Voir Dieu! Le commencement...

 

 

Et maintenant, nous allons aborder les limites des différents espaces que tu vas rencontrer, c'est-à-dire ceux dont je t'ai déjà parlé hier : la bassine à merde.

 

Le véritable chercheur de Vérité veut sa libération complète. Il ne se préoccupe pas de sa Dignité puisque celle-ci est parfaite dès l'origine, et il l'aura perçue.

 

Aussi il va se préoccuper d'une manière très intense et très fine de l'Espace, de l'Environnement, puisque c'est cet Espace, cet Environnement qui va déterminer les possibilités de mouvement de la Dignité.

 

Lorsqu'on perçoit sa Dignité Originelle, lorsqu'on La constate à l'intérieur de toutes les fibres de son corps, on comprend en même temps que commencent là ses premiers pas d'adulte, c'est le commencement de la Vraie Vie !

 

Quand on voit Dieu, c'est le commencement !

 

Et donc dans la Voie Directe, dans la Voie de l'Auto-Libération, il faut être introduit le plus rapidement possible à sa Perfection Originelle.

 

Donc, dès maintenant, parce que si le mouvement n'est pas dans le premier pas, il ne sera pas dans le dernier, tu dois porter ton attention sur le fonctionnement de l'Espace.

Sois très attentive au mouvement de l'Espace, et de ce qu'il est en train de faire, de l'intention et de la Volonté de ceux qui sont à l'intérieur de lui. Sois très attentive à ce que les autres veulent et acceptent de toi.

 

Ce n’est pas si facile, parce qu’il y a la fameuse image de soi, et puis, si tu attaques l'image de quelqu'un d'autre il va avoir une curieuse réaction..., une violente réaction.

 

Petites précisions...

On n'attrape pas un Maître de la Voie Directe par le ventre ou par le bas-ventre!!!

 

Tu sais, tu peux mettre un soutien-gorge en venant ici, on n'attrape pas un Maître de Voie Directe avec le bas ventre.

Et puis les gâteaux que tu m'amènes, ils doivent être très bons parce que tous les mulots et les musaraignes des environs semblent les apprécier, à tel point que, quand je dors, autour de moi, c'est vraiment la ronde. On n'attrape pas non plus un Maître de la Voie Directe avec le ventre.

Le bas ventre et le ventre, ça fait partie du flux de la jouissance. Parce que sans l'intérêt du ventre et du bas ventre, sans l'intérêt de l'émotion et de la sensation, il n'y aurait jamais eu cette séparation originelle.

 

Alors vois-tu, ton gâteau devait être très bon, mais je n'y ai pas touché. Du moins, tes gâteaux, puisque tu es arrivée à chaque fois les mains pleines.

Pourquoi?... Parce que l'intention n'est pas sincère!

Pourtant tu les as faits avec grande affection pour moi. Je suis parfaitement conscient, que tu as tenté de me faire plaisir, et tu t’es dit :

« Tiens, celui-là est tout maigre, et puis l'endroit où il vit c’est un véritable désert où il n'y a rien, strictement rien, même pas une maison, une cabane, rien, juste un abri entre deux rochers, alors cela lui fera plaisir d'avoir du bon gâteau au chocolat ! ».

Oui, mais tu vois, ce n'est pas parce que tu vas savoir faire des gâteaux, et que tu peux présenter une poitrine qui se tient toute seule, sans soutien-gorge...que tu seras introduite à la Voie Directe et que tu peux m’intéresser.

 

Si c’était ça qui m’intéressait, si c’était pour cela que j’avais accepté que tu te mettes devant moi, là, eh bien, il n’y aurait pas eu de transmission énergétique de l’un à l’autre ; il n’y aurait pas de pénétration, parce qu’il faut que mon souci pour toi soit autre chose, vienne d’ailleurs, et ce souci que je peux avoir pour toi, ne peut venir que de ton Flux de la Dignité.

 

Alors cuisine-le, celui-ci, mets-le au four, ajoute un peu de chantilly si tu veux, mets des fruits confits, car ce sera le développement de la sincérité de ta Dignité qui sera le seul accès à moi.

 

Et te voilà, bien contrite n’est-il pas vrai ? Tu es bien contente de ta poitrine, c’est clair, ta manière de te tenir, ton habillement, et puis de tes gâteaux aussi, et puis d’un coup, il y a quelqu’un qui te dit :

« Ca, ça ne m’intéresse pas, ce n’est pas mon sujet de préoccupation! ».

 

Tu te sens diminuée, tu te sens refoulée… non valorisée. Alors qu’est-ce qui se passe ?

Tu te rappelles, l’autre jour, lorsque je te parlais de l’image que l’on a de soi... tu crois que c’est si facile à enlever ?

Regarde ! Seulement pour un soutien-gorge et un chocolat, te voilà toute contrite alors que je te dis simplement qu’on n’attrape pas un Maître de la Voie Directe avec le ventre et le bas-ventre.

 

Mais pour mettre en place le Flux de la Dignité et faire sortir et dynamiser ton Intelligence Intuitive, le ventre et le bas-ventre ne servent relativement à rien.

Alors ne les cache pas, vis avec. Il faut bien que tu vives. Tu as un corps, et puis si tu es toute contrite dans ton ventre et dans ton bas-ventre, tu vas être crispée dans toute ta recherche, dans tout ton mouvement, dans toute ta détente de ta vie quotidienne. Alors mange bien, cuisine bien, baise bien, mais fais-le en pleine conscience. Fais-le en pleine Présence.

Sache ce que tu es en train de faire, mais dis-toi que cela n’a aucune importance dans la relation qui peut exister entre toi et moi, aucune, sauf que si je te voyais toute contrite tout d’un coup, toute maigrichonne, ayant perdu toute ta vitalité, et bien, je serais le premier à te dire :

« Mais dis donc, va faire un bon gueuleton ! Mais dis donc, va te faire draguer un peu, va au night club du coin, eh ! Il faut un peu épanouir tout cela ! »…

Je serais le premier à te dire :

«Mais, vas-y, mets de l’eau sur ton flux de la jouissance »…

Parce qu’il faut bien que ton corps vive, et ce n’est pas en faisant tes privations et en t’empêchant que tu vas pouvoir accéder à cette Dimension de Dieu, parce que c’est avec le Tout que tu fonctionnes.

Si tu es contrite dans ton corps, ton ventre et ton bas-ventre, tu seras contrite au niveau du Flux de la Dignité, et de ta constatation de la Perfection Originelle.

Alors détends-toi, allez, souris un peu. Je t’assure que les mulots et les souris ont vraiment apprécié les gâteaux au chocolat, ils devaient être très bons, cela devait être tout à fait délicieux.

 

Mais tu vois, quand tu viens, ce que je vérifie, ce n’est pas ton tour de poitrine. Je vérifie si ta Dignité est en train de commencer à prendre le pas sur la jouissance et pourtant, il faut bien que la jouissance vive, puisque pour l’instant, c’est elle qui est aux commandes de la voiture.

 

Actuellement, la Dignité n’est que le passager arrière. On va tenter de faire, si tu le veux bien, que la Dignité se mette au volant et que le flux de la jouissance soit dans la malle.

Parce que de toute manière, le flux de la jouissance tu ne t’en libéreras jamais ; il est là, il existe là, génétiquement, du fait de la séparation originelle. Alors je ne cherche pas à jouer au samouraï, à celui qui coupe, qui tranche, car le flux de la jouissance sera toujours là, et tu pourras toujours apprécier les gâteaux au chocolat si tu aimes les faire, ou aller faire tes galipettes si tu aimes cela et de la manière dont tu l’aimes, mais tu ne seras plus manipulée par cela. Ce sera en pleine conscience. Il y aura toujours la Dignité dans le mouvement, toujours, et tu la rayonneras et tu la feras rayonner sur les autres, et les autres auront peut être envie de te demander un jour :

« Mais dis donc, cette petite-là, qu’est-ce qu’elle a pour être aussi belle ? ».

 

Voilà, et tu es toute contrite, eh bien tant pis, ce n’est pas la peine de me ramener un nouveau gâteau au chocolat, parce que, compte tenu de la crispation que tu as maintenant, tu risques de le rater et je ne voudrais pas que les souris soient malades.

Tu es toute crispée là, allez, rentre chez toi, on continuera plus tard. Reviens quand tu auras digéré la pilule et puis, cela te permet de constater que l’image qu’on a de soi, ce n’est pas rien, ça va dans les petits détails, cela ne se décroche pas si facilement.

 

 

 

*************************