Père + mère dans le développement de l'enfant

 

 

Cela nécessite un enseignement particulier. Si je veux être complet il faut que je prenne le processus de la formation énergétique de l'enfant à partir du moment où il est dans le ventre de la mère.

 

Dans le ventre de la mère, l’enfant ne connaît que la mère. Il est l’être le plus orgueilleux de la terre. Qu'est-ce que l'orgueil, en énergétique lorsqu'on lui enlève toute connotation morale ? L'orgueil est d'analyser un espace et de l'apprécier uniquement en fonction de l'avantage ou du désavantage pour soi-même. En d'autres termes, l'orgueilleux est quelqu'un qui n'a pas un regard sur l'intérêt collectif. Il n'a qu'un intérêt : le sien.

 

Dans le ventre de la mère, l'enfant est l'être le plus orgueilleux de la terre. J'ai déjà du attirer l'attention de certains thérapeutes énergéticiens qui chargeaient fortement la femme enceinte risquant de provoquer un problème chez l'enfant. Le thérapeute me répondait que l'enfant ne pouvait pas se trouver en difficulté puisque c'était une bonne énergie. En fait, lorsque l'enfant sent arriver une masse d'énergie très différente de celle de la mère, son premier réflexe est d'avoir peur. Dans le ventre de la mère il est dans une vulnérabilité totale, il n'a pas de possibilité de défense personnelle. Alors, s’il y a une injection massive d'énergie dans le ventre de la mère cela peut provoquer la première peur originelle de l'enfant.

 

Ensuite, le système nourricier de l'enfant est la mère. L'enfant ne connaît qu’elle. Aussi si le père n'est pas protecteur de la mère pendant sa grossesse et pendant les 18 premiers mois de l'enfant, l'enfant n'aura jamais plus la capacité de percevoir le père comme nourrissage affectif. Tout au plus, il pourra le percevoir, comme autorité bienveillante, mais jamais comme terre nourricière.

Que se passe-t’il ? Pendant le temps que l'enfant est dans le ventre de la mère et pendant ses 18 premiers mois, il est en relation directe et exclusive avec la mère. Si le père protège la mère, s'il est content que la mère porte un enfant de lui, il y a une part de l’énergie du père qui se développe à l'intérieur de la mère. Il y a un mélange que l'enfant absorbe.

Pour l'enfant, de toute manière, ce mélange est toujours la mère. Il ne connaît rien d'autre. Mais, il y a une saveur qui est là et plus tard, il la reconnaîtra dans le mouvement du père.

Plus tard, il pourra séparer l'énergie du père et de la mère, mais le père ayant déjà été consommé dans le ventre de la mère et au cours des 18 premiers mois, le père fait partie du nourrissage. Autrement, à vie, l'enfant ne pourra jamais reconnaître l'intention du père comme nourrissage affectif. Tout au plus comme intérêt bienveillant. Et ça, c'est irréparable.

 

Alors, il y a déjà une difficulté, dès le départ, si le père ne protège pas la mère. Par exemple si le père voudrait récupérer sa femme au plus vite, c'est-à-dire son amante, après l'accouchement. Mais il y a également la femme qui va essayer de retrouver son amant le plus vite possible et qui va oublier son rôle de mère.

 

Après, jusqu'à l'âge de 3-4 ans, l'enfant a encore une fenêtre ouverte sur le Ciel et il sait comment ça fonctionne de l'autre côté. Il a un système d'intuition. Il a un mécanisme de survie assez important. Mais, c'est de la survie qui vient du Ciel. À partir de l'âge de quatre ans, la fenêtre du Ciel se ferme parce qu'il va devoir apprendre le code de la route social. Il va devoir apprendre comment se tenir, traverser la route au feu vert...

S'il gardait cette fenêtre ouverte sur le Ciel, l'apprentissage du code social serait intolérable parce qu'il percevrait ça trop réduit, trop froid, trop mesquin.

Pour certains enfants cette fenêtre ne se ferme pas et c'est une douleur pour eux. Ils sont en déchirement constant parce qu'ils n'arrivent pas à se laisser couler dans cette société. Ils ont toujours un regard d'ailleurs, critique. Ils ont le regard de celui qui sait qu'il existe une autre dimension et qui ne comprend pas pourquoi elle n'est pas présente dans son espace. Mais ce sont des enfants assez particuliers. Pour les autres, la fenêtre est fermée et pendant toutes ces années, jusqu'à la huitième année, la mère est principale pour l'enfant parce que c'est elle qui est la terre sûre. C'est elle qui est la terre sur laquelle l'enfant peut toujours revenir s'il a un problème. S'il advient que la mère ne soit pas nourricière, si la mère n'est pas cette tendresse, cet amour inconditionnel pour l'enfant, l'enfant va être handicapé à vie parce qu'il ne saura pas ce qu'est une terre sûre, une terre de refuge et il aura beaucoup de mal à se sentir bien quelque part. Donc, il sera craintif et malheureux parce qu'il aimerait pouvoir se reposer quelque part mais il ne saura pas où, et en plus, il ne saura pas comment faire.

C'est là où il y a déjà une première difficulté avec le père parce que beaucoup de pères, dans notre société moderne, veulent être aimés par l'enfant comme l'enfant aime la mère. Mais ce n'est pas possible. Ce n'est pas dans les lois naturelles. Lorsque le père ne fait pas son rôle de père, c'est-à-dire d'intervention extérieure en une forme d'autorité, ça oblige la mère à le faire. Ce n'est pas son rôle. Son rôle est l'amour inconditionnel.

 

La relation père-mère implique donc l'enfant dès le départ. Et lorsqu'il y a tous ces rôles entre le père et la mère qui s'inversent, ça multiplie les difficultés pour l'enfant. Pendant les huit premières années, l'enfant vit réellement dans le corps énergétique de la mère. Même s'il est en train de jouer dans la cour, dans le bac à sable sur la pelouse, le soir la mère se sent fatiguée.

 

Pendant ces huit premières années, le rôle du père est d'assister la mère et de reconnaître le travail que la mère est en train de faire pour l'enfant. Donc le père nourrit et protège la mère tandis que la mère nourrit et protège l'enfant. C'est la chaîne naturelle et normale en énergie.

Ensuite de sept à huit ans jusqu'à peu près 14 ans, c'est le père qui devient principal pour l'enfant parce que l'enfant quitte le giron de la mère. Il quitte l'espace énergétique de la mère, attiré par le monde extérieur. C'est là où le père prend le relais. C'est lui qui va montrer la vie, la société.

Mais il y a deux conditions préalables au bon déroulement de cette action. Je prends souvent l’exemple de l’enfant avec la mère dans un chemin de campagne, avec la forêt au loin. La forêt est cette société. La mère dit à l'enfant : « Vas par là, vas vers la forêt ». L'enfant a peur. Alors, il faut que le père soit devant lui, devant la forêt et lui fasse un grand signe : « Viens, je suis là », que le père soit devant, le rassure : il n'y a pas de pièges ni de trous… il peut avancer en sécurité.

Ainsi le premier mouvement est que le père dise : « Je suis là ». Donc, il faut qu'il soit digne, qu’il témoigne d'un intérêt pour l'enfant afin de l’inciter à le suivre. C’est catastrophique pour l'enfant de s'apercevoir que le père est un menteur, un escroc à la vie, que c'est quelqu'un qui fait ses magouilles en souterrain et qui ne peut pas être un phare à suivre. Alors l'enfant n'accepte pas ce geste du père. L'enfant a, par essence même, un besoin de dignité, un besoin de pureté parce qu'il a toujours ce contact avec sa perfection originelle. Il en est très proche, il n'est pas encore perverti. Et même s'il est perverti, il a besoin de savoir que la dignité, la propreté existe. La propreté dans le monde, la propreté pour le futur de l'enfant est le témoignage du père, le témoignage de ce que le père fait, lui, dans le monde. Là, déjà, il y a une attaque énorme lorsque le père n'est pas digne.

Mais il faut aussi que la mère pousse l’enfant vers le père en lui disant qu'elle a confiance en lui. L'enfant a confiance à la mère, cette mère est sa terre sûre et nourricière. Mais quelle est la mère qui après sept années de vie commune avec son compagnon peut réellement dire, du fond du cœur, à son enfant : « Vas-y, j'ai confiance en lui ».

L'enfant se trouve dans une situation difficile parce qu'avant l'âge de 14 ans, il a une incapacité totale de fabriquer son propre espace énergétique. Il est automatiquement dans le corps énergétique des parents, dans leur espace. Donc, il est blackboulé, chahuté, bousculé à droite et à gauche par tous les systèmes émotionnels des parents.

 

Lorsqu'il y a des parents qui m'envoient leurs enfants ados car ils seraient difficiles et agressifs, je constate souvent que ce sont de jolis êtres. Lorsque je leur demande pourquoi il y a tous ces problèmes avec les parents, ils me répondent qu’ils ne veulent pas être comme eux ! Il voit comment ils mentent, ne sont pas sincères, comment ils sont voleurs.

Et où est le problème ? C'est lorsque l'enfant leur dit son désaccord : on lui répond qu’il a tort. Il ne supporte pas qu'on lui dise qu'il voit mal, qu’il comprend mal. L'enfant a un regard magnifique sur la vie. Il est d'une droiture, d'une lucidité énorme. Aussi, lorsque je lui dis : « Oui, c'est vrai, tu as bien vu, tu peux te faire confiance », il est tout d'un coup soulagé de sa douleur et beaucoup pleurent.

Mais, je lui dis, aussi, qu'il est dans un environnement dont il n’est pas le maître. C'est l'environnement de l'école, de la maison, etc. et c'est cet environnement-là qui a le pouvoir. S’il le contrarie il va rencontrer un très gros problème et sera perdant.

Alors, pourquoi ne ferait-il pas un accord avec les autres ? C'est très facile de trouver un accord, un arrangement, avec un enfant réputé difficile, une fois qu'on lui a bien certifié qu'il voit bien, qu'il n'est pas un imbécile, qu'il a du coeur pour ne pas vouloir être comme ça, être comme les autres.

 

L'enfant est dans le monde familial jusqu'à l'âge de 14-15 à peu près. Après, la fusée est partie, le premier étage était la mère, le deuxième étage le père et le troisième étage est l'enfant lui-même qui est un être personnel avec son karma et son passé.

La fusée est partie. Ce n'est plus la peine de donner des conseils. Ils ne sont plus accessibles. Lorsqu'ils auront à peu près 21 ans, 24 ans, et après avoir fait quelques vols plus ou moins agréables ou infructueux, peut-être viendront-ils vers les parents pour leur demander ce qu'ils en pensent … s’il a encore confiance en eux.

 

Ce n'est donc pas si facile d'arriver à l'adolescence sans trop de perturbations. Au-delà du père et de la mère, il y a aussi le père scolaire, l'instituteur, les professeurs, la société.

Ensuite, lorsque l'enfant comprend qu'il a des repères qui lui ont été donnés par tout le système parental, social, éducatif et que ses repères le conduisent dans des voies curieuses, il attaque ces repères anciens. Mais il ne se rend pas compte qu'il est en train de re-fabriquer lui-même de nouveaux repères.

Qu'est-ce qu'un repère ? Le mot français est très intéressant car il reprend bien la racine du père, c’est « re-père », un nouveau père. À chaque fois qu'on constitue une nouvelle référence sur laquelle on va s'appuyer pour déterminer sa vie, pour déterminer son parcours, on a mis en place un nouveau père. Et c'est ainsi qu'on détruit les pères biologiques, les pères culturels anciens, et on se refait continuellement de nouveaux pères. C'est un cercle vicieux. On ne sort jamais de l'opération ainsi. Jamais. Le seul moyen d'en sortir est de voir sa perfection originelle. Là, on n'a plus besoin de repères, on n'a plus besoin d'être conduit dans la vie des hommes, par les hommes. On n'a plus besoin de repères artificiels pour jalonner son parcours. Là, le coeur y est, la générosité y est, la compréhension y est, la communication y est. Si on est amoureux de ça, car c'est une question d'amour, c’est parti et la voiture est véritablement sortie du marécage des émotions, du marécage des passions, du marécage des grandes idées etc.

 

Mais, ce n'est pas facile, parce que l'enfant devenu adolescent puis adulte est impliqué dans tout un système de repères, de sensations, d'émotion. Il a ses rêves qu'il veut réaliser. Mais, avant qu'il comprenne qu'il court derrière une chimère, avant qu'il perçoive qu'il a les mains vides, il peut se passer beaucoup d'années et peut-être que sa vitalité sera insuffisante au moment où il comprendra qu'il s'est fait rouler, qu'il s'est fait tromper, qu’il s'est menti lui-même, en fait qu'il a bien voulu se mentir lui-même parce qu'il a trouvé une forme d’avantage à exercer son activité d'une certaine manière. Mais, avant que ce soit possible, il n'est pas du tout évident qu'il puisse être sorti d'affaire.

 

La relation initiale du père et de la mère est excessivement importante parce que c'est ce qui va donner la terre sûre à l'enfant,

et le phare, le rôle à suivre, du moins son premier rôle.

Il n'y a aucun reproche à faire aux parents de vouloir faire rentrer l'enfant dans ce premier rôle parce que c'est ce chemin qu'ils connaissent.

Là où on peut leur faire reproche c'est lorsqu'ils essaient de faire croire que leur manière d'entrer dans cette société est la seule et qu’elle est absolue.

 

 

 

****************

 

 

 

Techniques d’appoint

 

Généralités

 

 

Je viens de t'introduire à l'essence même, au coeur même des quatre hommes de bronze, de leurs racines et de leurs développements en phase externe, interne et secrète.

 

Avec cela, tu peux parcourir la connaissance de l'univers

parce que ton véhicule est parfait.

 

Tu peux partir en randonnée, en voyage, avec les quatre hommes de bronze puisque tu es dans le corps même de la piste de danse. Tu es dans le corps même du danseur et tu es dans le coeur des deux.

 

Ce cœur est cette passion à la vie et ce don, cette soumission à la Terre.

 

Là encore, soumission est un mot difficile bien qu'il soit exact sur le plan énergétique parce que ce n'est pas une soumission qui consiste à baisser la tête devant la Terre, à s'incliner devant la Terre. Ce n'est pas dans le sens que tu connais habituellement mais dans le sens où l'on se préoccupe de la Terre et où l'on veut bien accepter ses errements, ses fautes et ses erreurs pour trouver une solution, pour l'aider à sortir de la colle dans laquelle elle s'est engluée par la constitution, toujours, de son monde personnel. C'est dans ce sens-là que tu te soumets à la Terre parce que tu te soumets à sa perturbation, à son émotionnel afin de trouver une solution. Mais, pour que tu puisses te soumettre vraiment et accomplir ta mission et ton rôle sur la Terre, au préalable, il te faut avoir retrouvé la dimension de ton Ciel. C'est à ça que servent les quatre hommes de bronze, ils servent à ce que tu puisses, à nouveau, partir en voyage pour ton Ciel et ce n'est pas une évasion de la Terre. Ils sont le corps et le coeur même de la danse et de la piste de danse, c'est-à-dire de l'univers de l'humanité et de son intention.

Donc, ce voyage dans le Ciel et avec le Ciel n'est pas une évasion à cet univers de l'humanité, c'est une libération par la connaissance réelle de toi de cet univers karmique installé par la Terre, par l'humanité. Et c'est, aussi, une libération, du Ciel puisque les deux vont ensemble.

 

Es-tu prêt à entrer dans cette liberté par la connaissance de toi ?

 

Naturellement, tu fouilles le tréfonds de la conscience humaine, de la conscience de l'humanité, tu fouilles le tréfonds de ta conscience. Tu ne cherches pas réellement à le faire mais les hommes de bronze le font pour toi. Ils remuent l'événement dans sa profondeur la plus obscure et donc ils font remonter à la surface ce qui a produit ton aliénation et ce qui produit, aussi, ta libération. Alors, fais confiance aux quatre hommes de bronze pour te créer des événements, pour te mettre dans des situations qui seront chaque fois un enseignement si tu l'acceptes, si tu n'en as pas peur. C'est pour ça qu'il faut être courageux dans la Voie Directe et ne pas avoir peur de l'événement et ce n'est pas la peine d'aller chercher des difficultés, les ennuis viennent tous seuls, ils sont dynamisés directement par la recherche de toi-même, sur toi-même et par ta recherche du Ciel. Automatiquement, par le développement de ta mobilisation énergétique, tu provoques l'événement reptilien, l'événement de la Terre obscure, l'événement de la Terre mensongère, la tienne comme celle des autres, et automatiquement, ce remue-ménage fait sortir la poussière du tréfonds de la cave la plus profonde. Donc, ce n'est pas du tout évident d'avoir le courage d'entrer dans la libération de la connaissance de soi par tout le mécanisme et les moyens de la Voie Directe et des quatre hommes de bronze.

 

Mais, comme cette libération passe par la connaissance de soi, par la connaissance de l'humanité, très naturellement, tu vas aider les autres par cette connaissance.

 

C'est le deuxième mouvement de ton engagement.

 

Si ton premier engagement est vers le Ciel, en lui disant « Je t'aime », ton deuxième engagement est pour la Terre lorsque tu lui dis aussi « Je t'aime ». Là, c'est ton deuxième engagement : celui d'aider les hommes à ne pas s'abandonner à un laisser-aller destructeur car maintenant tu as la connaissance de tout le mécanisme qui organise le laisser-aller, le mensonge, qui pour chacun devient une véritable vérité et une réalité.

Avec ça, tu vas partout.

 

Maintenant, je vais te parler de quelques techniques d'appoint, des techniques qui viennent en complément de l'essentiel que je t'ai déjà communiqué, des techniques d'aide complémentaire dont tu peux avoir besoin au passage, des techniques qui s'intègrent chacune aux hommes de bronze.

 

****************