La pastille de vitalité.

 

 

Avec ce Tan Tien apparent enrichi par le Tan Tien secret, tu dois recommencer toutes les pratiques que tu connais, afin de bien percevoir la différence. Mais, je te rappelle que chacune des pratiques est un être vivant. Lorsqu’on donne une nourriture complémentaire et beaucoup plus enrichie à un être vivant, il a une activité plus débordante.

Aussi avec ce Tan Tien apparent enrichi par le Tan Tien secret tu vas redécouvrir des possibilités d'utilisation et des perceptions d'espace tout à fait différentes. Ce n'est pas seulement que tu peux refaire toutes les techniques, tu dois les refaire toutes.

Je vais te soutenir dans cet effort en te conduisant pas à pas par ma voix. Nous allons faire ensemble les pratiques. Une nouvelle chaque semaine. Je t’enverrai un fichier « son » pour chacune d’elle. Tu connaîtras une autre saveur par le corps !

 

Mais, au-delà, la véritable première application du Tan Tien secret dans le cheminement du Ciel, c'est la possibilité de percevoir la pastille de vitalité. C'est de ça dont on s'occupe maintenant.

 

La pastille de vitalité est l'essence même de l'énergie contenue dans le Tan Tien apparent. Cela te donnera une vision interne plus claire et va rendre plus performants tes décodeurs te permettant une compréhension beaucoup plus fine. C'est vraiment changer de voiture et aller dans une autre dimension. Il y a un écart considérable entre toute la lucidité sans ou avec la pastille de vitalité.

 

On commence toujours par l’activation du Tan Tien apparent. J'aime bien la technique de la balle de tennis. Il y a d'autres techniques, plus souples, plus tranquilles, plus globales. Mais tu n'es pas toujours en bonne forme. Alors si tu attends que ton système énergétique soit opérationnel pour commencer à pratiquer, je crains que pour l'essentiel tu ne commences pas souvent.

Ce n'est pas toujours facile tous les jours et si on attend que toutes les conditions énergétiques soient là pour se mettre en route, ce n'est pas évident. Alors, tu peux toujours t'asseoir et lancer le Tan Tien apparent comme une balle de tennis sur les quatre repères de la ceinture. C'est quasi mécanique, ça se fait presque endormi. Et au fur et à mesure, en quelques minutes, tu t'aperçois que tout se réveille, que tout se mobilise.

 

Donc, tu envoies, devant, derrière, de chaque côté. Quatre fois doivent suffire. Tu pousses globalement sur la ceinture. Tu envoies contre le périnée. Tu pousses de nouveau globalement sur le Tan Tien apparent et le bol est là. Le périnée est toujours fermé par une légère contraction.

Maintenant, concentration sur la partie du sacrum où tu sais être le Tan Tien secret. Perception d'une présence, douleur, chaleur etc…

Puis tu envoies le Tan Tien apparent sur le Tan Tien secret, comme une balle de tennis, mais très doux. Quatre fois doivent suffire.

Tu vérifies que la boucle est bien là. Inspiration globale dans le dos et expiration globale devant. Tu es prêt pour l'opération de la sortie des serpents.

Tu pousses le Tan Tien apparent sur le Tan Tien secret et tu maintiens jusqu'à ce que la tête du serpent sorte puis tu la conduis. Tu connais la méthode. Tu pousses. Ça sort. Tu conduis. Tu contrôles.

 

Il faut vraiment que cette énergie enregistre que c'est toi qui contrôles tout et que ce n'est pas elle. Ceci est déjà une opération dans ta vie. Maîtriser ta vie et la prendre en main plutôt que te laisser conduire par les événements et être la feuille poussée par le vent ou le galet roulé par les vagues de la mer. Tant que l'air est libre et que la plage est de sable doré et chaud, tu te dis que ce n'est pas mal, mais à un moment donné, tu arrives sur des cailloux, des courants d'air et tu n'es plus tout à fait d'accord. La Voie Directe est pour ceux qui ne sont plus du tout d'accord.

 

Tu recommences quatre fois.

Tu as maintenant un Tan Tien apparent très puissant et chargé. C'est vraiment une balle métallique que tu envoies rebondir sur les quatre repères de la ceinture. Un ou deux rebonds à chaque fois. Regarde comme ça vibre. Ça, c'est de la puissance ! Idem sur le périnée. Regarde comment tu as un bol qui devient très métallique, très fort dans ton ventre. Puis avec cette balle métallique, tu percutes partout dans le bol, à droite, à gauche, partout, partout, pas seulement sur la ceinture. Tu joues du squash à l'intérieur de ton ventre. Tu t'aperçois que tu as quelque chose de profondément puissant là et qui te donne envie à l'action, qui te donne envie d'aller dans la vie, d'agir, de faire ta création. C'est une envie de créer, la pulsion, l'enthousiasme. Ne pas confondre violence et enthousiasme. Le reptilien qui n'y connaît rien à ce sujet, car il ne sait pas ce qu'est être enthousiaste, ce qu’est d'avoir la matière du Ciel qui coule en lui, confond très facilement avec la violence. Et lorsque tu te lances dans quelque chose avec tonus, on te reproche d'être violent. Fais attention à ça et fais-toi confiance. Lorsque la boule rebondit de tous les côtés, n'oublie pas l'anus, l'arrière etc. De toutes les parties du bol, c'est l'arrière qui est la plus fragile.

 

Maintenant, tu relâches un peu, tu souffles car il y a de la puissance. Tu sens que tu manques peut-être un peu d'air, qu'il se passe une dynamisation autour de toi comme si tu étais en train de faire une grande course et que tu as besoin d'oxygène.

 

On va se servir de toute cette puissance pour te mettre en présence de la sphère dans le ventre. Le bol est une demi-sphère. Il y a une demi-sphère au-dessus, qui fait que l'ensemble fait un ballon complet, une sphère complète. Pour le percevoir, c'est très simple. Ton Tan Tien apparent enrichi par ton Tan Tien secret percute le diaphragme au plexus. Vas-y avec de la douceur. Ça chauffe. Tu pousses dans ton bol et ta ceinture progresse vers le haut. Progressivement, une demi-sphère se met en place. Tu forces toujours légèrement avec l'expiration.

Cette sphère est encore perceptible en deux demi-sphères. Elle est très puissante au ventre mais plus fragile au-dessus. Pour augmenter la tonicité de la demi-sphère supérieure, tu pousses globalement sur ton Tan Tien apparent et tu le fais diffuser de tous les côtés, c'est-à-dire autant côté supérieur que côté inférieur comme tu le faisais pour le bol. Ainsi, tu renforces tranquillement, par une respiration souple avec orientation privilégiée sur l'expiration.

Pour avoir la vérification de la bonne fermeture, tu envoies ton Tan Tien apparent enrichi par le Tan Tien secret par des petits coups sur la ceinture, comme si tu martelais avec un petit marteau. Tu pars du repère avant, tu tournes à droite ou à gauche peu importe. Tu sens, au fur et à mesure, une confirmation de la soudure entre les deux demi-sphères. Voilà, ça se termine bien.

Maintenant, tu fais passer le Tan Tien comme si c'était un doigt glissant côté interne sur la soudure pour bien vérifier que tout va bien. Si tu sens quelque chose pas net, tu envoies le Tan Tien frapper à cet endroit pour le consolider.

 

Maintenant, c'est très simple. Ce que tu as fait tout à l'heure, en partie inférieure du bol lorsque tu as envoyé percuter ton Tan Tien apparent sur toutes les parties du bol inférieur, tu le fais également sur la partie haute. Tu envoies ton Tan Tien de tous les côtés, comme une balle qui joue et se renvoie à elle-même à l'intérieur de cet espace. Ça renforce l'ensemble de ta demi-sphère haute. Il y a une pression énorme.

Quand c’est fait, tu laisses le Tan Tien apparent relax. Naturellement, il revient à sa place habituelle au centre. Maintenant, il est au centre d'une sphère. C'est fort. C’est costaud.

 

Maintenant nous établissons la communication directe entre les deux TT sans passer par la boucle.

Tu renvoies le Tan Tien apparent, déjà enrichi, sur le Tan Tien secret. Un serpent sort et vient par la boucle. Quatre fois.

Puis constate ce qui se passe : il y a la diffusion directe du Tan Tien secret à l'intérieur de la sphère et il n'y a plus le passage par la boucle.

Voilà ! La pression se fait toute seule. Ça pousse de tous les côtés. Ça pousse sur les côtes, sur toutes les parois du corps, le ventre, le dos etc.

Lorsque ça devient inconfortable ou que la pression est suffisante, on lâche l'énergie contenue dans la sphère, par le haut, côté plexus. Cette énergie rend le corps comme transparent, comme vide. On n'a plus la perception des organes, c'est du vide. C'est très aérien. On est rentré dans une phase de décondensation, de dématérialisation. Ça n'empêche pas que les organes soient toujours là mais on a la possibilité de les percevoir aussi par leur côté lumière et non plus seulement par leur côté matière. Les décodeurs sont mis en place pour cette perception-là.

On peut avoir une impression de grand vide, d'un corps qui se détend, de quelque chose de très léger. En fait, prends les perceptions telles qu'elles sont. Elles correspondent à ta réalité énergétique.

 

Dans ce vide, dans cette tranquillité, tu perçois dans ton ventre qu'il y a quelque chose de très lumineux, un petit diamant, tout petit et très lumineux. C'est la pastille de vitalité. C'est l'essence même de la vitalité de ton Tan Tien apparent enrichi par la force du Tan Tien secret. Tu remarqueras qu'il y a une mobilité fantastique de cette pastille de vitalité. Elle circule à l'intérieur de ton corps à une rapidité phénoménale, tout simplement avec ton intention. Tu peux la projeter n'importe où.

 

Nous allons faire une petite expérience, qui est toujours très concluante.

Tu vas envoyer la pastille de vitalité dans ton œil gauche. Ton attention suffit. La respiration suit naturellement. La pastille de vitalité sait ce qu'elle doit faire. C'est l'essence même de ta vitalité du Tan Tien apparent. Si ton œil est malade, s'il y a de la souffrance, elle va travailler. Tu n'as pas besoin de la guider.

Maintenant, cesse et regarde la différence entre les deux yeux. C'est net.

 

Sache utiliser cette pastille de vitalité pour aller guérir ta Terre afin que la Terre ait la capacité d'aller au Ciel. Il ne faut pas aller guérir la Terre pour la Terre.

En dehors de ça, à quoi sert la pastille de vitalité ? La pastille de vitalité est utilisée pour mettre en action, d'une manière plus subtile, plus fine, le Tan Tien secret afin d'accéder à des techniques beaucoup plus élaborées qui nécessitent plus de finesse dans l'attention, le comportement, l'action.

Vois comme la chose est belle. Toi, au départ, tu as un Tan Tien apparent. Le Tan Tien apparent a la capacité de mettre en action et de réveiller le Tan Tien secret. Ce réveil du Tan Tien secret entraîne et conduit un enrichissement du Tan Tien apparent. Le Tan Tien apparent enrichi, peut fonctionner mieux, peut accéder à des techniques plus puissantes et plus profondes. L'enrichissement de ce Tan Tien apparent, par le Tan Tien secret, permet l'accès à la perception de la pastille de vitalité. Cette pastille de vitalité va pouvoir, de nouveau, revenir travailler sur le Tan Tien secret pour le conduire de manière encore plus puissante.

 

C’est ça la compression énergétique : ce travail qui entraîne ce travail. C'est-à-dire une musculation qui provoque encore un espace d'une autre musculation. Une activité qui entraîne la possibilité d'une autre activité.

 

Là, c'est vraiment : aide-toi et le Ciel t'aidera. C'est ça l'essence même de la progression des techniques de la Voie Directe. Chaque technique provoque un changement de chimie interne permettant d'aller toujours plus loin dans l'utilisation des mêmes moyens.

 

 

C'est ça la compression en énergie.

 

 

****************

 

 

Un ALLER RETOUR

 

Première approche dans le Bam

 

 

De cette Source, de « ça », il y a une création permanente, et un retour permanent. C'est un aller et retour. Il n'y a personne qui décide. C'est un mécanisme, qui est directement intégré à « ça ». Il n'y a pas eu un manipulateur, un décideur à ce mouvement, à ce départ de la Source et à ce retour à la Source. C'est ainsi. Tout se suffit à soi-même et c'est une beauté en soi. Cette perception est une beauté magnifique ; c'est un enthousiasme du coeur.

 

On a un billet pour faire un voyage et ce voyage est une découverte, une mobilisation constante de l'énergie, de ce capital qu'on a puisque tout ce qu'on est, vient de « ça ». Cette danse qu'on va faire avec ça, c'est le nourrissage de cette Source. Intentionnellement j'ai pris le terme de danse car c'est une réalité :

 

nous allons danser.

 

Que le danseur danse bien ou non, qu'il se fasse mal aux pieds ou non, c'est son problème à lui. Il n'empêche qu'en dansant il mobilise, il met en activité, en accélération la matière dont il est constitué. Et même s'il a la prétention d'être individuel, d’être une présence unique, une volonté indépendante de tout le reste, c'est cette matière qu'il met en dynamisation. Aussi, s'il danse mal c'est son problème à lui, la Source, de toute manière, est toujours alimentée par sa mobilisation.

Lorsque tu perçois cela ça te soulage considérablement sur ton obligation par rapport à la Création et tu t'aperçois, à ce moment-là que l'homme, c'est à lui qu'il fait du mal.

 

On est parti pour un grand voyage et de toute manière le retour va exister. Pour l'instant allons sur « l'aller » qui peut être moyennement loin ou très loin. En fait, tu peux toujours circuler dans des territoires connus ou être plus ou moins attiré par des territoires lointains, voire franchement inconnus. Et comme tu dois danser avec ce qu'il y a autour de toi, tu peux être très intéressé par les règles nouvelles de ces territoires et finir par oublier même l’Ordre de la Source et de la Création.

Vas-tu continuer à œuvrer selon le codage originel qui est dans toutes tes particules, c'est-à-dire l'intention qui est là, cette Intelligence et cette Présence, ou, au fur et à en mesure de ton éloignement, tu vas peut-être envisager de randonner différemment, de danser différemment ?

Tu es parti en voyage. Tu as le billet « libre » qui te donne finalement la possibilité d'aller où tu veux. Donc, du fait que tu as la possibilité d'une action, tu vas passer de l'intention à la réalisation. En énergétique c’est un phénomène de condensation. Tu vas passer d'un espace de lumière à un espace de matière.

 

Pour la Source, ton envoi en voyage est une dynamisation que tu fais de Sa matière. Que tu la fasses dans le sens où elle te propulse naturellement ou que tu inventes ton affaire personnelle, c'est ton affaire à toi. Et je dirais même que tu es obligé d'inventer ton affaire personnelle. C'est comme un professeur qui t'apprend le piano. Un jour, il te lance dans ta propre opération, dans tes propres sons, dans ta propre manière de jouer et on va voir le fruit que tu vas sortir. Donc, cette possibilité-là de sortir du mouvement originel de la Source est intégrée à chacune de tes particules. Ce n'est pas une notion de séparation. C'est une possibilité de faire « autrement », c'est-à-dire d'étendre le champ d'activité, le champ d'action, d'inventer d'autres danses à partir de la base qui t’est donnée. Mais quoi que tu fasses, quoi que tu inventes, c'est toujours cette matière que tu mets en mouvement.

Donc, de toute manière la Source est nourrie et comblée.

 

Ça va être tout simplement toi, ta manière de danser qui va faire que tu vas te faire un espace très respirant ou au contraire profondément rétréci. Donc, dans cette danse, dans cet « aller », se trouve intégrée à l'intérieur de chacune de tes cellules l’imagination pour mettre en place quelque chose qui t’est personnel, qui fait ta marque de fabrique. Tu as la possibilité d'innover. Ce qui par la suite va être considéré comme une séparation du mouvement de la Source, comme la marque de destruction de ton engagement originel, lorsqu'un écart a pris une telle ampleur qu’un espace personnel s'installe, le démarrage de ce mouvement n'est pas un problème car il est inscrit dans le système.

Donc, tu es obligé, à un moment donné, si tu es un vrai fils du Ciel d'être enthousiasmé à faire danser cette matière que tu es, de manière de plus en plus belle, de plus en plus généreuse, c'est-à-dire de découvrir d'autres territoires, d'être imaginatif d'une dimension d'action toujours plus forte, beaucoup plus grande. Ce mouvement normal et généreux auto-crée sa propre imagination. Le mouvement crée les mots qui expliquent le mouvement à lui-même et enthousiasment le mouvement à continuer.

 

C'est ça la règle de l'univers. .

Au départ, tu as une intention qui est la concrétisation du mouvement, qui fait un Etre. Ensuite, ce mouvement, en se mettant en action crée le mot qui l'explique et le justifie à lui-même et qui fait qu’il y a l'enthousiasme et la certitude de pouvoir continuer.

 

Donc, à se lancer ainsi on développe continuellement l'imagination de danser « autrement ». On te lance sur la piste et maintenant tu en fais ton affaire. Il faut bien comprendre tout ce mécanisme pour être profondément rassuré sur cette liberté, cette détente que tu dois avoir dans ton mouvement, dans ta perception réelle, dans ta sensation. Cela est une qualité intégrée par la Source dans tes cellules.

Lorsque tu te réduis, rigidifies, immobilises au motif que tu ne veux pas faire de mal et que tu veux faire attention à tout, c’est entièrement contraire à cette impulsion de la Source. Là, tu n'es pas dans une démarche de générosité et tu te mets seulement dans une situation de non risque : tu ne veux pas d'accident et le meilleur moyen de ne pas avoir d'accident est de ne pas sortir la voiture du garage. Sauf que la voiture pourrit au garage et que le toit s'effondre au-dessus.

 

Donc, c’est beau et naturel d'aller le plus loin possible.

 

Mais c'est un aller-retour et tu dois « revenir ». De toute manière tu vas revenir avec la mort physique, la tienne et peut-être celle de l'espèce complète. Mais, plus tu te sépares, plus tu crées une danse à toi, plus tu peux finir par te croire génial.

C'est seulement l'intensité du mouvement, la générosité du mouvement, c'est-à-dire la matière que tu mets en mouvement, cette matière qu'on t'a donnée qui contient en soi la générosité d'action, l’enthousiasme d'action.

Mais cette mobilisation très importante que tu as faite te crée tellement tes mots, tes explications que tu peux avoir l'impression que c'est toi, qui les as créés et tu te penses génial. Et lorsque tu penses cela, tu cesses d'être un fils de la Source et tu te prends comme le début d'une nouvelle lignée. Tu te prends comme le père ou la mère qui va commencer une nouvelle filiation personnelle sur la base de ce qu'il a découvert, de ce qu’il a construit, de ce qu’il a dansé, de ses idées et de ses théories.

 

C'est ça la véritable séparation.

De fils ou de fille tu te transformes en père ou mère. C'est ce mouvement naturel du reptilien avec derrière le Treillis qui est en train de constituer son espace personnel en disant que maintenant la base de la vie sera ainsi et qu’être fils de Dieu c'est du rêve. Alors, lorsque l'on finit par être amoureux de SA création, que l'on est orgueilleux, que l'on se croit génial, cet orgueil qui fait que maintenant on ne donne plus mais qu'on attire tout à soi, on va créer son propre système.

 

Dans ce propre système-là ne se trouve plus incluse la notion de retour à la Source.

 

On est dans un monde bouclé sur lui même et on peut même se croire immortel. En cela, on fait en sorte que le fruit de son activité reste dans cette nouvelle famille, dans ce nouvel espace qu'on a créé. C'est une erreur colossale, c'est une ignorance énorme, car de toute manière on n'est pas séparé de la Source puisque ce monde séparé continue d’alimenter la Source car il utilise la matière de l'Origine, la matière de la Source.

C'est comme un énorme océan où des gens ont décidé qu'au lieu de nager tranquillement, au lieu de faire des arabesques comme les dauphins et les baleines, ils allaient créer leur propre cité sous-marine dans une bulle autour d’eux pour voir la mer et ses jolis poissons. Ils vont créer leur espace sous-marin et il va falloir qu’ils constituent eux-mêmes leur oxygène, leur alimentation et pensent à l'évacuation de leurs propres ordures. Ils vont se créer une cité interne. Sauf que dans cette prétention-là, ils ont oublié avec quelle matière ils fonctionnaient et c'est toujours celle de l'océan global. Qu’il y ait dans l'océan global une petite cellule qui s'agite personnellement et fait son petit monde, l'océan, lui, de toute manière est toujours le destinataire final et le receveur. Ceux qui sont dans la petite bulle ne font qu'augmenter leur pollution, leur asphyxie.

Celui qui s'est installé dans son système d'orgueil et de prétention, qui s'est séparé et qui s'imagine qu'il pourra être le destinataire de toute son activité, en d'autres termes qu’il est en train de fabriquer son propre héritage, alors, celui-ci laisse beaucoup de traces derrière lui. Il est rentré dans un mécanisme d'accumulation, d'archivage qu'il va appeler une évolution sociale, une évolution culturelle.

Même s’il s'imagine être le père et la mère de sa filiation et de sa société, il n'empêche qu'il est toujours le fils et la fille et les parents reçoivent le final de son opération. En d'autres termes, celui qui s'est séparé fait un travail pour ses enfants. Celui qui a toujours la Présence avec lui, fait l'héritage pour ses parents. Le véritable héritage qu'il peut faire pour ses enfants c’est de leur faire toucher le lien avec leur Origine afin que ce lien ne soit jamais coupé. Ce véritable héritage qu’il leur donne est le bonheur à l'existence parce que son enfant est naturellement heureux. Alors que l’autre qui s’enferme dans son système par orgueil, enthousiasmé de ses propres créations, est continuellement préoccupé de ses déchets.

 

Le vol de l'aigle ne laisse pas de trace.

 

 

Il n'y a que la limace qui laisse une trace. Quand tu mets le pied sur cette trace, tu tombes et quand tu te rattrapes à la corbeille de fruits, les fruits te tombent dessus entraînant en même temps la cafetière électrique et tu reçois le café bouillant ... et ça fait rire des salles complètes ! Ca fait rire parce que c'est la réalité à laquelle ils sont confrontés quotidiennement. S’ils regardaient cela comme un enseignement, ils examineraient comment ils pratiquent dans la vie de tous les jours afin de ne pas se retrouver dans ces situations.

 

En revanche, celui qui n'a pas oublié cette Intelligence dont il est né renvoie continuellement ce qu'il fait en nourriture. Le jugement intervient à chaque opération, à chaque événement. C'est un aller-retour continuel. Ce n'est pas un seul aller et retour : je vais dans la vie - je reviens à la mort.

 

Dans chaque événement il y a un aller-retour.

 

C'est pour ça qu’il est léger, il n'est pas en train d'archiver, il ne porte pas quelque chose à chaque fois car à chaque fois il a tout donné. Il repart donc avec un esprit neuf car il a tout donné. Il regarde la danse qu'il va faire avec l'événement et ça peut être dans une très grande douceur ou une très grande fermeté.

Mais, si tu vas encore plus loin dans ton intimité avec toi-même, avec cette Source, tu t'aperçois que cet aller-retour ne se fait pas seulement à chaque événement mais à chaque respiration. À chaque respiration, tu inspires cette Force de vie et tu fais l'action avec.

 

Ce n'est pas toujours facile d'être avec les autres sur la Terre mais tu sais que tu es là pour tous. Tu sais que le vol de l'aigle ne laisse pas de traces parce que tu ne récupères rien pour toi. Pourtant, tu es riche de tout. Et tu n'as plus de protection à te faire pour toi-même : le Ciel te protège, tu as la protection de la Source. Tout simplement. Tu as la protection même de la Source, tu as avec toi la Lucidité de la Source, tu as avec toi la Droiture de la Source. Et avec ça tu circules dans le monde, c'est-à-dire dans l'événement.

Ceux qui sont dans leurs histoires à s'enfermer dans leur propre monde, sont toujours en train de déraper et de se casser la figure en mettant les pieds sur leurs propres traces de limace. Et ça fait rire tout le monde.

Celui qui est devenu orgueilleux de sa création, ramène tout à lui et s’institue père et mère d’une nouvelle lignée. Mais, celui qui est resté enthousiasmé de sa création et qui reste émerveillé de toute l'imagination qui se développe du fait de ce mouvement de la Source qu'il met en œuvre, celui-ci est aussi complètement émerveillé de ce qu'il fait mais n'a pas l’orgueil et la prétention de dire que c'est lui le génie et qu'il est propriétaire de cette danse et de ces fruits.

Pour celui qui est resté en relation, tout repart à la Source. Il ne porte rien, c'est léger, c'est une mobilité extraordinaire.

 

De toute manière, celui qui s'est séparé, qui fait son monde particulier s'escroque lui-même parce qu'il croit qu'il est propriétaire de l'énergie qu'il a mobilisée. Mais là, il est escroqué continuellement parce qu’à chaque opération, à chaque événement, toute la mobilisation énergétique va directement à la Source. Et c'est pour ça qu'il est toujours dans son agitation, dans ce système de manque. Il n'est jamais satisfait, il a toujours l'impression qu’on le vole quelque part, qu’il lui manque quelque chose. Et c'est vrai puisque finalement il joue son petit jeu pour lui mais il y a toujours le destinataire qui est la Source et qui récupère cela à chaque opération.

Alors, tu comprends pourquoi il a cette notion de manque en permanence, qu’il a ce vide qu'il veut toujours combler par une agitation toujours plus forte.

Donc, tu vois qu'on n'est pas là pour sauver Dieu, pour aider la Source parce qu'on n'a pas besoin de sauver Dieu :

 

on est là pour aller aider l'homme à se tirer d'affaire et arrêter son système imbécile d'auto-allumage

où il se crée un stress de manque continuel.

 

Celui qui s'est séparé dans son orgueil, a toujours la perception d’être continuellement volé, donc il développe toujours le reproche aux autres. Il reproche tout, même la présence de l'autre peut être considérée comme un vol pour lui. Il va mettre continuellement en place des systèmes de protections de plus en plus sophistiqués.

Mais celui qui n'a pas perdu cette présence à l'origine n'est jamais volé. Et pourtant, à chaque fois, il donne tout. Mais, ce n'est pas lui qui est dans le système de manque.

 

 

Lui, il est plein à chaque opération.