d’elle… qui ne se laisse pas démonter par les mots des autres… Elle cherche… Ce sont ces femmes-là qui vont loin dans la Création car elles ne courent pas derrière leurs sensations, émotions comme les oiseaux derrière les graines que le destin leur lance.

 

- Tu vois, … La femme a un vide en elle. Elle a un trou. Elle ressent cela comme une perte en elle et elle a le réflexe, le souci, la préoccupation de remplir ce vide, de remplir ce trou… Sans ce trou comblé, elle ne se sent pas complète… C’est ce sentiment de “non-complète” qui est la conséquence du codage génétique de la séparation…

 

Le jeune Blanc reprit son souffle en son cœur pour poursuivre lentement. C’est comme s’il cherchait les mots au fond de lui.

 

- Le codage génétique est : “tu n’es pas complète!”..... Alors il y a la peur au ventre de perdre sa vie, de passer à côté de l’essentiel… et c’est la course à la “complétude”… Comme une affamée!... C’est cela le piège de ce codage! : pousser à cette course pour être pleine!.... Une magnifique manipulation énergétique car dans cette course, pour cette course, tu dois utiliser les outils de la séparation, les outils de la Force qui a produit la séparation … Et c’est donc elle que tu nourris par ton mouvement… Dans cette course tu n’es qu’une femelle à la recherche de son mâle…

 

Il laissa le vent venir dans la chevelure de la jeune femme. Elle écoutait avec l’attention de tout son corps.

- Le piège est très profond car la recherche du mâle n’est pas que sur le cercle externe de la vie… mais aussi sur le cercle interne…

- Je ne comprends pas, avoue-t-elle

- La femelle ne cherche pas seulement à être remplie par un mâle qui est physiquement un “homme”… Elle peut aussi chercher l’accouplement dans une dimension qu’elle va appeler “religieuse” ou “spirituelle”… Tu vois, le piège est bien constitué!

 

Heidi, choquée, rate quelques respirations… Puis tousse longuement.

- Merde ! dit-elle simplement

 

Mais ce “merde” vibre fort dans l’espace et remue la merde de la vie ordinaire.

 

- Tu peux comprendre ainsi que la “possession” n’est pas seulement dans la vie ordinaire… mais aussi dans la vie extra-ordinaire que certains appellent spiritualité… Alors il n’est pas facile d’être une femme.

 

Il retint encore son souffle et il continua lentement… Chaque mot prenait son espace.

- La femelle voudra combler son trou… elle aura la peur au ventre… Elle sera toujours à “vouloir”… Jamais “assez”… Jamais contente, jamais satisfaite… Elle poussera l’homme à toujours lui donner plus!.... même si c’est un homme dans la dimension “spirituelle”…

 

Il s’arrêta… Il voulait être certain que ses mots allaient percuter la jeune femme.

- Et en final elle gardera tout pour elle… elle ne redonnera rien… Elle ne s’offrira pas comme l’espace dans lequel l’homme peut s’épanouir et “faire son œuvre”… comprends-tu cela, dit-il doucement?

- Je crois que je commence à sentir le mouvement de mon ventre dans ces mots, souffle-t-elle... Tu veux dire que c’est cela la différence entre la femelle et la vraie femme… “s’offrir comme espace de vie?”

 

Il respira doucement, comme libéré d’un poids… Elle comprenait!.... Cette petite femme de la campagne comprenait!.... La joie éclata dans son cœur. Il ne la prit pas dans ses bras car elle n’aurait pas compris… Il la caressa de son sourire et elle rayonna sous cette caresse.

- Oui, c’est exactement cela...

 

Il sépara chaque syllabe de “ex-ac-te-ment”

- C’est seulement une question d’espace… Seulement cela.

-Alors il n’y a pas de règles à suivre, si je te suis bien?

- Ex-ac-te-ment-… Il n’y a aucune règle… Tu utilises “tout” ce que tu es!...

 

Elle se concentra. Une mésange eut le temps de venir examiner ce curieux couple qui parlait dans la lumière qui passait encore par dessus les crêtes.

- Dis-moi cela autrement, s’il te plait, Ange… Je veux être sûre que la joie que j’ai dans mon ventre avec mon cœur en explosion n’est pas un imaginaire!

 

Il laissa l’oiseau revenir car il s’était envolé lorsqu’elle parla…

- Fais-toi remplir le trou que tu as entre les cuisses!… Et fais toujours de l’espace dans ton cœur et ton ventre… Tout se fera alors automatiquement… car la relation de la vraie femme avec la Création est dans chacune des cellules de ton corps… Il suffit seulement d’ouvrir l’espace!... Ne rien retenir pour toi.

- Mais l’homme!.... n’importe quel homme? suffoqua-t-elle.

- Non… c’est ton cœur et ton corps qui te disent ce que l’homme veut vraiment… et ils se fermeront s’il veut seulement te posséder… Mais tout s’ouvrira s’il respecte ce trou que tu as car il sent en lui qu’il y a une porte au fond qui ouvre sur la beauté de la Création…

 

La jeune femme médita cela…

- Mais, comment faire… ici!

- Demande à Tong!.... il a la capacité d’être un vrai homme.

 

Il éclata de rire devant la bouche ouverte de Heidi…

Son rire continua dans le silence de la nuit qui venait… Bien après que la jeune femme fut avalée par l’obscurité.

 

 

Ange resta avec la nuit, la couverture sur les épaules… Il suivait la respiration du lieu… Il suivait son mouvement… Il devait comprendre le mouvement de ce monastère car son corps lui disait la proximité du danger… une force qui voulait l’enrouler, l’immobiliser et l’obliger à donner ce qu’il ne veut pas donner.

 

Son corps savait cela… Il fallait maintenant que son esprit puisse décoder cette réalité. Il devait donc suivre le mouvement du lieu car seul le mouvement possède en lui la réalité de l’intention.

Alors il respire le monastère, toute la nuit, par chacune des fibres de son corps.

 

Au petit jour, la clarté de son esprit lui dévoila une part de la réalité du lieu. Une part seulement car il sentait qu’il y avait encore des « faits » encore plus profonds qui cherchaient à se dissimuler sous la couche des mémoires.

Cette nuit son corps avait suivi pas à pas l’intention la plus évidente qui se développait maintenant dans ce lieu.

Il était arrivé au Maître… avec en surplus la vibration plus lourde de Hiro. Mais Hiro n’est pas important. Il suit le Maître. C’est ce dernier qui est le décideur et l’acteur.

- le salopard, susurra-t-il au vent qui se levait avec la lueur qui voulait passer la crête des montagnes et toucher la vallée.

 

Ainsi il voulait le pousser à donner sa Vie au monastère pour qu’ils puissent manger sa Force!... Alors cela veut dire qu’il aime plus les hommes que la Force de vie!....

- Il cache bien son jeu, ce salopard!

 

Car la question du choix ne se pose jamais lorsque l’on est amoureux de cette Force… de l’Origine de la Création. Il n’y a aucun doute. Il n’y a aucune incertitude. La seule réalité est cet Amour et cet Amour n’a pas de conditions, n’a pas d’aménagement, n’a pas d’interrogation.

La seule interrogation de cette Force est seulement : “comment je vais faire cela?”

C’est une interrogation sur le moyen à utiliser… pas sur le fondement du choix!

Aussi lorsqu’il y a choix, il y a automatiquement l’amour du côté des hommes… L’amour des hommes en priorité est déjà avoir perdu la relation avec cette Force car si on n’aime pas l’Amour, l’Amour s’en va!.... C’est un grand mensonge dit aux hommes que de leur faire croire que le Ciel est toujours là et que la terre peut l’utiliser comme elle veut, quand elle veut… et le remercier comme elle le veut!

- Alors c’est pour cela qu’il a besoin de moi!.... Il est coupé de cette Force!.... Il a juste une compréhension à travers les échanges informationnels par le biais de la méditation et des visions… Mais il n’est pas porteur de cette Force!

 

Alors cela veut dire qu’il n’a pas suivi cette Force lorsqu’il fut en contact avec Elle… physiquement en contact… Cela veut dire qu’il a cherché à “aménager” ce Pouvoir pour le seul bien-être des hommes car il était plus préoccupé des hommes que de cette Force de vie…

 

- Il a compris trop tard que cette Force de vie est un vent et si on ne La saisit pas à l’instant, c’est comme le parfum de la femme qui reste dans l’air mais la femme est déjà loin.

 

Mais en fait, a-t-il “compris” ou seulement constaté que seule la force de ses propres énergies vivait dans son corps?… mais pas cette Force. Car si ce n’est pas cette Force qui fait vibrer les cellules du corps, c’est seulement la radiation du corps vulgaire, celui qu’on a à la naissance lorsque l’on arrive dans l’univers de l’homme et on reste seulement par ses propres énergies.

- Vouloir me manipuler… moi!....

 

Il éclata d’un rire tonitruant qui réveille les montagnes devant lui…

- Ainsi mon corps savait déjà!.... merci mon corps!... lorsque j’ai lancé Heidi dans cette voie de sa féminité… Quel bordel que j’ai préparé pour elle!... Mais au moins, elle va devenir vivante!... Une vraie femme vivante!.... Pas de ces produits monastiques qui serrent tellement les fesses qu’un grain de riz n’y passerait pas!...

 

Il sourit, heureux, au futur libre de la jeune femme. Elle avait l’honnêteté avec elle. Elle méritait la vérité et la liberté de ses respirations.

Il restait doucement assis avec la lumière qui gagnait la vallée…

- Vous allez voir le bordel que je vais vous mettre!.... la Liberté que je vais faire exploser dans ce lieu de merde, de menteurs et de voleurs!!!!!.... Te!... un défi à ma mesure!.... Allez ! puisque vous avez ouvert le bal, je vais vous fournir la musique!

 

Son rire éclate du fond de ses entrailles et réveille le monastère.

 

Mais au fond de lui, il sait qu’un point obscur reste bien caché. Il a le sentiment que cela est en connexion avec ce curieux lieu qui agit sur lui et le pousse à « dire des mots »… Et cela n’est pas un « enchaînement » comme le voudrait le Maître… C’est plus loin que cela. C’est plus profond que cela… C’est plus lourd que cela… car il y a là-dedans une souffrance énorme dans son corps… et aussi un mécontentement qui le pousse à « dire ».

«Comme si j’étais poussé à répéter… quelque chose !... quoi ? »

 

Et pourquoi ce lieu parle si fort à son corps ?... et pourquoi ce vieillard l’attire tant et qu’il voudrait souvent le prendre dans ses bras et le serrer fort sur son corps ?.... sans raison !

« Alors que c’est un vrai salopard !.... Un de ces Maitres manipulateur des Hommes … Un de ceux qui font miroiter la Lumière mais qui n’offrent que les ténèbres… Un de ceux qui vivent sur la douleur des autres et de leurs rêves.»

 

Il s’allongea sur le bois de la véranda et laissa la lueur qui apparaissait par dessus les crêtes prendre possession de sa chair douloureuse.

« Que je sois attentif et la vérité viendra à ma conscience ! »

 

Il ferma les yeux sur le devenir du monde et de lui même.

 

 

**********************