« Un peu plus loin ! »

 

Création des forces de l’univers

 

Espace du cœur

 

 

La première des forces est la compassion en action.

 

Cette force dynamise un espace de coeur. Un coeur qui veut circuler, agir, qui est vigoureux et qui veut respirer. C'est le cœur qui veut vivre, s'enfler et ne pas discuter continuellement avec de l'inutilité, se laisser enfermer dans un espace étroit.

 

Mais vois-tu, l'air qui te fait vivre est celui qui est au bout de ton nez. C'est tout. On s'occupe de l'air qui est au bout de son nez et si tu te déplaces énormément, tu peux avoir beaucoup d'espace dans lequel tu vas intervenir. Mais, il n'empêche que toute ton action est là où tu es. Elle est pour que cet espace puisse s'agrandir, rayonner, se dilater et que la beauté de la vie, cet engagement, cet enthousiasme, puisse rayonner à partir de toi. C'est cela l'engagement de cette force de la compassion en action.

 

Quand je parle de la compassion en action, je dis tout simplement que c’est un espace de coeur. C’est un espace où ton coeur veut fonctionner, vivre, s'emplir, rayonner, éclater, émettre etc. Sans cet espace de coeur qui fonctionne en priorité, ce n'est pas la peine de commencer la vie. C'est tout. Si quelqu'un veut commencer sa vie en disant dès le départ: « Moi, je ne veux pas vivre. Je ne veux pas rayonner. », il est déjà perdu.

 

Avant de regarder quels sont les moyens d'action, avant même de fabriquer une piste de danse et d'apprendre à danser, quel est le coeur à vouloir danser ?

C'est un gros problème. Il y a beaucoup de personnes qui en naissant et en percevant le triste état de l'humanité ont refusé dès le départ de participer. Il y a beaucoup d’autres à qui je dois redonner espoir en la vie. Mais je ne veux pas leur redonner l'espoir en la vie à travers une théorisation, à travers même mon propre engagement, mes propres forces. Il faut comprendre où sont leurs négativités. Alors, qu'est-ce que c'est qu'une négativité ? C'est quelque chose qui te referme sur toi-même.

La négativité est un mouvement énergétique qui revient sur lui-même et s'auto étouffe. Si tu ne comprends pas ce mécanisme dans lequel tu t’étouffes en libérant ton émotionnel de bazar, tu n'as aucune chance de t’en soustraire. C'est pour ça que cette présence est si importante car c’est elle qui va te permettre de percevoir comment tu es en train de rétrécir ton espace, comment tu es en train de tout asphyxier. Ce n'est pas les autres, c'est toi-même, qui constitues ta prison. Tu es le propre gardien de ta prison en acceptant la libération de certaines formes énergétiques de tes cellules et que tout cela joue et danse dans ton corps.

 

Le voleur ne peut voler que dans l'obscurité. Si un jour tu as un voleur chez toi et que tu lui dis franchement en le regardant dans les yeux : « Toi, je sais que tu es un voleur ! » Tu t’apercevras qu'il n'y a rien qui sera volé chez toi parce que si quelque chose disparaissait, tous les yeux se tourneraient vers lui. La reconnaissance de ses fautes, de ses erreurs, est absolument essentielle parce que rien ne peut se développer dans l'obscurité et le mensonge. Le mensonge réduit l'espace continuellement alors que la vérité le libère.

 

C'est la libération de l'espace par la vérité, c'est-à-dire par le regard de ce qui est, pour ce qu'il est, sans aucun jugement de valeur. C'est comme ça. De là, la décision s'auto-prend elle-même. On n’a même pas besoin de la prendre par une forme d'action active. C'est net, c'est clair qu'en fonction de ce terrain, l'action, le mouvement ne peut être que cela. C’est un effet d'éclairage sur tout ce qui va se dérouler à l'intérieur de toi, puisque toi, ton corps, est la piste de danse. Ainsi, certaines forces ne vont plus avoir la possibilité de venir jouer ouvertement parce qu'elles sont découvertes.

 

C'est dans cette libération de l'espace par ton attention et ton regard franc sur ce que tu es, toi, que va se déployer d'une manière fantastique l'espace du cœur, de la compassion en action et qu'elle aura un terrain d'aventure magnifique, qu'elle va t'aider à agrandir continuellement. Sache parfaitement ce que tu es en train de faire et ce que toi aussi, tu veux.

 

La vérité ne se dit pas en petits morceaux. Lorsque c'est commencé, tout est dit. Et même, si tout compte fait, on ne connaît pas entièrement sa propre vérité, l'intention de la dire, de la découvrir réellement, pour soi et les autres, suffit. Le regard va s'élargir comme une torche, comme une lampe à l'intérieur d'une cave qui prend de plus en plus de puissance et qui rayonne de plus en plus large permettant de voir de plus en plus de choses. C'est par la volonté de percevoir la réalité pour ce qu'elle est et de prendre en charge ce qui est là pour ce qu’il est, ce qu'il fait, qu'il y a le développement continuel de la perception de la lucidité.

 

Mais toi, si tu veux avoir une piste de danse qui saute continuellement d'espace en espace, avoir autour de toi un air toujours modifié et changeant, si tu es dans cet enthousiasme là parce que tu es dans cet espace de cœur, de participation amoureuse et d'amitié extrême à la vie, aux autres et au monde, tu vas recevoir une aide phénoménale.

Mais il faut le vivre, physiquement.

 

 

****************

 

 

Technique d’appoint

 

La compassion.

 

 

Elle m'est très chère car c'est véritablement une action consciente et déterminée sur un être.

Vous rencontrerez la solitude et curieusement cette solitude sera l'accompagnatrice du mécanisme de détermination qui sera en action. Car sans la volonté sincère, réelle, pratique, vous ne pouvez rien avec cette technique. C'est à travers elle que l'on comprend la qualité du travail et du sérieux. Il est important de savoir ce que l'on est en train de faire et quels sont les processus de la vie qui sont en jeu.

Pour obtenir un résultat, selon les lois de la Création, il faut développer une attention extraordinaire sur les modalités de la vie de l'autre et comprendre très intimement les flux énergétiques qui ont conduit et supporté sa vie. C'est le seul et unique moyen de pouvoir travailler avec l'autre, « ensemble ». Sans cette connaissance précise, la flèche n'a pas de but et rate le seul point essentiel :

Le mouvement de la vie.

 

Cette connaissance précise, presque chirurgicale, est l'unique moyen de pouvoir obtenir une transformation qui soit en accord avec le rythme de l'autre, qui ne soit pas un viol, même au nom des meilleurs motifs fabriqués par le monde. Il n'y a aucun bon motif de ce genre. La Liberté de l'autre doit être absolument contenue dans toutes vos décisions. En revanche personne n'est le gardien de son frère!

Pour pratiquer cette chirurgie, il faut plus que de l'amour, plus que de la bonne volonté. Avec seulement ces deux outils strictement humains on ne va pas loin. On ne commence même pas la pratique, même pas son ombre!

 

Il faut l'Intention sincère et véritable.

 

Cette Intention va se mettre au travail. Toute seule! C'est elle qui va fouiller, rechercher, connecter les éléments énergétiques épars de l'autre. C'est elle qui va rechercher les liens qu'il va falloir faire. Car vous voulez très sincèrement remettre une machine en route! Vous voulez du fond de votre coeur, que l'autre vive et développe ses qualités qu'il a parfois ignoré toute son existence. Même si c'est pour un court instant avant sa mort, vous voulez que l'autre ressente profondément, en sa chair, ce qu'est le bonheur d'une action pleinement accomplie. Une simple action, une petite action de tous les jours! Mais elle dégagera un bonheur intense, une certitude d'être autre chose que sa souffrance ordinaire. Et en fruit, elle saura que la conscience de "l'autre" existe vraiment et que l'on peut porter une main chaleureuse sur lui.

 

Car c'est "l'autre" qui est l'enjeu de la vie! Tout ce que je peux vous apprendre,

c'est que "l'autre existe!".

Comprenez-vous?

C'est parce que pour la majorité du monde, l'autre n'existe pas, qu'on lui impose ses propres rythmes et ses propres volontés. Nous ne parlons plus, à ce niveau, de rythmes ordinaires humains; nous sommes dans l'énergie, la vitalité de la vie créatrice. Lorsque l'autre n'existe pas, on est le centre du monde, le centre de l'espace. Quoi que l'on fasse ou dise, tout doit toujours tourner autour de soi. On juge toujours en fonction de ses propres impressions et sensations.

C'est une bénédiction de savoir intimement que l'autre existe. Une véritable bénédiction! A partir de ce moment on a abandonné le centre du monde. On n'a plus de centre. On ne fonctionne plus par rapport à un pieu auquel on est attaché, quelle que soit la longueur de la longe. Il se passe alors une chose extraordinaire : on s'est oublié! Ceux qui n'échappent pas à ce centre ne s'oublient jamais.

Lorsque cette Intention est là, vous vous êtes oublié. Vous êtes uniquement à la recherche des outils et modalités qui vont permettre la réussisse de votre action. Car c'est d'une action qu'il s'agit. Par la fabrication de ces outils qui vous sont nécessaires, vous apprenez le rythme de l'autre, les pulsions énergétiques qui sont en jeu, vous prenez conscience du matériel qu'il va vous falloir manipuler. Sachez que c'est là le point essentiel dans l'ordre de la Création et non la réussite proprement dit de votre action :

 

La conscience précise, lucide des flux énergétiques avec lesquelles

vous allez devoir travailler.

 

Pendant que votre Intention travaille comme une flamme vive et tonique, heureuse même de sa liberté et de ses découvertes, vous êtes pleinement heureux et détendu. Ce n'est pas "l'affection" que vous portez qui vous détend; c'est la procédure exacte de la vie selon les rythmes de la Création. C'est de mettre en action le processus exact du mouvement "cosmique" de la Création qui produit ce contentement. C'est le moyen qui compte! Pas le résultat, comprenez-vous? Même si vous espérez ardemment le résultat car rien ne doit être fait sans la foi profonde de la réussite.

Et vous constaterez en même temps comme vous pouvez être lucide tel un chirurgien en action, dans une opération difficile qui demande toutes ses compétences et toute son attention. Vous constaterez que vous n'avez aucun jugement sur la qualité des énergies avec lesquelles vous devez travailler. Vous savez que ce sont celles là qui sont en mouvement dans le jeu présent, et c'est celles là que vous utiliserez. On ne discute même pas!

Voila le mot de la fin que je cherchais en écrivant ces lignes : on ne discute plus! Lui, le menteur à la vie, le résistant au mouvement harmonieux des règles de la Création, discute toujours. Je ne dirais même pas qu'il passe son temps à juger les énergies avec lesquelles il travaille "Oh, mon Dieu, comme c'est dégueulasse!", ni à critiquer, se plaindre, pleurer. Tout simplement il "discute". Rien d'autre que ce rapport du centre du monde qui apprécie à sa manière le mouvement de l'espace autour de lui. Il n'est jamais préoccupé du pieu auquel sa longe est fixée.

Et vous, vous ne discuterez plus. Et c'est cela qui vous portera dans le flux du bonheur de votre utilité. C'est cela qui vous reliera vraiment à l'autre et vous travaillerez enfin "ensemble".

 

Cette pratique m'est très chère car ce fut quasiment toute ma vie le seul moyen que j'ai eu pour travailler "ensemble". Elle n'a pas toujours été sous la forme que je vous présente, mais son essence fut toujours la même. Je vous fais aussi partager des sons de l’Univers qui me sont chers et que vous pouvez utiliser en toute sécurité.

 

J'en profite pour faire un petit commentaire afin que les choses soient bien claires. Il faut revenir aux modalités de Création de toutes les structures humaines.

Au départ il y a l'Univers avec ses rythmes, ses flux, ses Lois. Un jour, un Voyant, celui qui a accès à la vision de cette connaissance, et c'est le fameux "Incommensurable", perçoit ces Règles de fonctionnement et s'aperçoit que son respect dans la vie ordinaire conduit l'homme vers un contentement d'existence, ce qui est bien au delà de la satisfaction. Il en parle.

De plus, cette connaissance produit en lui un changement radical des flux énergétiques anciens. Sa structure interne revue et corrigée par ce contact avec la Vérité a le pouvoir de conduire le flux des autres : ce sera appelé les dons et pouvoirs. Comme la majorité des gens n'auront pas compris comment ces "pouvoirs" sont venus, ils vont faire un saint ou un gourou de Celui là. En surplus, comme il faut bien mettre "en mots" ce que Celui là voit, ce sera appelé l'Enseignement.

Tant que Celui là est vivant, il est la force vive qui est la référence. La structure matérielle qui peut s'être installée autour de lui n'est jamais que les modalités de l'existence ordinaire avec toutes ses contingences.

C'est une fois que Celui là est mort que le problème va se poser. Les successeurs officiels, sauf cas exceptionnel, ne seront que des gestionnaires. Ne "voyant" rien, tout l'enseignement deviendra rigide et ce sera la référence.

Il y aura des "voyants", ces vrais fils de Celui là. Mais sachez que dans le monde des hommes, la structure matérielle, c'est à dire l'espace, est toujours plus puissante que la "vision" elle même. La raison en est que Celui qui Voit n'est pas tenté par la grandeur et l'autorité, qu'il rejettera d'ailleurs comme du foin; mais que les successeurs "officiels" eux, trouvent leur importance en elle. Ils vont donc être des organisateurs très autoritaires, au nom même d'une liberté qu'ils relèguent au delà des murs de leur forteresse.

Eux, les vrais fils de Celui là, seront ses successeurs dans l'ordre de la Vérité mais ils seront dans des lieux tranquilles, voire franchement retirés. Car à ceux là, la structure matérielle ne fera pas de cadeaux.

Pour la petite histoire, un grand maître Zen, pour être tranquille de toutes les tracasseries administratives de la "structure officielle" s'est noyé dans la foule et est devenu franchement un mendiant parmi les mendiants. Ne croyez pas qu'il professait! Il restait muet. Mais dans toutes les secondes de ses respirations, il communiquait aux autres les forces vives de la Vérité. Comment? Par cette technique que nous allons aborder. Il travaillait ainsi "ensemble" avec ceux qui au fond n'en auraient pas voulu s'il leur avait dit. Et puis un jour il fut reconnu et retrouvé : il était spontanément intervenu pour sauver un enfant qui venait d’être mortellement blessé dans la rue. Le reste de sa vie fut difficile. Il passait son temps à montrer le chemin à suivre aux "religieux" qui l'avaient imploré de revenir vers eux, mais tout le monde discutait toujours.

 

Ainsi, ceux de la structure officielle ont utilisé les indications données par Celui là mais les ont perverties par leur volonté de rigidité qui allait à l'encontre du mouvement naturel du flux. Il faut savoir que l'on dynamise toujours, dans un sens ou un autre. On est Pour ou Contre.

Comme les "Contre" sont majoritaires, leur utilisation des pratiques issues des indications fournies par Celui là ont conduit à dynamiser l'espace dans un sens perverti.

Les "objets" fournis par Celui là sont donc entraînés dans un mouvement ayant une finalité qui n'est pas dans le sens de la Création. Pourtant ces "objets" sont purs en soi. Mais pour pouvoir les employer, il faut les couper de la structure dans laquelle ils furent dynamisés. En effet le danger est que l'objet et la structure se renvoient toujours l'un à l'autre. On appelle la structure et vient l'objet en même temps. On appelle l'objet et il ramène avec lui la structure avec laquelle il a l'habitude de travailler car la dynamisation a constitué un lien. C'est ce que l'on a appelé "la chaîne de prières".

Il faut donc savoir très exactement ce que l'on va faire venir "en chaîne" en appelant certains objets (les sons en sont) ou une structure. En final, sauf à savoir que certains objets sont coupés de leurs chaînes, vaut mieux ne pas les utiliser.

 

J'appelle cette technique la compassion en action. Car la compassion est le lien relatif que vous avez avec le monde. C'est un lien réel. Très réel.

 

Il est si réel que, lorsque l'on peut pousser aussi loin son action comme nous allons le faire, dans la dimension secrète de la communication, il doit impérativement exister le secret sur cette dernière partie de la technique. Savoir faire le bien est aussi savoir faire le mal. En fait, l'énergie n'a pas de direction ; c'est l'énergie tout simplement. Sa manipulation consciente suppose la connaissance de ses processus. On pourrait donc se servir de la partie secrète de cette technique, qui heureusement n'existe nulle part selon moi car je l'ai rêvé, pour faire du mal et diminuer un être. Je ne suis pas certain que le retour énergétique ne sera pas mortel pour celui qui pratiquerait de cette manière. Toutefois il est certain qu'il aura eu le temps de nuire considérablement avant de recevoir les conséquences décisives conduisant à sa destruction. Donc cela est pour vous la phase secrète. Gardez-la précieusement.

 

Maintenant au travail. En cinq étapes.

 

1. la constitution de l'homme de bronze. Installer la respiration ventrale qui commandera tout le processus.

Inutile de recommencer. Vous connaissez le processus, assis, le dos droit...etc.

Cela est une technique de clarté en action. Aussi, si vous le pouvez, faite la dehors, face au soleil, avec une belle vue devant vous. Dans la préparation laissez la chaleur du soleil vous pénétrer derrière vos yeux mis clos. Sachez aussi que c'est une technique fortement vitaminée. Tard le soir, cela peut conduire à un sommeil un peu court.

Alors il n'est pas besoin d'une personne particulière dans le miroir à la phase secrète. Votre communication est un peu différente. Vous remerciez l'existence d'être en vie, de bien vous porter, de pouvoir agir et savoir comment le faire. Vous dynamisez l'espace pour le lui redonner. Cela lui fera toujours très plaisir, soyez en bien certain. Vous n'aurez pas un visage dans votre miroir mais des mots. Des mots qui diront que tout ce que vous renvoyez, c'est pour tous ceux qui souffrent en ce monde. Vous approvisionnez de votre côté le vase de la Compassion Cosmique. Que celui qui saura s'y connecter, n'importe qu'il soit, se serve et se sauve! Merci.

 

2. Installation de la force de la Compassion.

C'est une couleur verte lumineuse. Un peu couleur herbe bien tonique au printemps. Comme nous allons travailler avec l'une de ses dimensions les plus dynamisées, j'insiste que cela doit rester exclusivement pour vous.

Assis, regardant devant vous, à un mètre, un mètre cinquante, les lèvres entrouvertes, vous allez prononcer les mots JEZUMA (U se prononce toujours OU). Donc en phonique JESOUMA. En expirations longues que vous chercherez à faire doucement vibrer dans votre gorge par un rappel du menton vers vous. Deux à trois fois.

Vous aurez immédiatement conscience d'une présence devant vous. Vous pouvez voir des couleurs vertes qui circulent librement, voire même des formes ou des visages souriants.

 

Comme nous travaillons à un très haut niveau de dynamisation, il faut impérativement authentifier la présence. Alors, très distinctement vous direz les mots ARYATARE. Trois fois, avec une vibration gutturale. Si la présence devant vous reste et même s'amplifie, c'est correct. C'est la bonne force qui est venue. Si non, recommencez avec JEZUMA et authentifiez avec ARYATARE.

En authentification vous pouvez aussi avoir un sentiment de bonté qui vous gagne le coeur, une légèreté dans la poitrine, une envie d'aller de l'avant.

 

3. La manière extérieure de pratiquer.

Par le son AH vous allez mettre en mouvement cette présence verte devant vous. Cela se fait en expire avec bien entendu un départ du Tan Tien et le bol bien solide.

De cette boule verte devant vous des rayons de lumière verte partent dans toutes les directions de l'espace pendant que vous prononcez ce son. Ces rayons rencontrent des "objets" dans l'espace. Ces objets peuvent être des mots, comme des outils, en fait tout ce qui peut servir à l'art de la compassion. Il est inutile de faire des efforts d'imagination. Il faut seulement avoir l'intuition et une "voyance globale" que les rayons sont multipliés à l'infini et que l'espace fini par être tout rayonnant vert.

 

Vous constaterez alors que vous, qui êtes dans cet espace dynamisé en vert lumineux, bénéficiez de cet apport de lumière. L'homme de bronze devient rempli de vert et lui même, sous l'effet des mots prononcés devient lui aussi rayonnant vert.

Il se pourrait que vous voyiez vos sons tourner lentement dans les sens d'une aiguille d'une montre. C'est normal. Vous pouvez même les entraîner vous même par une rotation des yeux dans les orbites.

 

A ce stade, vous êtes bien équilibré, heureux, sain, avec un espace accueillant devant vous.

En respirations douces et heureuses, vous pouvez laisser revenir vers vous ces lumières vertes qui vous pénètrent jusqu'à ce que l'espace devant vous s'éteigne de ses étoiles. A un moment, tout est accompli. Chacun est heureux et vous vous l’êtes aussi.

 

C'est la manière extérieure de pratiquer la compassion. Elle est globale mais déjà très puissante dans ses manifestations car nous travaillons à un haut niveau d'énergie.

 

4. La manière intérieure d'agir.

Mais si vous voulez aller plus loin, vous ne terminerez pas ainsi. Lorsque l'espace devant vous est bien dynamisé, vous allez le fixer en silence. Respirations douces. Votre attention sera extrême, comme quelqu'un qui attend un personnage important et qui scrute le bout du chemin. De cet espace vert, devant vous, vous allez voir s'approcher une boule verte plus compacte, plus formée. Elle viendra s'installer devant vous, à un mètre devant votre poitrine. Cette boule tournera lentement dans le sens d'une aiguille d'une montre, lentement. Elle sera grosse comme un petit ballon.

Alors, en inspirant, vous direz ARYATARE! Fortement. Clairement.

Instantanément cette boule viendra s'installer dans votre coeur. S'il le faut, pour que vous sentiez bien cette présence, répétez trois fois ARYATARE.

Concentrez-vous sur votre coeur. La boule verte compacte et lumineuse est là. Elle tourne lentement dans le sens d'une aiguille d'une montre. Vous êtes vraiment heureux de cette présence. Mais vous devez aller plus loin que cette perception qui satisferait beaucoup.

 

Vous allez prononcer le SON « AH ». Maintenant c'est une action beaucoup plus forte et intérieure de dynamisation.

Cette boule qui est une condensation de ce que vous avez déjà dynamisé en extérieur, à partir de votre coeur dans l'homme de bronze, va envoyer des rayons de lumière de nouveau dans l'espace. La boule tournera dans le sens d’une aiguille d'une montre.

Vous pouvez aussi avoir la perception que le mot TAM s'est inscrit au milieu de cette boule verte.

 

Cette boule envoie des rayons plus nets, plus forts qu'auparavant. Vous sentez en vous et en extérieur une compacité, une force qui n'existait pas avant. Les rayons se multiplient aussi mais ils ne rencontrent plus des objets. Ils rencontrent des personnages, des figurines, en fait tous ceux qui sont véritablement reliés avec cette dimension de la Création. Ils vous aident dans votre action. Ils vous aident à faire une multiplication à l'infini de votre volonté à faire le bien. C'est pour cela qu'en final, vous n'êtes pas toujours obligé de mettre un visage dans le miroir. Les mots de votre intention renverront le fruit de votre travail vers tous ceux qui oeuvrent comme vous et il y a bien quelqu'un quelque part en ce monde qui a besoin d'un coup de mains!

 

Lorsque vous êtes content et heureux de votre travail, vous cesserez ces SONS qui dynamisent cette Force.

En respirations douces et heureuses, vous pouvez laisser revenir vers vous ces lumières vertes jusqu'à ce que l'espace devant vous s'éteigne de ses étoiles. A un moment, tout est accompli. Chacun est heureux et vous vous l’êtes.

C'est la manière intérieure d'agir dans le monde.

 

 

5. La manière secrète de l'action.

Mais si vous voulez aller dans le secret de l'action possible, vous ne cesserez pas ainsi.

Vous installerez un miroir dans votre ventre, dans le bol de HB. Vous devez sentir la présence de HB tout autour de vous.

Un regard sur l'extérieur vous montre l'espace dynamisé devant vous, que vous allez relancer avec quelques ARYATARE à partir de votre coeur. Puis vous ferez silence. Lorsque vous constatez que le rayonnement extérieur renvoi ses rayons dans votre coeur, vous prononcerez TAM, trois fois.

Ce son renverra le rayonnement vert reçu par le coeur vers le miroir. Lorsque ce dernier est bien lumineux, vous installerez dans le miroir la personne sur laquelle vous voulez travailler.

Ne vous faites pas de soucis pour l'approvisionnement énergétique. Le TAM fonctionne tout seul comme une triple pompe : dynamisation vers l'extérieur, récupération de la dynamisation accrue et renvoi au miroir. Alors, prononcez TAM, tranquillement, de temps en temps (pas la peine d'un leitmotiv à chaque respiration). Et puis, occupez vous de la personne qui a besoin de vous. Restez longuement avec elle car il est absolument indispensable que vous découvriez, avec elle, ses réseaux énergétiques secrets, faute de quoi votre aide ne sera pas aboutie. Parlez lui, discutez, riez avec elle. Sentez-vous complice. Ne perdez pas un seul instant à l'esprit que vous travaillez pour elle. Si elle est restée bloquée quelque part, c'est qu'elle n'a pas perçu dans sa vie les réalités de son fonctionnement à ELLE. Pas une théorie de fonctionnement, pas de "ce qui serait souhaitable". Son truc à ELLE! Impératif. C'est là que va s'exercer toute votre volonté, toutes vos compétences. Vous allez voir ensemble ce qui pourrait être fait. Vous allez imaginer ensemble ce qui aurait pu être fait. Vous pouvez rejouer vos coups sur le plan énergétique, mais selon sa dimension à ELLE. En aucun cas selon une image que vous auriez "de ce qui est bien". Là, il n'y a pas de bien ou de mal. Il y a la vie avec souvent toutes ses dégueullasseries. Travailler ainsi, c'est plonger tête la première et bouche ouverte dans la déguellasserie de l'autre.

 

Si c'est seulement une expérience que vous voulez faire, vous n'irez pas loin et vos forces s'épuiseront dans le miroir qui perdra de sa luminosité. C'est pour LUI que vous travaillez. Exclusivement. N’EN FAITES PAS UNE HISTOIRE si vous sentez qu'il réclame quelque chose de vous. Donnez!

Et à force de travailler ensemble, vous verrez le miroir devenir encore plus lumineux, le visage s'adoucir et être plus heureux.

Restez avec lui tant que vous sentez que la communication est fructifiante. Ne durez pas inutilement.

Alors vous renverrez la personne à son espace propre, comme à un ami auquel il faut dire au revoir. Le visage disparaîtra du miroir.

 

Vous serez apaisé vous même. Heureux, comme après une bonne journée bien remplie.

Mais avant de cesser, vous devez revenir à votre coeur. La boule verte est là; dans le sens d'une aiguille d’une montre, avec le TAM au milieu qui tourne doucement. Tout est en activité, mais ralenti maintenant que vous avez terminé votre travail.

Dehors, il y a l'espace vert, très lumineux. Souvent c'est un peu plus sombre qu'au début, comme en une belle fin de journée d'été avant que le soleil ne se couche.

Alors, en ayant dans votre esprit les mots de remerciement, vous allez dire une nouvelle fois TAM en expire. Devant vous l'espace se condense en une énorme boule verte qui diminue progressivement de volume pour venir disparaître dans votre coeur.

Vous prendrez votre respiration ordinaire et vous pouvez rester ainsi en cet état où la pensée n'a pas vraiment accès.

 

Votre pleine tranquillité et certitude d'exister, après,

est le meilleur remerciement à ce qui a oeuvré pour vous.