Aimer les petites choses

 

 

 

Dans le cercle externe de la connaissance, l’enseignement précède la constatation, du moins au début. Mais dans le cercle interne c’est la perception et la constatation qui priment. Et l’enseignement ne sert qu’à délier les nœuds subtils qui pourraient mettre un obstacle ou un ralentissement à la perception, à cette manière de marcher sur le Doux, sur le matelas doux du vide. Et parce qu’il y a une antinomie, une forme d’opposition entre cette perception qui relève de l’intelligence intuitive, qui relève du flux de la Création, avec l’intelligence raisonnée qui est attachée au flux de la jouissance, l’intelligence raisonnée va continuellement mettre des obstacles au mouvement de la Dignité. Elle va mettre des obstacles, et toujours essayer de mettre un doute sur les perceptions, sur l’élan spontané à aller faire quelque chose. C’est pourquoi il est indispensable d’avoir un enseignement excessivement précis qui accompagne afin que l’intelligence raisonnée puisse comprendre ce qui est en train de se passer et à ce moment-là, elle cessera de mettre des obstacles, des doutes. En surplus il y aura un renforcement très net de cette présence à l’intérieur de soi.

 

L’espace interne de la Connaissance est très intéressant parce que c’est dans cet espace-là qu’on comprend quel a été le mouvement, l’organisation de l’univers autour de soi, sa manière d’appréhender les choses, et sa manière de conduire la vie. C’est dans le cercle interne de la Connaissance qu’on devient intime avec sa vie, c’est dans ce cercle-là et cette dimension-là qu’on comprend d’une manière très nette que tout ce qui a été vécu jusqu’à maintenant n’est pas le fait du hasard. Et lorsque l’on perçoit toute l’organisation harmonieuse qui s’est installée autour de soi pour pouvoir arriver à cet état-là, on est en émerveillement.

 

C’est pour cela qu’on a besoin d’un minimum d’enseignement pour comprendre ce qui est en train de se passer, et c’est un enseignement qui toujours accompagne la perception, ce n’est pas un enseignement qui l’anticipe. J’insiste bien : ce qui est magnifique dans le Cercle interne de la Connaissance, c’est la perception intime qu’on a avec soi-même, c’est cette possibilité de comprendre tout ce qui se passe autour de soi, surtout tout ce qui s’est passé avant.

 

Lorsqu’on se rend compte qu’il n’y a pas de hasard, que tout s’est organisé d’une manière magnifique, alors on a confiance dans son présent, mais on a aussi confiance dans son avenir.

 

Alors l’enseignement sert à délier les liens les plus subtils qui resteraient toujours en doute entre cette perception qui est de l’ordre de l’intuition profonde et l’intelligence raisonnée qui ne comprend pas trop ce qui est en train de se passer. Il est en train d’enlever les nœuds les plus subtils qui ralentissent la progression et qui auraient tendance à empêcher aussi la perception.

 

C’est lorsque tu auras compris pleinement QUI regarde, QUI apprécie, QUI décide, QUI sent, que tu comprendras l’importance de cette manière de délier les liens les plus subtils qui restent à t’enchaîner à tes articulations.

 

En d’autres termes et d’une manière rapide, cet enseignement qui est un enseignement délicat, excessivement précis dans les liens qui relient les choses, permet d’être détendu. C’est un enseignement qui porte en soi une relaxation excessivement profonde qui dédramatise et démystifie : voir les choses telles quelles sont, et les comprendre telles qu’elles sont, après le premier choc de la découverte qui est parfois époustouflant, eh bien il y a un grand souffle libérateur. Une énorme respiration : ah ! Enfin libre et tout seul avec moi-même sans tous ces supports à côté qui se disaient vouloir m’aider, mais qui en fait n’étaient là que pour limiter mon mouvement et ma respiration !

 

Et tu restes avec quelque chose de magnifique :

 

Tu restes avec cet amour qui aime l’Amour, tu restes avec le doux qui aime le Doux, tu restes avec le petit qui aime le petit et qui permet d’accéder au Grand, tu restes avec l’enfant, avec cet esprit d’enfant, ce regard d’enfant qui regarde chaque chose comme une découverte nouvelle à chaque fois.

Tout bouger sans rien bouger, passer le plus tranquillement et le plus petitement possible dans un espace, ne pas déranger, ne pas bousculer et porter énormément attention au nourrissage affectif à la vie, énormément d’attention à l’autre.

 

Je dis bien : une énorme attention à l’autre. Porter attention à l’autre, c’est savoir intimement au plus profond de toi que l’autre est constitué de deux parties : il y a cette Dignité magnifique, cette Force de la Création, cette Lumière magnifique que tu vois, et autour de cette Lumière magnifique, il y a les pelures d’oignon, ce qui fait que la personne n’est pas physiquement automatiquement jolie. Et tout d’un coup, on est confronté à ce côté pas beau de la personne. Alors qu’on sait qu’il y a à l’intérieur de chacun cette Perfection, cette Lumière sublime.

 

Porter attention à l’autre, c’est tout simplement être profondément intéressé par la Lumière sublime qu’il y a en chacun.

 

Ce n’est pas facile, parce que le premier contact est avec ce corps gras, pas beau. Et l’on a parfois du mal si l’on regarde côté extérieur à se convaincre que derrière ce côté pas beau, il y a cette Lumière. Donc tu es obligée de voir ça côté interne, car toi tu sais ce qui se passe et tu as une vision de la Lumière, et tu ne regardes plus que ça, puisque l’amour se plaît dans l’Amour, la douceur aime la Douceur, et tu ne discutes plus avec l’intelligence raisonnée, tu aimes la beauté chez l’autre. Tu te préoccupes de la Dignité chez l’autre. Et cet intérêt énorme que tu as pour sa beauté et sa dignité fait que, en finale, tu ne vois même plus ce corps si lourd.

 

Est-ce que tu vas réussir à modifier l’autre ? Tu n’en sais rien. Seulement pour toi, tu sais très bien que tu ne veux plus vivre autrement qu’avec l’Amour, autrement qu’avec la Douceur, autrement qu’avec le Vide, autrement qu’avec la Dignité. Cela devient tout simple. Là il y a un véritable abandon qui n’est pas un renoncement, tu abandonnes toutes les histoires de l’organisation de l’univers, toutes les discussions et tu vas tout de suite à l’essentiel :

qu’est-ce qu’il est, qu’est-ce qu’il veut vivre, comment tu vas pouvoir renforcer ce qu’il est, ce qu’il veut vivre, comment tu vas pouvoir l’amener à percevoir sa Dignité originelle, son plan de vie, et rien d’autre ne t’intéressera que cela.

 

C’est par ce mouvement-là que tu vas te stabiliser dans le cercle interne de la connaissance. Mais pour pouvoir te stabiliser, il faut que tu comprennes les liens les plus subtils qui lient l’être au flux de la jouissance. Si sur le Cercle externe, tu vas pouvoir rentrer en discussion, explications avec l’autre, lorsque tu es dans le Cercle interne et que tu as toute cette force-là, surtout ne redescends pas dans le mécanisme explicatif.

 

Touche l’autre dans sa partie interne, dans sa partie la plus profonde, d’une part par rayonnement, et d’autre part par injection. Et ensuite, laisse-le venir à toi.

 

Mais pour que tu puisses faire cela en toute tranquillité, il faut que tu aies parfaitement compris quelle est toute la mobilité qui s’est installée autour de toi et quelles sont toutes les aides que tu as reçues, même dans le Cercle externe de la Connaissance. Donc quand on est dans ce Cercle Interne, il se passe quelque chose de magnifique parce que, en instantané, en véritable insight, on perçoit les points essentiels et les actions essentielles qui ont jalonné la vie auparavant et on constate qu’il n’y a rien qui est au hasard, que tout était parfaitement organisé pour pouvoir nous amener jusque là. Et lorsqu’on a parfaitement perçu cela et qu’on a compris comment les liens les plus subtils se sont liés, on est capable de les délier et on sait parfaitement que la Création aide la Création, la Création et la Dignité aiment la dignité et se coulent en elle, il y a ce dynamisme qui s’installe qui n’est perceptible et compréhensible que dans le Cercle interne, mais pourtant qui est toujours en activité même dans le Cercle externe. Et quand tu as compris cela pour toi, tu ne te responsabilises plus de la même manière pour ceux qui sont dans le Cercle externe parce que eux aussi ont l’ensemble de leurs aides, ils ont l’ensemble de leurs liens qui peuvent être déliés d’une manière très subtile et en tonifiant leur Dignité, en tonifiant ce qu’ils ont de plus pur et de plus parfait en eux, tu les aides d’une manière considérable, beaucoup plus que d’agir côté extérieur à coups d’explications, reproches et même encouragements. Et là, tout d’un coup, tout devient plus souple pour toi, tout devient plus relaxe, autant dans ta perception du cercle interne, que dans ton activité dans l’organisation de l’univers. Puisque de toute manière tu y vis, dans cette organisation de l’univers.

 

Vois-tu, tu sais bien que sans le développement spontané de la compassion et de l’amour, il n’y a rien qui se passe, on n’est jamais dans le Cercle interne de la Connaissance. Parce que c’est cette compassion qui appelle la Compassion, c’est cet amour qui appelle l’Amour, et quand on est dans le Cercle interne, ce qui prime avant tout, c’est cette réception de Forces et de Puissances qui sont au-delà apparemment de nos propres forces, ce sont ces lumières, ces perceptions, ces insights, ces sons, qui tirent de plus en plus vers le haut, qui permettent de tomber toujours de plus en plus haut. Celui qui n’a pas goûté la saveur de la perception du Cercle interne ne peut pas comprendre cela. Pour celui qui est dans le Cercle interne c’est tout à fait évident que maintenant son turbo, il n’est pas derrière, mais il est devant. Et lorsque tu vois toutes ces couleurs qui circulent en toi et à l’extérieur de toi, autour des gens, des arbres, de la nature, et lorsque quelqu’un est allongé sous tes mains et que tu vois toutes ces lumières, il n’y a plus de doute sur l’existence d’un monde de lumière. Il n’y a plus de doute sur l’existence d’un autre monde, d’une autre modalité de perception du monde exactement et une manière de le vivre.

 

Il ne suffit pas d’avoir une perception, un insight pour dire : je suis dans le Cercle interne. Ce qui va faire la différence, c’est la stabilité de l’insight, de la perception. Donc il ne faut pas s’enorgueillir de ses perceptions parce que ce n’est pas du tout évident que ces dernières vont se maintenir et se stabiliser. Et s’il y avait un critère de référence pour vérifier quel est le niveau de compréhension réelle et le niveau du flux de la Dignité d’une personne, ce serait par le développement spontané de la compassion.

Ce développement spontané de la compassion fait que très naturellement, on s’est oublié dans l’opération. On est profondément attentif à ce qui est en train de se passer et on cherche à voir comment on peut aider le mouvement de l’autre.

 

 

****************