Orientation Ciel

 

Maître du Ciel

 

 

Je vais maintenant te parler de la structure de maître. Je dis bien de maître et non du Maître. Il y a un écart important, une distance très grande à parcourir entre le fait d'avoir cette structure de maître et être un Maître.

 

Qu'est-ce que veut dire : être maître ? C'est avoir une maîtrise. C'est maîtriser quelque chose, pouvoir bien le diriger, le comprendre. Il est bien évident que tu peux maîtriser beaucoup de sujets, tu peux maîtriser la dialectique, le fait de jouer du violon, du piano ou un sport, mais ce n'est pas pour cela que tu as la structure de maître. Tu peux être très fort quelque part et être considéré comme quelqu'un d'exceptionnel mais ce n'est jamais qu'un artisanat dans lequel tu deviens un virtuose, que ce soit autant dans le domaine physique, intellectuel, culturel ou spirituel.

 

Les structures énergétiques servent à faire progresser quelqu’un dans son voyage du Ciel vers le Ciel, c'est-à-dire dans son voyage de retour à sa maison. La structure de maître est celle qui aide cette possibilité. Elle a cette capacité de replonger dans les mémoires de chacune de tes cellules et de retrouver les enseignements qui y sont intégrés.

 

Donc, la structure de maître est la structure qui retrouve, comprend, enseigne sa connaissance personnelle. Elle sait revenir à sa propre mémoire et la faire ressortir. Puis de logifier sa propre compréhension et la communiquer. C'est donc un être, qui a une très grande sensibilité intuitive, une attention à l'espace et aux événements. Il est intéressé par la découverte. C'est le sens même de celui qui aime enseigner, montrer, faire découvrir, mettre sur le chemin.

 

Mais pas n'importe quel enseignement : celui du chemin pour revenir à la maison. Alors, il est tout à fait évident que son aide va être lié à la qualité et profondeur de l'information qu'il est capable de sortir de ses propres cellules et mémoires. Ce qui n'est pas simple car cette personne vient de quelque part, elle fait partie d'un monde social, d'une culture, de tout un ensemble de l'humanité qui, à lui comme aux autres, a tenté d'inculquer ses propres repères, sa propre manière de penser, ses propres informations. Aussi il est très attentif à faire la différence entre ce qu'il redécouvre de cette vérité qui est réellement dans ses cellules et des informations qui surviennent dans son cerveau et qui ne sont que des informations amenées par la mémoire culturelle.

Donc, c'est un être qui très naturellement est sérieux dans son attention aux événements et aux informations qu'il capte chez les autres, dans l'événement à l'intérieur de lui, surtout à l'intérieur de lui.

 

La structure maître n'est pas quelqu'un qui est arrivé, il est en chemin. Il est devant. Et au fur et à mesure de sa randonnée, c'est un peu comme s'il avait un téléphone portable et qu’il était en train de dire aux autres, derrière lui: « Attention ! Vous allez trouver telle bifurcation, telle pierre, tel pilier, tel ruisseau et il faut passer par là parce que de l’autre côté ça ne va pas. ».

 

Il y a la grandeur et la difficulté de la structure du maître.

La grandeur est d'avoir cette possibilité d'accéder et de mettre à jour ses mémoires et par cela même, il y a sa chimie interne qui se modifie. Mais hélas, il peut devenir super prétentieux. C'est une structure du Ciel mais pas une structure éminemment du Ciel. Cette structure de maître est, finalement, presque plus liée à l'information qu'elle va donner à la Terre, c'est-à-dire aux autres hommes, qu’à sa relation avec le Ciel.

La structure de maître peut s'installer dans une forme de rigidification. Il peut facilement transformer une structure d'apprentissage en structure rigide qui perd sa mobilité. Il perd l'instabilité du randonneur, dans le sens que le randonneur n'est jamais à la même place, il est toujours en train de bouger.

 

Dis autrement car c’est très important, c'est la structure qui est enthousiaste lorsque l'espace se modifie, lorsque la nouveauté se modifie, lorsque finalement, ce qui existe-là éclate sur lui-même continuellement, c'est-à-dire que ce qui existe-là s’autodétruit de lui-même et qu'il y a autre chose qui se construit. Donc, la structure de maître est cette structure enthousiaste à la découverte permanente et a un plaisir presque physique à percevoir que le point d'appui précédent, qu'il croyait si sûr, se détruit et se modifie.

En revanche, si tout d'un coup, il se laisse attraper par d'autres arbres de la forêt karmique dans laquelle il est et qui le rassure sur sa qualité, sur ce qu'il est, s'il se laisse attraper par les félicitations que lui donnent les autres, les élèves, et qu'il perd ce plaisir à ce que tout se détruise constamment, régulièrement, qu'il perde ce plaisir à cette mobilisation constante, il va commencer par établir une stabilité d'enseignement. On va dire de lui que maintenant c'est un Maître. Non. C'est un imbécile qui vient seulement de s'arrêter sur la route. Et ensuite il sait si bien parler et si bien montrer qu'il va arrêter la progression sur le chemin de ceux qui seraient allés plus loin.

 

Comme la structure du maître n'est pas une structure éminemment du Ciel, elle peut s'arrêter et hélas, elle s'arrête souvent. Alors, lorsque l'on travaille avec une structure de maître, pour l’éduquer, il faut porter beaucoup d'attention à maintenir sa mobilité, à l'empêcher de s'enfermer dans ses perceptions, dans ses sensations.

En d'autres termes, quand on est avec la structure de maître, qu'on l'aide, il faut être super dérangeant, super provocant, super embêtant. En fait, il ne faut pas le laisser tranquille sur son rocking-chair avec sa perception, sa sensation, parce que lui, par essence même de structure, cherche toujours à organiser l'information pour la retransmettre. En d'autres termes, c'est une structure qui est capable de retransmettre, deux minutes plus tard, la nouveauté qu’il vient d’apprendre. Donc, il a ce mécanisme de recherche spontanée de mise en forme de l'information, la relancer et la faire rebondir. Alors, il faut faire très attention à ça quand on travaille avec lui. Il faut systématiquement lui casser la machine, qui met spontanément en forme l'information pour la reproduire afin que l’information reste libre, reste mouvante et qu'elle puisse percuter d'autres domaines de compréhension.

 

Celui qui est éminemment du Ciel pourrait dire : « Je ne sais pas qui je suis ». En revanche, la structure de maître pourrait facilement dire : « Je sais qui je suis ». Pour aider une structure de maître il faut déjà être très fort, c'est-à-dire être une structure éminemment du Ciel, faute de quoi il t'entraînera toujours dans un système informationnel, plus ou moins rigide avec ses repères toujours dans le passé et c'est ce qui fait qu’après, le maître est un Maître, parce qu'il y a tout le système social et reptilien, tout le monde de la séparation, qui est à la recherche de cette immobilisation en tant qu'information qu'on peut contrôler.