Orientation Ciel

 

 

Servante de Dieu, Guerrière de Dieu

 

 

La première des structures à orientation Ciel, et la plus belle, est celle qu'on appelle la servante de Dieu.

C'est une structure presque exclusivement féminine. Il y a très peu d'hommes, qui ont cette structure de serviteur de Dieu. La femme a une capacité à percevoir la Terre interne alors que l'homme est vraiment orienté dans sa prétention de Terre externe.

La femme a une activité beaucoup plus secrète, plus interne. Ça se voit moins, mais c'est beaucoup plus puissant. C'est pour ça que c'est elle qui enfante, c’est elle qui crée l'enfant. Je me souviens une fois, d'un repas campagnard où il y avait des gens très populaires et des messieurs qui critiquaient les dames. Puis une vieille campagnarde se lève et dit : « Ecoutez, Messieurs, vous nous cassez les oreilles avec vos histoires, vos prétentions, parce que vous, vous gigotez pendant cinq minutes, mais nous, nous travaillons pendant neuf mois ». Ça a mis fin à la discussion. La femme a une capacité, très largement supérieure, à rencontrer, à toucher, à avoir une intimité avec le Ciel et la Création subtile.

 

Alors, cette structure de servante de Dieu est presque en exclusivité féminine et porte bien son nom: on sert Dieu. C'est un contact si intime avec la Création qu'il y a autour d'elle un environnement de la Création, tout un système karmique, toute une forêt mise en place par la Création.

C’est une personne qui n'a pas d'autres pulsions que de servir : elle sert la beauté de la vie, elle sert son dynamisme. Cette personne-là sait très bien qu'il n'y a aucune dissociation entre le Ciel et la Terre, même si elle n'en a pas une compréhension intellectuelle. Pour elle, c'est physique. Il n'est pas possible d'abandonner la Terre à elle-même. C'est toujours une interventionniste pour aider la Terre, pour nourrir la Terre, pour guérir la Terre, pour enthousiasmer la Terre. Vu de l'extérieur, elle peut faire une œuvre très matérielle, mais dans la réalité c'est une œuvre essentiellement spirituelle, essentiellement du Ciel qu'elle est en train de mettre en action.

Comme c'est quelqu'un qui sert, qui rend un service, la perception que les autres ont d'elle n'est pas automatiquement valorisante. Pour elle, son enthousiasme est que Dieu vive librement et pleinement sur la Terre. Et en quoi et dans quoi Dieu peut-il vivre pleinement et librement sur la Terre ? Dans les hommes. Alors, elle se préoccupe que les hommes aillent bien. Elle va toujours chercher des solutions. Elle est complètement impliquée dans le destin de Dieu et son plaisir à elle, sa jouissance à elle, son contentement à elle est que Dieu vive bien.

 

Elle perçoit la reconnaissance que Dieu a d’elle. Il y a un retour de contentement. Elle ne le recherche pas. Mais Dieu, cette force de la Création, sait reconnaître celui qui le sert. Elle a cette reconnaissance et cette plénitude. Elle a ce bonheur dans le cœur quand elle sait que les choses sont bien faites.

Peut-être que le résultat ne va pas être celui qu'elle aura espéré, celui pour lequel elle aura œuvré parce que l'homme est l'homme et la nourriture, le fruit, l'attention qu'elle va lui donner, va-t-il vraiment l'utiliser dans cette orientation, dans cette intention, dans ce mouvement, ou va-t-il faire une déviation et l’amener dans un autre territoire ?

Mais, ça ne fait rien, elle a fait ce qu'elle devait faire, elle a fait ce qui est juste et ensuite cela vit tout seul. La servante de Dieu est essentiellement ça: faire que ça vive tout seul. Elle aide un mouvement, le nourrit, mais elle a apporté une énorme attention à ce que l'autre soit libre d'elle. Et pour être libre d'elle, il faut développer chez l'autre un enthousiasme à la vie qui est son propre turbo, c'est son propre gasoil.

C'est ainsi qu'elle rend libre d'elle tout le mouvement, toutes les actions qu'elle crée parce qu'elle les amène, elle cherche à les amener dans leur enthousiasme à leur vie.

 

Cette structure est vraiment un maître de l'espace. Elle fait partie de cette dimension. C'est celle qui se soucie que l'environnement aille bien parce qu'elle a une perception physique que c’est l'espace, la qualité de l'espace qui conduit, qui implique la mobilité de la structure. Alors, ce maître de l'espace peut être paisible ou courroucé.

J'ai abordé l'explication de la structure de la servante de Dieu par son côté paisible. Mais elle peut être très courroucée. C'est alors une guerrière. Si je lui disais, à cette guerrière qui attaque franchement le problème, qui va directement à la vérité et qui dit les choses telles qu'elles sont et qui est, dans son mouvement extérieur, excessivement positive et active, qu'elle est une servante, elle ne comprendrait pas. Alors, je l'exprime en disant qu'elle est une guerrière. Mais c'est la même chose. C'est celle qui aime Dieu. Éminemment. Exclusivement. Mais qui l’aime dans un côté, dans un dynamisme fantastique, un dynamisme d'action extérieurement que parfois on pourrait même dire violent. En fait, les deux sont dans la paix du cœur.

 

C'est une structure exclusivement Ciel. Comment va-t-elle s'organiser sur la Terre? Comment va-t-elle adapter cette structure sur la Terre ?

Elle a trouvé des moyens de servir et d’intervenir. Ce sont des moyens où elle va facilement être juge : séparer immédiatement le vrai du faux puisque la définition même du juge, dans son côté noble est de dire le Droit. Le Droit est initialement basé sur la moralité et l'essence même qu'il y a le bien et le mal, qu'il y a Dieu.

Ce sera aussi un avocat, qui tentera de remettre les choses en ordre, de faire en sorte que le faux retrouve du vrai.

En fait, ce sera toujours des structures pour dire la vérité. Quelle qu'elle soit. Mais ne pas seulement dire la vérité, c'est en plus, ouvrir un espace de vie et de circulation. On va dire la vérité pour que cette vérité libère l'espace. Donc, c'est une vérité éminemment religieuse. Ce n'est pas une vérité seulement informationnelle. Ce n'est pas la personne qui va faire du journalisme tel qu'il est vécu par les chocs émotionnels. Cependant, elle peut faire un très grand journaliste qui va faire des articles de fond en reliant toujours l'événement particulier à une atmosphère, à un espace général afin de montrer comment les choses évoluent. Mais il ne restera pas qu'un journaliste puisqu'il ne montrera pas seulement comment les choses évoluent, il aura toujours l'impulsion de montrer comment les choses peuvent évoluer et trouver les moyens de mettre les interlocuteurs en place pour qu'ils puissent transformer quelque chose. Ce qui fait qu'au-delà d'être journaliste, s'il commence ainsi son activité, il pourrait, peut-être, continuer comme diplomate, celui qui est autour d'une table et qui essaye de trouver une solution pour que la vie noble et digne reprenne ses droits.

 

La servante de Dieu, si elle est du côté doux se trouvera dans un système où elle fera pour les autres. Elle peut être une tranquille mère de famille. Elle va s'occuper un peu des affaires du quartier, du monde religieux etc. Elle va essayer de faire du bien autour d'elle, sans prétention mais très curieusement elle sera indispensable, même s'il n'y a pas la reconnaissance qu'on lui donne. Et on sent bien que sans elle, les choses ne fonctionnent pas de la même manière parce qu'elle sait nourrir l'espace. C'est une structure essentiellement mère. C'est une structure nourricière du Ciel. C'est le Ciel réellement qui nourrit et qui aide et développe la Terre, qui éclaire la Terre. Alors, elle peut le faire sur un côté profondément paisible, voire presque inaperçu. Mais, elle peut aussi le faire dans un côté plus évident, c'est-à-dire courroucé et là elle devient guerrière. Et sa démonstration est beaucoup plus flagrante. Mais au fond, c'est le même cœur.

 

C'est une magnifique structure qui fait partie de la première catégorie des personnes : celle à qui lorsqu'on a montré le Ciel, le reconnaît immédiatement et est immédiatement engagée et enthousiaste dans cette communication, et qui, donc, est très attentive à la perfection et à la qualité des techniques et des moyens, des chemins, qui permettent d'aller au Ciel.

La seule chose qui l'intéresse est d'avoir la clé pour ouvrir la porte du Ciel, tous les jours, dans sa vie et le quotidien de sa vie. Elle demande à savoir où est la clé et à savoir ouvrir la serrure et la porte et elle fera très scrupuleusement ce qu'on lui dira de faire et elle sera très attentive et précise quant aux moyens.

 

Mais, cette structure a une faiblesse. Elle a une telle intimité avec le Ciel qu'il faut qu'elle arrive aussi à être connue sur la Terre. Et c'est ça sa faiblesse. Le Ciel va la reconnaître par un élan du cœur naturel, par un bonheur installé à l'intérieur d'elle, un contentement profond qui n'est pas de l’ordre de la satisfaction: c'est du contentement.

Mais, les hommes eux, ne savent pas bien reconnaître la qualité de cette structure, qu'elle soit dans son côté paisible : la servante de Dieu ou dans son côté courroucé: la guerrière de Dieu. Pour eux, c'est quelqu'un dont ils ne peuvent pas toucher, percevoir le mécanisme. On peut très fortement les négliger. Sauf que très curieusement, lorsque ces personnes ne sont plus dans l'environnement ça devient le bordel intégral. Alors là, on s'aperçoit qu'elles servaient peut-être à quelque chose.

 

Ce mouvement d'aller servir est tout à fait normal. Mais, ce qui n'est pas normal, c'est d'être asservi par le mouvement. Il faut rester maître du service que l'on donne. Il faut rester maître de l'espace dans lequel on rentre. C'est une structure de partenariat. C'est un partenaire de Dieu. Ce n'est pas une soumission à Dieu. Elle sert son mouvement, mais elle est entièrement participante. Elle fait partie de ce mouvement.

 

En final, c'est le mouvement de Dieu qui se sert lui-même.

 

C'est Dieu qui se sert lui-même. Alors, par ses difficultés à être reconnue par les hommes, elle va oublier ce partenariat égalitaire avec l'objet qu’elle sert, avec la force qu’elle sert et elle va se mettre dans une forme de soumission. Elle peut ne plus rien maîtriser et glisser dans le processus où l'espace devient maître de la situation. Elle fait un auto-allumage en servitude.

 

Alors, il est très important de faire un bilan très précis de ces structures et de leur expliquer comment elles sont et comment elles fonctionnent.

C'est une magnifique structure, mais hélas excessivement rare. Dommage que beaucoup d'hommes ne peuvent pas accéder à cette structure parce qu'ils sont trop prétentieux d’eux-mêmes.