« Encore plus loin »

 

Création des forces de l’univers

Espace spirituel

 

 

En final et en ultime, tu ne cours que DEUX dangers.

Le premier est de ne pas avoir de cœur, que tu n’ais pas envie de cet espace de coeur, de cet enthousiasme. Parce que dès l'origine, on a pu dire non : « Je ne joue pas ce jeu-là. Je n'ai pas envie de participer au monde de la Terre et au monde des hommes selon leurs règles. » Le premier danger est cette absence de vitalité, de cœur.

Le second danger est que tu laisses l'espace se refermer sur ta vitalité originelle. Tu vas le laisser te guider, t’orienter, te circonscrire, faire un cercle autour de toi, autour de ta vitalité originelle. C'est le véritable danger.

 

En final, tu es ce que l'espace accepte que tu fasses à l'intérieur de lui. Il n'y a aucun problème là-dessus parce que, techniquement, il est impossible de faire autrement, sauf agrandir l'espace, le modifier, changer l'air qui est au bout de ton nez. Mais, même si tu es en phase de travail d'agrandissement de l'espace, la base même, c'est l'espace dans lequel tu es et c'est lui qui conditionne la totalité de tes mouvements, qu'ils soient en restriction ou en expansion. Que tu dises oui ou que tu dises non, c'est quand même l'espace dans lequel tu es qui commande et qui dirige la totalité de tes mobilisations énergétiques.

 

C'est normal,….Ce qui n'est plus normal c'est que tu ne perçoives plus le côté relatif de la situation et que tu te laisses piéger par la recherche de la complétude et de l'esthétique à l'intérieur de l'espace.

 

Ceci est fondamental et essentiel. C'est là où se trouve ton véritable adversaire, ton véritable risque à être aliéné à tes attirances à un système que tu as, plus ou moins reconnu, comme juste, bon et nécessaire à préserver. Tu es piégé dès que tu as accepté quelque chose en absolu et en durée, au lieu de le regarder dans sa réalité comme entièrement relatif et éphémère.

Par la relation de cause à effet, chaque action produit un effet qui lui-même est la cause d'autres choses. Ce qui fait que par chacun de tes mouvements, tu as agrandi ou rétréci ton espace de respiration, ta piste de danse. À chaque mouvement, à chaque opération, à chaque action, le mécanisme de jugement intervient. Ce n'est donc pas seulement une attente à la fin d'une vie terrestre.

 

Le jugement s'installe à chaque respiration. Dans une respiration, tu as quatre temps. Tu as l'inspiration et si tu inspires tranquillement, tu t'aperçois qu'il y a un moment d'arrêt, de silence, poumons pleins, puis quand l’expiration se fait, il y a aussi, à la fin de l'expiration, un mouvement de silence, poumons vides. Puis, l'inspiration se produit naturellement. En fait, tu as quatre mouvements dans la respiration: l'inspiration, le silence, l'expiration, le silence.

 

L'intérêt n'est pas dans l'inspiration et dans l'expiration mais dans les deux silences car si tu fais très attention, tu t'aperçois qu'en inspirant, c'est comme si à chaque fois tu allais chercher la matière du Ciel, la matière de la Création, toute sa force de vie et que lorsque les poumons sont pleins, il y a un moment d'arrêt qui va faire un choix.

Un choix : que vas-tu en faire, quelle est l'attirance que tu as dans la circonstance, à satisfaire un mouvement plutôt qu'un autre ?

Ensuite, l'expiration c'est l'action. Et l'action se fait en fonction des attirances qui se sont développées dans le silence inspiration faite. Quand l'expiration est faite, l'action est faite, il y a un silence qui fait les comptes. Et là, il y a le jugement. Il y a le jugement à la fin de l'expiration, c'est-à-dire au moment de la mort, de la finalité de l'action.

En fonction de ce jugement, il y a une perception très nette de ce qui a été bien ou mal fait. Il y a une présence avec toi qui dit s’il y a enthousiasme ou au contraire un rétrécissement. Et lorsque tu reprends de nouveau de la force de vie, de la force de la Création par ton inspiration, tu as la possibilité de jouer, de remodeler ton système d'attirance pour que l'action suivante ne soit pas automatiquement dans la même conduite, dans le même mouvement que la précédente si le bilan n'a pas été heureux pour toi.

Le jugement intervient donc à chaque événement et à chaque respiration. Si cet événement se conduit avec cette présence, avec cet espace de coeur, il y a de plus en plus d’attirance au Ciel. Ton action conduite dans l'expiration est un bonheur. Le jugement qui se passe à la fin de l'expiration, à la fin de l'action, fait rebondir encore plus cet enthousiasme qui respire encore plus fort, qui monte encore plus loin en inspiration dans la force de la matière du Ciel.

 

En d'autres termes, tu ne dois même pas regarder une respiration comme une continuité plus ou moins régulière: j'inspire j’expire, j'inspire j’expire. À chaque fois, tu vas inspirer un peu plus haut, ou un peu plus bas. Et tu vas expirer aussi un peu plus profondément ou un peu plus raccourci. Tu n'as jamais, non plus, de respiration semblable. Soit il y a un enthousiasme et elle s'agrandit, elle gonfle. Soit, au contraire, il n'y a pas d'enthousiasme et c'est une respiration qui se réduit de plus en plus.

 

C'est une grande responsabilisation, lorsque tu perçois que tu rejoues ta vie à chaque événement, à chaque respiration.

 

Alors, regarde bien ça. Rien n'est statique. Tout est en mobilisation. Rien n’est du définitif. Rien n'est de l'absolu. Tout est dans un système relatif. Tu peux rejouer tes coups à chaque fois, mais tu peux les rejouer autant en positif qu’en négatif. Je n'aime pas ces mots positif et négatif. Tu peux rejouer ta vie, à chaque fois, en agrandissement ou en rétrécissement.

 

Tu rejoues ton engagement à chaque opération. Si à chaque événement, à chaque opération, tu es en pleine conscience que tout se rejoue à chaque fois, il y a l'attention naturelle à l'événement, sans contrainte, naturellement attentif, sachant que ce qui est en train de se vivre-là va aussi déterminer ce qui va se passer après, parce que après tu seras dans l'espace agrandi ou rétréci qui sera la suite de ce moment. C'est vraiment ça la notion de la loi karmique, de la loi de cause à effet dont on ne peut pas se défaire. Là, tu es vraiment en train de jouer ta vie. Même si tu as un enthousiasme de coeur, ne vas-tu pas être attiré à le mettre à l'intérieur d'un espace fermé, d'une idée, d'une théorie, d'une manière de vivre ou une manière de respirer ? C'est là où tu joues vraiment ta vie parce que vas-tu être capable de percevoir ce qu’est d'être un cavalier de l'événement, c'est-à-dire chevaucher l'événement pour ce qu'il est, sans aucun jugement préconçu de bien ou de mal et avoir cette attention extrême qui te permet de percevoir ce qui est là, comment ça fonctionne ? Et cette perception même conduit à l'action.

 

Au niveau de ton travail as-tu commencé à percevoir ce qu'est ce silence où il n'y a plus aucune réflexion préparatoire, pas de codage de l'événement ? Il y a ce silence, cette tranquillité interne qui perçoit la chose telle qu'elle est. Dans ce silence-là tu perçois que tu aimes la chose telle qu'elle est, que tu aimes finalement la vie, que tu aimes ce rôle que tu as sur cette Terre, que tu aimes ce corps que tu as là.

Seul le silence aime et de cet amour-là, naturel, l'action découle. On n’a même pas besoin de réfléchir. C'est évident, ça ne peut pas être autrement. Cette action-là, ne laisse pas de trace. Ne pas laisser de trace veut dire que le résultat s'est auto-libéré. On ne repart pas là-dessus pour faire rejaillir un autre événement. L'événement a rendu tout son jus, toute sa satisfaction et il ne reste plus que de nouveau le silence qui va appréhender un nouvel événement. Le vol de l'aigle ne laisse pas de trace. C'est la limace qui laisse une trace.

 

Si tu te laisses conduire par les attirances, tu ne peux pas sortir du système karmique de l'espace qui reconduit un autre espace. C'est absolument impossible. Le seul moyen de sortir du système karmique de l'humain dans lequel tu es, le système de conditionnement d'une action sur une autre, est d'être dans ce silence-là qui conduit, ensuite, la mobilisation de l'événement et qui ne laisse aucune trace derrière parce que tout est complet, tout est terminé.

 

Ce n'est pas facile d'être ce cavalier de l'événement, même si tu es porté par mon enthousiasme parce que tout le cerveau reptilien est contre. Il n'y a pas de sécurité parce que celui qui est dans ce mouvement de silence est incapable de dire qui il est. Il est tout simplement une action dans un événement. Il a chevauché l'événement et en fonction du cheval qu'il a, il a agi d'une certaine manière. Il ne sait même pas pourquoi il a agi ainsi. Mais de toute manière, il n'y avait pas moyen de faire autrement quoiqu'il se soit passé et il ne prend pas en charge un résultat, une continuité. Ce résultat va se gérer lui-même, sur lui-même et il va rester sur le dos de ceux qui continuent de s'exciter avec la troisième loi énergétique qui est la pénétration par intérêt.

 

La troisième loi énergétique peut aussi complètement éclater dans cette vie, même lorsque tu es dans ce corps-là et que tu n'es plus lié à cette pénétration par intérêt et préoccupations.

 

 

****************

 

 

Techniques d’appoint

 

Le miroir

 

 

J'appelle cette technique d'appoint le miroir.

 

C'est une technique excessivement poussée qui a la particularité de travailler directement sur le système psychique de la personne avec laquelle on veut s'entretenir et avec qui on peut avoir une forme de difficulté. D'une manière plus générale, une personne avec qui on veut s'entretenir et lui faire savoir quelque chose qu'on ne pourrait pas lui dire sur le plan plus matériel, avec des mots, peut-être parce qu'on ne les trouverait pas, qu’on ne trouverait pas les circonstances pour le faire, qu’on ne trouverait pas la personne extérieurement accueillante à cette forme de communication, de discussion. Alors, en travaillant directement sur le système énergétique, sur le corps énergétique avec le miroir, on peut faire passer certains messages. On peut détendre une situation conflictuelle, on peut décompresser certaines attitudes mentales qui ne peuvent que produire une perturbation mentale pour la personne, une situation qui la ferait rentrer encore plus dans un système karmique, un système d’auto-allumage émotionnel, affectif etc…

 

La technique que j'appelle le miroir est un outil d'appoint excessivement puissant qui ne devrait être utilisé que lorsqu’un système conflictuel avec quelqu'un devient réellement dommageable pour lui et qu'il ne veut pas entendre une possibilité de modification. C'est la dernière méthode, le dernier moyen pour essayer de faire qu'il décompresse la prison dans laquelle il s'est mis par l'auto-allumage de son système émotionnel qui tourne sur lui-même. C’est dans un souci vraiment sincère d'aider l'autre et de l'empêcher de se faire du mal. Ce n'est pas dans le but de se tirer d'affaire soi-même et de faire passer un message d'une certaine manière parce qu'on n'a pas le courage ni la détermination d'engager le processus de communication sur un autre plan, un plan plus naturel, c'est-à-dire attaquant franchement l'événement. Ce n'est pas une technique de fuite. Si on utilise la technique de miroir comme fuite et en solution de facilité, on aura un retour karmique considérable et il faudra payer la note. C'est pour ça que je n’ai presque jamais enseigné la technique du miroir afin que ceux qui possèdent ces techniques ne fassent pas d'actions dommageables contre eux en utilisant cette procédure comme facilité pour transformer et modifier le système psychique de quelqu'un d'autre.

 

Ceci dit, maintenant c'est le dernier repas que je vous sers. Je veux être complet en tout alors je donne cette technique. Et tout compte fait, comme nul n’est le gardien de son frère, après tout le travail sur les quatre hommes de bronze et les introductions que je t’ai fait, avec tout le travail effectué là-dessus avec toi et sur toi, si ton cœur n'est pas suffisamment développé, si le respect que tu as pour l'autre n'est pas suffisamment développé et que tu utilises cette technique du miroir en manipulation mentale sur quelqu'un, ce sera bien dommage pour toi mais je t'assure que tu vas être exclu directement de tout le système de la Voie Directe. Tu seras exclu de la piste de danse du Ciel et son gardien te prendra par les pieds et te fera tourner autour de sa tête comme une marionnette avant de te projeter au fond de l’Univers.

 

La technique est très simple.

 

Tu installes un miroir à l'intérieur de ton ventre. Alors, il faut que la réserve énergétique dans ton ventre, c'est-à-dire le bol, soit déjà bien forte. C’est mieux et plus puissant lorsque tu peux installer ce miroir dans la sphère, c'est-à-dire au niveau de l'homme de bronze trois ou quatre. Quand tu as ta concentration dans ton bol ventral ou mieux dans la sphère, le miroir s'installe naturellement.

 

Dans ce miroir tu vas appeler la personne avec laquelle tu veux entrer en communication. Soit c'est un visage qui vient, soit c'est la personne globalement. C'est très net, elle va venir.

 

Là, tu vas lui envoyer l'énergie contenue dans ta sphère, ton bol. La personne va la recevoir. C'est une action tout à fait directe sur elle. En fait, tu dois travailler avec toute la compassion. C'est pour elle que tu fais ça parce qu'elle est en train de s'enfermer dans des attitudes très dommageables pour elle qui peuvent entraîner des conséquences considérables pour son avenir.

Qu'est-ce qu'une attitude dommageable ayant des conséquences pour l'avenir ?

Par exemple l'enfant qui devient excessivement agressif par rapport à sa mère est une attitude très dommageable pour son avenir parce que sa mère l'a porté. Il a vécu complètement dans le corps énergétique de sa mère pendant les quatre premières années de sa vie. Sa mère était sa nourriture essentielle, même s'il était un petit corps particulier à côté. C'est elle qui l’a nourri, alimenté, porté et pas seulement dans son ventre pendant la grossesse. C'est pour ça que la mère se sent si fatiguée, même s'il n'y a pas une occupation matérielle très forte et très puissante. Elle a toujours cette fatigue parce que les enfants jouent en elle. De quatre à huit ans c'est moins fort mais l'enfant est toujours en elle, c'est dans la mère refuge que l'enfant vit et revient. Si plus tard et principalement dans les phases de l’adolescence, l'enfant se met en opposition critique par rapport à la mère, en opposition volontaire, c'est-à-dire avec le désir de venir l’embêter, la bloquer, et que ce n'est pas seulement une distanciation par rapport à elle, que ce n'est pas seulement une interrogation sur la relation amoureuse entre eux, mais avec une volonté de lui nuire, de lui faire du mal, une attaque réelle, l'enfant va se faire un système karmique excessivement dommageable. Il va y avoir une répercussion considérable sur tout le futur de sa vie. Après, il n'aura jamais la possibilité de trouver une Terre sûre, de percevoir un endroit dans lequel il pourra prendre refuge. Il ne saura pas comment se comporter avec la femme vers laquelle il sera d'une part très attiré et d'autre part qui lui fera très peur et qu'il refusera aussi. En fait, il va se mettre dans un système d'aliénation énergétique considérable parce qu'il aura mordu la main qui l’a porté et nourri. C'est une action très dommageable.

Je ne veux pas rentrer dans les détails de causalité mais il ne faut pas oublier que si tu es existant, si tu peux parler, si tu peux exprimer ton mécontentement, tes douleurs, c'est que tu es vivant. Ton corps a été fabriqué à partir du corps de ta mère. Donc, il ne faut pas oublier que si, déjà, tu peux exprimer quelque chose et dire que tu as droit à quelque chose c'est parce que quelqu'un t’a donné le droit d'exister. Même si l'acceptation et l'accompagnement de la mère n'a pas été magnifique, s'il y a plein de perturbations, tout ça se règle également. Mais il ne faut pas oublier que tu es vivant parce que tu as une mère. Après être sorti du ventre de ta mère, tu n'es pas libéré d’elle : tu es toujours, encore, en gestation dans le ventre de ta mère jusqu'à l'âge de quatre ans, au moins. L'accouchement ne commence réellement qu'à partir de trois ans et demi, quatre ans. Après, tout compte fait, même si la mère n'a pas été accueillante et volontaire pour toi, il n'empêche que c'est elle qui t'a nourri, c'est elle qui souffre de ton existence, de ta présence etc. C'est elle qui a, en fait quand même, protégé ton existence même si elle ne l'a pas voulu consciemment car elle est aussi entraînée par tout son système karmique à elle. Au-delà de ce que ta mère est sur le plan énergétique, au-delà de ce qu'elle est comme être, elle est impliquée, comme toi, par tout le marécage émotionnel, émotif des sensations, des perturbations avec ses propres parents, avec le travail, avec le mari, etc… Alors, ne limite pas l'existence de quelqu'un au marécage émotionnel qui est sa vie apparente parce que ce n'est pas ce marécage émotionnel qui t'a permis d'exister, d'être ce corps-là, vivant maintenant. C'est parce qu'il y a un être énergétique qui a porté tout ça. Si un jour tu te mets en attaque contre cet être énergétique, là, il y a un problème. C'est quand tu te mets en attaque contre cet être énergétique-là que tu te feras un dommage considérable pour ton avenir. C'est-à-dire lorsque tu cherches à humilier ta mère, à lui faire du mal, à limiter son mouvement, sa respiration à la vie, sa possibilité de grandir et de se développer. C'est là où tu te fais un dommage. Ensuite, tu peux rentrer effectivement en conflit très sévère par rapport à tout ton contentieux psychologique, émotionnel etc. Mais tu n'as pas à attaquer la personne dans son fondement d'être. Si tu l'attaques dans son fondement d'être avec la volonté de l'humilier, de la provoquer, de l'empêcher de rayonner, de vivre, tu vas te mettre dans une attitude excessivement dommageable pour ton avenir à toi, pour le développement de tout ton système énergétique.

C'est un exemple pour montrer l'importance et la rigueur d'utilisation de ces techniques du miroir. Il ne faut utiliser ce miroir que lorsque quelqu'un est en train de s'enfermer dans une situation très dommageable, une situation où il va mettre en dynamisme constant, en auto-allumage constant, tout un monde émotionnel qui va l'entraîner, l’enfermer dans une prison. On doit utiliser ces techniques uniquement pour ça sauf exceptions qui peuvent exister.

Mais si tu aimes quelqu'un, si tu veux aider quelqu'un tu as d'autres moyens. Tu as des moyens plus directs, plus courageux d'aller lui dire « je t'aime ». Mais il faut déjà avoir du courage pour dire ça.

Alors, pendant que je te parle tu as projeté sur le miroir et tu t'aperçois que ça s'est enrichi, que la personne s'est ouverte progressivement. Elle avait le visage fermé, maintenant tu la perçois détendue.

 

C'est maintenant qu’intervient véritablement le cœur même de la technique du miroir : tu vas lui parler et tu vas t'apercevoir que tu as un contact direct avec tout son système mental, psychique et cérébral. C'est un contact très précis dans son corps énergétique. Cette précision, ce rayon laser est sur tout le système de l'organisation de la pensée, de la formulation des mots, de la formulation des idées. On est vraiment dans un mécanisme de chirurgie cérébrale. Comme un chirurgien, tu peux commencer à discuter avec elle et travailler très précisément sur toutes les articulations fausses et qui constituent des nœuds dont elle ne peut pas se défaire et autour desquels se crée un embouteillage. C'est comme le trafic routier où à un rond-point, à un carrefour, les voitures se sont emmêlées et ça bloque tout le reste de la circulation. Tu as cette possibilité en pleine lucidité de toucher ça. Ce n'est pas seulement une simple discussion, c'est un travail de chirurgien. Tu t'apercevras que l’effet est considérable et très rapide. Mais si tu veux utiliser cette technique pour manipuler l'autre, pour ton intérêt à toi, tu vas avoir un retour karmique tel que tu vas être évacué de la piste de danse du Ciel. Avant que tu puisses avoir le Ciel qui coule librement à l'intérieur de toi il va te falloir des vies et des vies au cours desquelles tu vas ramer dans la souffrance et la douleur. C'est bien pour ça que j'ai très peu enseigné cette pratique.

 

Elle peut durer un quart d'heure. Ça suffit. Tu la répètes pendant plusieurs jours une fois, une semaine au maximum, tous les jours, jusqu'à ce qu'il y ait une modification de chimie cérébrale, que les articulations d'idées, de pensées se soient installées autrement.

 

Après ce travail tu remercies l'autre d'avoir été là, de bien avoir voulu t'écouter et accepter que tu travailles sur lui. Tu lui demandes de retourner chez lui.

Le miroir est à nouveau vide, avec seulement de la lumière. Tu restes avec le miroir dans ton ventre pendant un moment. Tu remercies également tout ton système énergétique qui te permet de créer ce miroir. Tu remercies aussi toutes les forces de la compassion qui sont venues t'aider afin de ne pas faire d'erreur.

Ensuite, tu laisses aller tranquillement le miroir qui se dilue à l'intérieur de ton système énergétique. Il disparaît sur lui-même. La condensation du système énergétique qui s'est faite pour créer le miroir se décondense et tout redevient en particules, en énergie fondamentale à l'intérieur de toi.

 

Tu restes paisible. Là, il faut que tu sois bien certain que tu ne fais pas de bêtises.

Quand tout est paisible, tu vas dans ta vie ordinaire.

 

C'est une technique d'exception.