24. L'homme

 

Tong arriva au petit jour.

Il savait le jeune Blanc levé tôt, assis face aux montagnes, à suivre la lueur grandissante qui voulait passer les crêtes.

Il vint à petits pas, comme quelqu’un de très précautionneux qui ne veut pas déranger l’air autour de lui.

Ange le regardait venir. ….“Son corps est déstabilisé”!.... Il ressentit une peine dans sa poitrine. Il connaissait ce genre d’incertitude qui ruine la stabilité du corps. C’est lorsque se trouve attaquée la confiance que l’on avait en quelqu’un ou quelque chose et que l’on découvre que tout cela est relatif… Que ce support n’est pas absolu.

 

“Mais il faut passer par là pour grandir”, murmura-t-il au vent… Mais en même temps il en voulut à l’Univers de toujours devoir passer par la souffrance pour évoluer dans le mouvement de sa libération…

 

“Mais libération de quoi!”, continua-t-il à marmonner tandis que le moine gravissait les marches. Il regardait ses pieds, comme s’il ne voulait pas perturber le bois de ses grands pieds… Comme s’il lui demandait pardon de s’appuyer sur lui pour supporter son poids qui lui semblait une tonne sur ses épaules.

- J’ai besoin d’aide, dit-il simplement debout devant le jeune homme.

 

Cela n’était pas l’habitude de l’Asie. Elle prenait toujours des détours. Mais c’est vrai que sur le bord du précipice il avait déjà dit : “J’ai besoin de toi”…Alors peut-être une autre force vivait en lui que celle des gens de sa race d’homme...

« Un curieux garçon! » se dit Ange en l’examinant tranquillement.

“Jour sans pain” se soumit à cette observation. Il ne fit rien pour s’y soustraire. Il ne fit rien pour modifier sa position. Pourtant il savait son poids mal reparti sur ses jambes. Il savait son centre du ventre trop haut car trop préoccupé par son cœur qui battait la chamade. Mais il n’a pas tenté de masquer ses imperfections. Il laissait le jeune Blanc faire son jugement. Il n’a pas peur du résultat car il se sait imparfait, presque complètement nul… perdu! Il n’a qu’une envie : s’asseoir et pleurer. Il n’aurait aucune honte à le faire devant ce jeune Blanc. Il ne sait pas pourquoi, lui qui cache toujours ses émotions!.... Mais maintenant il n’a pas peur…

 

Il sursaute sous la vibration de ses propres mots en lui. … “Maintenant!”… Il comprend dans son corps que c’est seulement “maintenant” qu’il n’a plus peur!.... Tout son courage revient d’un coup… “Maintenant!”… L’intelligence de son corps lui dit que c’est “maintenant”, seulement qu’il n’a plus peur!.... devant ce Blanc car il est “sous sa protection”… Oui, il est dans l’espace de cet homme qui le protège. Maintenant il en prend conscience. Il a toujours eu peur!.... du regard des autres… d’être imparfait… Il a toujours voulu montrer le meilleur de lui même!.... et maintenant, devant ce jeune corps qui le regarde, il se sent libre et léger et il comprend que ce n’est pas lui, Tong, qui a créé cette liberté de son souffle, mais c’est lui, ce jeune Blanc, qui l’a accueilli dans son espace.

- “ Par tous les Kamis!... que cet espace est énorme!” laisse-t-il échapper en son cœur.

- Oui, tu perçois bien, mon ami… cet espace est énorme! susurre Ange par un doux mouvement des lèvres.

 

Tong sursaute. Il est certain qu’aucun son n’est sorti de sa bouche, n’a franchi la barrière de ses lèvres.

Le jeune Blanc continue … Le sursaut de l’asiatique est net… Mais pourquoi approfondir cela?... Que de gens perdent leur vie dans cette recherche de la compréhension des pouvoirs “para-normaux”… Comme si ces pouvoirs pouvaient faire quelque chose pour eux… leur apporter sérénité, richesse du cœur mais aussi celle du porte-monnaie…

- Ne perds pas ton temps avec cela, mon ami, dit-il doucement… Dis-moi seulement pourquoi et pour qui tu as besoin d’aide.

 

Tong courbe les genoux devant ce regard de bienveillance. Son cœur suffoque devant la générosité qu’il sent là… Une générosité pour lui, Tong... Pas une générosité pour quelque chose d’autre!....

C’est la première fois de son existence qu’il est devant un tel phénomène!.... Ses jambes ne le soutiennent plus, ses genoux touchent le sol et ses fesses viennent reposer sur ses talons.

Ange sourit:

- Prends un coussin!..... confort d’abord!

 

Ses yeux riaient.

“Confort d’abord”!.... Jamais « Jour sans pain » n’avait entendu ces mots dans la tendresse de son cœur… Jamais!.. Il avait toujours entendu chacun et tous les Maîtres dire : « effort… effort … et encore effort… »

- Ne fais pas trop attention à ce que je dis, mon ami... tu sais… je suis un peu fou!... Je mets toujours la charrue devant les bœufs avec l’espoir qu’ils vont devenir taureaux…

 

Le long asiatique resta la bouche ouverte!

- Attention aux mouches, rugit Ange…

 

Et il éclata d’un rire tonitruant qui remua si fort ses entrailles qu’il dut se tenir le ventre.

Tong le regardait bouche bée... Puis ce rire gagna son ventre à lui aussi et il ne pouvait plus empêcher la vibration qui prenait possession de son corps... Et il eut mal de rire tant! Le plancher de la véranda trembla sous l’impulsion des deux corps tressautant…

 

Quelques moines se hissèrent pour passer la tête au-dessus du muret du jardinet. Ils ne comprenaient pas ce rire dans ce lieu de silence et de paix!

- Dis-moi, Long jour sans pain… Quelle aide veux-tu? demande doucement le jeune homme.

- Je ne sais pas, avoua Tong…

 

Il était venu avec une question concernant Heidi. Elle lui avait demandé de “la remplir”. Puis il a simplement dit “j’ai besoin d’aide”. Il sut à ce moment que sa question ouvrait sur une autre dimension plus large. Alors il a laissé venir le jeune Blanc car c’est lui qui va départager les espaces entre lui, Heidi et encore tout ce qui tourne autour de lui. Il a confiance.

- Je suis venu d’abord pour Heidi, dit-il… Pour la remplir.

 

Ange le regardait souriant. Puis doucement il dit:

- Que veux-tu remplir… elle? … ou toi?

 

Tong ferma les yeux sur son désarroi. Il sentait son mensonge. C’était lui qui avait besoin d’aide!.... Certain!... Et il prenait Heidi comme origine à sa démarche!

 

- Je ne sais plus rien ici, avoue-t-il… Tout est en mouvement et plus rien n’est certain… Je ne sais plus ce que sont mes pas dans ce monastère… Je ne sais même plus ce que je fais là!

- Donc c’est toi qui as besoin d’être rempli… dit doucement le jeune Blanc… Mais la femme est l’avenir de l’homme … Alors vous avez besoin de vous deux, continue-t-il.

 

Tong redressa la tête.

- “Vous deux”… c’est toi et toi… Tu comprends continua le jeune Blanc.

 

Le moine fit “non” de la tête.

- Tu es autant femme que homme… Juste une petite différence physiologique!.... Mais ton corps énergétique est autant homme que femme et toi en tant qu’homme tu as besoin de la respiration de ton côté femme pour te sentir vivant… Donc c’est toi qui dois remplir toi…

 

Tong continua à osciller la tête en négation. Il ne comprenait pas… Mais il sentait ces mots vrais dans son ventre.

- Ce que vous appelez “Illumination” est un état féminin dit Ange… Tout ce qui est rempli et tout ce qui reçoit est la part féminine de l’Être….C’est la terre qui se laisse pénétrer par le Ciel.

 

Le moine remua la tête doucement… Comme la vache qui commence à comprendre ce que l’on veut d’elle.

- Cela me parle, dit-il.

- Alors va au delà de “ce qui te parle” et gagne plus profondément le secret de ton cœur… Ne cherche pas à comprendre avec ton cerveau… Va dans ton mouvement et ne t’occupe de rien d’autre… Ainsi tu sentiras qu’il y a une part de toi qui aime recevoir… et une part qui aime donner.

- Oui, je sens cela dit le moine.

- Alors va encore plus loin… Entre dans la part qui aime recevoir… Et tu constateras que c’est elle qui donne l’espace à “ce qui aime donner”… C’est elle qui détermine et oriente l’action de “ce qui aime donner”… Sens-tu cela?

 

Tong resta un long moment avec lui-même.

- Oui, je sens cela … Et c’est tout nouveau!.... Je n’ai reçu aucune instruction à ce sujet… Je devais toujours donner… Tout... et encore plus que tout!

- Ce n’est pas faux, dit Ange… Mais c’est encore une autre Dimension dans laquelle il est très dangereux d’aller car elle est copiée par la Force à se faire du mal pour manipuler le meilleur de l’homme… Ainsi maintenant… Maintenant! comprends-tu?....

Dans ce “relatif” de maintenant, tu as à te nourrir, à te remplir. Ton côté “femme” doit s’exploser dans la joie d'exister… Tout simplement d’être une femme heureuse d’être une femme ! comprends-tu?

 

Tong réfléchit un long moment.

- Mon corps vibre à tes mots… Je le sens s’agiter… Comme on est lorsque l’on sort du réveil… Je le sens devenir vivant… et de la joie est en lui, pas seulement en mon cœur… Mais en dehors de mon corps, je ne comprends rien! , continua-t-il à avouer.

- Si je voulais suivre ta tradition, celle qui existe dans ce monastère, je te demanderais:”qui est “JE”? …. mets-le sur la table que nous l’examinions…”

 

Le moine sourit. Cela il comprenait. Il était en terrain connu.

- Mais je ne vais pas rester sur cette Dimension, continua Ange, le sourire aux lèvres… Ce serait trop facile pour toi!.... Tu sais bien que le “JE” est ton esprit rempli de tes références qui apprécient tout et cataloguent ce qui est bien et ce qui est mal…

 

Ange élargit son sourire en se penchant vers le long moine.

- Mais cette connaissance de “JE” ne l’empêche pas de continuer à jouer son propre jeu... Et tu restes toujours aussi con!... Tu es comme ces animaux qui tournent en rond dans le même enclos car ils en connaissent les limites... Mais qui n’arrivent pas à passer ces limites!.... même s’ils le veulent!... et sais- tu pourquoi?

 

Tong secoua la tête en négation.

- Parce que celui qui décide de rester dans l’enclos est le même que celui qui voudrait en sortir… C’est le même “JE”… tu comprends.

- Est-ce cela que tu disais dans le temple, que celui qui décide d’aller en religion est le même qui décide d’aller au bordel, demanda-t-il?

 

Ange le regarda avec tendresse.

- Je ne me souviens pas d’avoir dit “en religion”… Mais quelque chose comme “monastère”… Du moins, je crois, dit-il… Car je ne fais aucune confiance à ma mémoire qui est entièrement relative… Mais ton mot de “religion” témoigne du travail qui se fait en toi sous la pression de mes mots… Alors c’est bien!.... Je n’ai peut-être pas perdu entièrement mon temps dans ce “monologue” devant vous…

 

Tong se concentra sur ses souvenirs.

- J’avais retenu ce mot, dit Tong… Mais pourquoi dis-tu que tu n’as aucune mémoire?

- Parce que les mots et les actions sont issus d’un espace qui dirige et induit tout… Alors il n’y a rien d’absolu… Tout est en relativité de l’espace qui pousse et tire…

 

Tong se courba doucement vers le jeune Blanc… comme s’il voulait le toucher… Presque le caresser.

- Je comprends cela... maintenant… dit-il… Mais pourquoi seulement “maintenant”?

- Parce que tu es dans mon espace... et que je te remplis!... lâche Ange dans un grand rire… C’est Moi « maintenant » l’Homme !

 

Le moine resta coi, choqué.

- Comprends-tu ce que veut dire “être rempli” et “remplir”?... Ai-je répondu à ta question première?

- Je n’y comprends plus rien… mais mon corps se sent en terrain connu!... souffle le moine

- Alors reste avec le corps et ne fais pas chier avec ton intellect… car ton intellect n’est que l’intelligence de l’espace qui est en toi…

 

Il resta un moment avec l’air frais du petit matin.

- Alors es-tu prêt à aller maintenant en profondeur de l’Être et regarder doucement comme il peut se “remplir”, ce qui signifie la même chose que de demander de “l’aide”.

- Je suis prêt, dit lentement le moine. Il avait ouvert grande la bouche pour laisser ces sons sortir de la profondeur de son ventre et il sentait son cœur battre.

 

Ange s’adossa à la paroi de bois. Il aimait cette matière. Elle venait de la vie d’un arbre qui se continuait dans le corps de ceux qui savent toucher.

- Alors c’est très simple. La femme est l’avenir de l’homme car c’est en elle, en son ventre, que l’homme peut toucher la Douceur… Cette matière!.... pas de la sensation!... Alors tu dois entrer dans le ventre de la femme et la remplir!... Sans cela la magie de l’univers ne peut pas fonctionner.

 

Le moine était toutes oreilles ouvertes.

- C’est en ton ventre que tu dois aller!.... Pas celui de la femme!.... Tu dois découvrir en toi le plaisir d’être la femme… Alors il ne s’agit pas de mettre ton bâton dans le trou entre les deux cuisses d’une femelle!

- Mais Heidi, demanda le long moine?.... Que veux dire “la remplir”?

- C’est tout simple, sourit Ange… Tu ne remplis rien et tout va se remplir tout seul!

- Je ne comprends pas…

- Tout simple… Tu la regardes… Tu la reconnais en tant que femme qui peut t’apprendre à découvrir ton côté femme… Le regard d’homme que tu porteras sur elle rayonnera sur toi… Elle sera remplie de ce regard, de cette attention… et fonctionnera la troisième loi énergétique… Ainsi vous commencerez à vous mélanger.

- C’est de cela dont tu parlais dans le temple: la pénétration par intérêt.

- C’est cela… Le pire pour une femme c’est de n’être pas regardée et prise… Elle a alors le sentiment qu’elle est inutile et vide… Alors regarde Heidi, et prends ce qu’elle te donne en retour.

- Seulement cela!.... s’étonna le moine.

- C’est énorme!.... Elle sera pleine de toi et te donnera en retour son cœur chaud de femme… Prends le cœur au fond de toi et savoure-le… Ce sera ta nourriture pour découvrir le bonheur de recevoir et donner… C’est ainsi que tu pourras devenir un Vrai homme en aidant une femme à être une Vraie femme…

 

Ange sourit.

- En dehors de cela tu ne seras qu’un chien qui court derrière une femelle!

 

Il n’y avait plus rien à dire. Tout était clair. Le jeune Blanc prononçait la fin de la rencontre.

 

Tout entré en lui le long moine en oublia de s’incliner avant de pousser sur ses cuisses et se lever. Il s’en rendit compte lorsque ses pieds foulèrent la terre au pied de la véranda. Il se retourna brusquement, le corps rempli de culpabilité et il lança son pas pour remonter les marches et s’incliner.

Ange l’arrêta d’un son fendant l’air comme le sabre :

- Non !... continue ta marche… elle est bien ainsi !... cesse donc de te préoccuper des apparences !... laisse cette Force de Vie guider ton corps et oublie tout ce que tu as appris !

Tong joignit les mains devant son cœur en remerciement.

Le jeune Blanc se saisit de son coussin et le lui lança violemment au visage :

- pas encore parti pour ta vie !... cours connard !... ou tu ne vas pas être assez rapide pour rattraper le vent !

Il éclata de rire lorsque le long moine, pris dans le souffle du jeune Blanc, fit un bond par dessus le muret du jardinet pour passer directement dans la cour des moines.

Le rire rattrapa Tong qui rugit de plaisir en se recevant sur les mains. Le bonheur était en son corps et il ne savait pas pourquoi… Mais il était là !

Il se sentit un lion des montagnes et ses yeux lançaient des flammes.

 

Plusieurs moines le regardaient bouche bée… Ils n’avaient jamais vu ou entendu une telle énormité dans ce lieu saint ! … Sauter par dessus le muret d’un des deux pavillons réservés aux Maitres !

Ils s’enfuirent en courant prévenir Hiro.

Tong les poursuivit de son rire éclatant.

 

 

***************************