Les Capes

 

Principe et utilité

 

 

J'appelle cette technique « capes » ou « manteaux » car c'est la perception très physique d'avoir une protection sur le dos comme une cape, un manteau.

 

Quelle est l'utilité, l’indispensabilité des capes ?

Il faut d'abord se souvenir que chaque pratique est une rencontre avec soi-même, un état de tranquillité physique et mentale et au-delà, une paix, un silence.

Dans tout l'éventail des pratiques, à quoi servent les capes ? Il est tout à fait évident qu'il y a la nécessité de trouver un état de détente où le stress va se trouver éliminé. On ne peut pas le faire mentalement car le stress est mis en place par le système cérébral. C'est un acte physique qui doit intervenir. La cape permet de remettre en place un système de détente à l'intérieur du corps. Elle a même des actions au-delà car elle va permettre de percevoir l'état des organes et de travailler sur ceux qui ont des difficultés. Elle va aussi permettre de brûler en profondeur des arbres émotionnels, des arbres de cette forêt, qui sont un peu trop dérangeants.

 

Les techniques de la cape sont très agréables parce qu'elles se font principalement le soir lorsqu'il faut éliminer le stress de la journée. Elles sont aussi utilisables dans la journée en cas d’urgence.

 

C’est aussi une aide considérable pour remettre en action des décodeurs de lucidité et les tonifier, clarifier, augmenter leur système d'information et de nourrissage. Les décodeurs sont excessivement importants. Ils sont essentiels dans la Voie Directe.

 

Donc, elles ne sont pas anodines. Ce sont des techniques à faire avec beaucoup d'attention pour que toute l'énergie soit bien orientée. C’est difficile parce qu'elles sont souvent faites le soir lorsque l’on est fatigué et on attend de la cape de nous remettre dans un état de tranquillité et de détente nous permettant d'aller tranquillement au lit sans trop de rêves et d'agitation. Donc, on prend trop souvent la cape comme une méthode de détente pour s’apaiser et on ne lui porte pas suffisamment d'attention. La personne dira qu’effectivement ça lui fait de l'effet, ça la relaxe mais ça ne va pas beaucoup plus loin. Elle ne lui porte pas assez d’attention. C'est comme si tu buvais un très bon thé tout en lisant le journal et qu'en plus, en même temps, tu écoutes la radio. À faire trois choses en même temps, l'attention est très diluée et le système énergétique l’est en même temps.

 

Alors, s'il te plaît, fais-les correctement.

 

 

 

*****************

 

 

 

La structure Maître.

 

 

S'il n'y avait qu'une seule pratique à connaître, ce serait celle là. Il s'agit d'un transfert de structure de clarté qui se fait dans la relation étroite du Maître au disciple. Entendez par là qu'il y a un personnage qui a une puissance certaine et qu'il tente de la transmettre à un autre vivant en lequel il a confiance et dont il veut ardemment la Libération.

 

Seule la vérité libère. Il s'agit donc de placer dans le corps humain de l'autre une structure

qui va agir sur la clarté de son esprit ordinaire.

 

Mais il faut maintenant se passer de Maîtres dont l'existence est de plus en plus problématique. Comment faire ? En recueillant le fruit de leurs efforts qu'ils ont laissé en un espace accessible au véritable mendiant de vérités. Rien ne se perd. Il faut mettre en place la structure de compréhension et s'en servir. On parviendra de cette manière à accéder globalement et en détail au Vase de la Connaissance laissé par les prédécesseurs. Cette pratique est donc l'installation d'une structure essentielle d'accès à la connaissance.

Les cinq étapes.

 

1. la constitution de l'homme de bronze. Installer la respiration ventrale qui commandera tout le processus.

2. la présentation des trois puissances fondamentales : la clarté de la pensée, la force du mot et l'immensité de l'espace. Aide de l'enfant intérieur par la présentation de leur condensé sous la forme d'une boule lumineuse blanche teintée de rouge et d'or.

3. la connexion avec ces trois forces fondamentales par les points d'énergie du front, de la gorge et du cœur. Utilisation des couleurs blanche, rouge et bleu ainsi que les mouvements étoiles filantes, éclairs et nuages. Sonner chacune des forces par le son primordial AH.

4. installation de ces trois forces dans l'homme de bronze deux par la mise en place de roues bloquées sur les parois.

5. accélération de la structure par une respiration en feu-foyer au tan tien : rétrécissement de la surface de réception, ce qui condense l'énergie du souffle qui devient un soufflet mettant en mouvement les roues.

 

Bien entendu, finition par les remerciements.

 

1. la constitution de l'homme de bronze 2.

Assis, confortablement pour une heure environ. Le dos droit, sans raideur, le menton légèrement rentré vers la gorge afin d'allonger la nuque sans aucune tension de cette dernière. Les mains seront où tu veux.

Tu fais l’homme de bronze deux.

 

2. la présentation des trois puissances fondamentales : la clarté de la pensée, la force du mot et l'immensité de l'espace.

Continue à respirer presque normalement, en valorisant l'inspir un peu longue qui pousse intérieurement sur les parois de HB. Sans trop, comme un mécanisme bien établi mais non préoccupant.

Regarde devant toi, à un mètre, un mètre et demi. Les yeux fermés ou mi-clos.

Demande à ton enfant intérieur de venir, que nous nommerons ENI, c'est plus court. Il est là, devant toi. Il sait que tu veux recevoir l'espace d'où tout est né, en trois dimensions. Donc en volume au lieu de la perception "à plat" du corps émotionnel.

 

Deux possibilités à mettre en place. Fais chacune et choisis la plus appropriée à ton état du moment. L'une est plus "familiale", l'autre plus "distante". Ce sera selon ta volonté du moment à recevoir amoureusement ou logiquement la structure. Le résultat sera un peu différent: l'une enclenchera plus le cœur et l'autre la réflexion. Mais l'une et l'autre travailleront au niveau de la clarté de la vision de la vie et des faits qui se présenteront à toi.

* celle du cœur, amoureusement.

ENI est devant toi, bien campé sur ses jambes un peu écartées. Il est de bonne humeur et souriant. Il tend ses deux bras au-dessus de sa tête et te regarde droit dans les yeux.

Expire vers lui, les lèvres légèrement entrouvertes. Presque instantanément vient se placer entre ses mains une grosse boule lumineuse blanche, teintée de rouge et d'or.

Fixe la boule. Elle est grande, grosse, en volume. Regarde bien et tu verras qu'elle irradie une lumière qui est son propre contenu. Elle est elle-même la lumière qu'elle irradie. Boule et luminosité sont une seule et même chose. Nous allons travailler avec cette luminosité.

Tu respires en inspir cette luminosité et avec elle tu vas parfaire la constitution de l'homme de bronze jusqu'à ce que ton corps soit rempli d'elle. C'est un bien-être, une familiarité, un bonheur d'existence, une sensation de faire partie de la même famille.

Ton enfant intérieur t’a laissé avec cette boule lumineuse. Si tu regardes bien il est assis un peu en arrière plan, souriant, t’observant inspirer cette luminosité qu'il a apportée. Il est attentif à ce que la procédure se déroule correctement.

 

* celle de la perception, lucidement.

Tu appelles ton enfant intérieur qui est devant toi. Au lieu de te regarder, il porte les yeux au Ciel, au-dessus de lui, comme en attente de quelque chose.

Aide-le par une expir vers lui, les lèvres entrouvertes.

Il sait ce qu'il te faut et il va le faire venir. Pour cela il fait un mouvement du corps, comme un S vertical qui part des pieds, ondule le ventre, porte la poitrine vers l'avant et la tête légèrement en arrière. C'est un mouvement sinueux, très ondulant, souple. Suis du regard ce mouvement, en partant des pieds. Aide-toi du même mouvement des yeux dans les orbites. Instantanément, lorsque tu arrives à la tête et que tu poursuis le mouvement plus haut, la boule lumineuse est là, au-dessus de la tête de l'enfant. Elle a les mêmes caractéristiques que celle dont je parlais précédemment. Toutefois, elle est plus distincte de ENI. Elle est beaucoup plus une boule "en soi". Tu la perçois plus avec ton regard qu'avec ton cœur.

Tu travailles en inspir de la même manière que précédemment pour constituer parfaitement HB. ENI est derrière et il va être attentif à la procédure de travail.

Si, à un moment tu perds cette boule, refais le S avec tes yeux dans les orbites. Elle sera là instantanément. Contrairement à la première approche, tu n’auras pas besoin de ENI pour refaire le contact.

Dans cette approche, tu es beaucoup plus présent intellectuellement. Tu as une distance plus importante avec la lumière et tu diriges plus lucidement le processus. C'est affaire de moment en fonction des tendances énergétiques au travail.

 

Quelle que soit l'approche de cette boule dont la luminosité est "vérité en soi", tu inspires la luminosité pour constituer HB qui devient très lumineux de l'intérieur. Ton expir sert toujours à renforcer en "contraintes extérieures", mais c'est juste une vérification qu'il n'y ait pas de trou dans la paroi de HB. Fais attention à ne pas durcir la tête; elle doit toujours rester froide.

 

La procédure est complète lorsque tu te sens chaud, plein, heureux et capable de te coltiner les problèmes de la vie sans appréhension.

 

C'est la manière extérieure de faire le transfert de cette force de base de la Vérité en Soi.

 

Pour beaucoup ce ne serait déjà pas si mal mais on va aller beaucoup plus loin.

3. la connexion avec ces trois forces fondamentales par les points d'énergie du front, de la gorge et du cœur.

Dis à ENI : « VIENS !». Dis le gentiment mais avec autorité. C'est de ta vie dont il s'agit!

Il est immédiatement là. Soit à côté de la boule lumineuse, soit dessous en fonction de la procédure d'approche préalable.

Trouves les mots qui te conviennent, mais il faut lui demander de te connecter à trois forces structurelles qui sont dans cette boule blanche : celle de la pensée lucidité, celle de la parole juste et celle de l'espace du cœur. Pour l'aider, tu vas sonner trois fois le son AH à haute voix, en expiration. Sonner, veut dire un son net, fort, vif. Tu sonnes la force que tu veux faire venir en toi.

 

* tu commences par sonner la lucidité de la pensée après avoir demandé la connexion à ENI.

Avec le premier son AH tu vois des éclairs de lumière banche, comme des étoiles filantes, qui sortent de la boule lumineuse et touchent ton front entre les deux sourcils. Prends ton temps pour constater cette action sur toi.

Avec le second AH, bien net, tu affirmes la réception et la renforces.

Avec le troisième AH qui peut être moins vif que les deux autres, tu confirmes ce lien entre ton font et cette boule.

Puis, en continuant à dire des AH plus longs, en expir, assez gutturaux et c'est là que tu comprends l'importance du menton qui rentre vers la gorge, cette lumière blanche pénètre dans ton crâne et va alimenter le moyeu de la roue de charrette placée horizontalement par HB2.

 

* pour sonner la parole juste, c'est le même processus d'appel de ENI, du AH, mais cette fois ce sont des éclairs rouge lumineux qui sortent de la boule et viennent frapper la gorge, au-dessus du creux sous les anneaux.

 

* idem pour l'espace du cœur, mais c'est une couleur bleue sombre lumineuse qui vient au cœur, comme des nuages.

Pour le cœur tu constates qu'il y a un déplacement du point de réception. Au début tu connectes avec le cœur proprement dit. Tu le sens se renforcer, devenir plus lumineux et ensuite être serein, presque gai. C'est lorsque cette gaieté va s'installer que tu verras que le cœur envoie la lumière reçue en un point situé dans l'axe médian des seins, directement sur le sternum. C'est le point de commande du cœur énergétique sur lequel tu travailleras ensuite pour le reste de la technique.

 

4. installation de ces trois forces dans l'homme de bronze par la mise en place de roues bloquées sur les parois.

A chacune des étapes, il faut aller jusqu'à la constitution de la roue lumineuse avant de passer à l'autre. Donc le blanc, le rouge et le bleu.

La roue est comme celle des charrettes anciennes avec les gros moyeux en bois. Le nombre de rayons n'est pas important pour l’instant. Plus tu auras du temps, plus tu mets de rayons et l'ensemble en sera renforcé. Par le point de commande de réception, front, gorge ou cœur, tu alimentes le moyeu de la lumière correspondante. Cette force va remplir les rayons qui eux-même vont remplir le cercle extérieur de la roue. C’est terminé lorsque c'est fort, bien équilibré et bien solide dans HB avec une bonne soudure sur les parois.

Pendant tout le travail tu alimentes par le son AH, en expir, long, guttural, faisant vibrer l'espace sur lequel tu travailles (tête, gorge ou cage thoracique).

 

La roue dans la tête doit apporter de la sérénité à l'observation. L'ensemble de la tête peut être rempli de blanc lumineux mais c'est la roue et sa perception nette qui est primordiale. La technique est juste lorsque l'on sent la pensée lucide, vive. Elle sera même assez coupante s'il a été choisi l'approche par le S.

La roue dans la gorge, rouge vif, est petite mais très ferme. Elle serre bien dans la gorge, bloquée sur les parois. C'est réussi lorsque l'on sent que le mot ira comme un éclair, sans réticence avec une absolue volonté de ne pas faire de mal, quelque soit la dureté du message.

La roue dans la cage thoracique, bleu foncé lumineux, peut devenir énorme, tenter de pousser les parois de HB vers l'extérieur. Si tu as choisi l'approche "familiale" tu te sentiras très chaud et dans un espace dans lequel tu peux œuvrer. C'est l'espace de ton action qui se trouve au cœur. Il ne suffit pas d'avoir une pensée juste, une parole juste, encore faut-il avoir un espace juste dans lequel tu vas pouvoir mettre en œuvre ta volonté. Donc cette roue ne sera jamais trop grande, bien qu'il ne convient pas d'en exagérer le volume.

 

C'est la manière intérieure d'établir le transfert.

 

Tu pourrais t’arrêter là et tu as déjà une belle structure au travail. Il y aura une action globale de cette force dans ta vie et tu te sentiras porté de l'intérieur.

Toutefois, tu peux agir encore plus lucidement sur les faits de la vie.

5. accélération de la structure par une respiration en feu-foyer au tan tien.

En respiration normale, sans effort, tu peux percevoir que la constitution de ces trois roues n'est pas de l'imagination. Elles sont là, bien présentes.

Alors, maintenant nous allons les relier par le son. Tu expires un AH long, tonique, profond. Les trois roues se connectent ensemble par la mise en place d'un "bâton" vertical qui passe par le milieu des trois moyeux. Fais le AH longuement, pour assurer cette connexion.

Tu fais la respiration inversée. L’axe vertical passant par les trois moyeux de roues vient loger sa partie basse dans cette taille "de guêpe». Sa partie haute va au-delà du moyeu de la tête et se poursuit vers la fontanelle et la dépasse pour se loger dans une énorme réserve de lumière blanche qui se trouve au-dessus.

Ensuite, en continuant à respirer ainsi, lèvres entrouvertes, à faire vibrer le son de base AH, au bout de quelques respirations, les trois roues tournent dans le sens d'une aiguille d'une montre, entraînées par l'axe médian activé par le feu du souffle dans le ventre rétréci. Elles tournent régulièrement, pas trop vite mais très sûrement. En même temps ce dynamisme produit un rayonnement plus intense et lumineux des roues. L'homme de bronze se trouve bientôt tout illuminé de l'intérieur par ces lumières.

Ensuite, ce sont les parois de l'homme de bronze qui elles mêmes deviennent lumineuses sous l'action de la dynamisation des roues. L'homme de bronze rayonne vers l'extérieur. Il devient lui aussi une source rayonnante de sa propre lumière, comme l'était auparavant cette boule blanche que ton ENI t’a apportée.

D'ailleurs cette boule blanche est toujours devant toi et ton propre rayonnement la ravie. Elle se met elle aussi à tourner dans le sens d'une aiguille d'une montre.

 

Il y a donc cette triple action en mouvement :

* par le souffle condensé dans un ventre rétréci en volume, tu mets en action l'axe des trois roues qui tournent.

* cette action des roues active les forces fondamentales dont elles sont remplies. HB est éclairé de l'intérieur.

* cette mise en rayonnement des parois de HB conduit ce dernier à activer les forces fondamentales extérieures qui ont servi à la mise en place de la structure.

 

C'est la manière secrète d'établir le transfert.

 

En tournant sur elle même, la boule d'énergie initiale va se rétrécir, se condenser, en une petite boule grosse comme un petit pois. D’elle-même elle va venir se loger dans ton cœur. Il ne restera plus rien à faire, que respirer tranquillement et rester un bon moment en cet état qui sera sans pensée réelle.

Sans rompre la verticalité du dos, tu bougeras un peu le corps. Cela n'est pas de l'imagination. Il y a bien une structure réelle dans ton corps. Ton regard sur le monde, dés à présent, est plus serein, plein d'optimiste, sans pour cela avoir envie de courir après l'action. Plus calme et serein!

Mais c'est lorsque tu seras confrontée aux actions et mouvements des autres que tu seras surpris de la modification de ton comportement. S’augmente considérablement le temps de réponse à la provocation extérieure et c'est dans ce silence que se trouve ta liberté. C'est dans ce silence-là que l'on rompt le mécanisme de l'action - réponse. Cette clarté rompt le mécanisme stéréotypé de l'endoctrinement, qu'il soit culturel, émotionnel, venant du présent ou des vies antérieures.

 

Il n'y a rien de magique ou ésotérique dans tout cela. C'est seulement une clarté nouvelle qui agrandit ton espace entre deux actions, deux réponses, deux pensées. Il existe un silence entre ces choses. Pour l'essentiel on ne le perçoit pas car tout est trop rapide. Mais c'est dans ce silence, par ce silence, dans cet espace-là, que l'on peut percevoir l'incommensurable. Il n'est là que lorsque les "autres choses" ont cessé. Alors au lieu de s'astreindre à "les faire cesser" avec des techniques coercitives, on peut agrandir l'espace entres elles et c'est la seule aide véritable que vous pouvez donner à un autre être: cette possibilité d'agrandissement. Ensuite, dans ce silence-là, il "verra". Cette vision est la clarté de l'esprit. Rien d'extraordinaire en soi. Mais pour que ce silence puisse exister de lui même et non être imposé, il faut qu'il soit recherché et vu par le Silence lui-même. La Sagesse, ce n'est jamais que la Sagesse à la recherche d'elle-même. C'est ainsi que cette structure est très exactement celle qui existe dans l'organisation de l'Univers. En l'imprimant en soi on peut la découvrir au-delà de soi. C'est ensuite comme une amie incomparable qui ne vous quitte plus.

Ainsi, sachant reconnaître cette structure, sachant reconnaître ce silence, tu sauras alors mener tes pas. Pas très loin! Tout simplement dans le moment présent.

Mais celui-là tu sauras aussi le choisir. Tu ne resteras plus avec des espaces qui ne peuvent pas permettre ton exercice du cœur. Tu auras mis fin à la culpabilisation et les rapports avec les autres deviendront forts par écartement vigoureux de l'inutile.

 

P.S.

Il se peut qu'il se passe quelque chose d'un peu extraordinaire lorsque tu fais fonctionner les deux roues avec le son primordial et l'accélération du Tan-Tien. Je décris:

Le ventre cherche à se rétrécir de plus en plus à chaque respiration, que ce soit avec l'expir ou l'inspir. La "taille de guêpe" cherche à devenir presque un point de rétrécissement. Le ventre se creuse énormément. Pourtant tu ne perds pas de respiration. Nait en même temps une sensation de très grande puissance qui gonfle le torse. Puis tu sens tes yeux devenir beaucoup plus perçants, comme un regard très pénétrant. Tu perçois aussi que tu as la possibilité d'agir sur le monde avec ton regard propre. Les yeux deviendront un moyen très efficace. Ensuite tu peux avoir l'impression qu'ils deviennent rouges et envoient des éclairs de lumières.

Pour le reste du corps, avec cet élan spontané qu'il ne faut pas contrarier à rétrécir considérablement le bas ventre et la taille, il se fera un mélange des trois couleurs fondamentales pour en faire une seule: un bleu très foncé, presque noir. Ton corps deviendra cette couleur avec des yeux rouges. Tu sentiras en toi une puissance extraordinaire d'existence au-delà de la vie ordinaire. N'aie aucune crainte, tu ne risques rien. C'est l'expression sur le plan physique de la nature primordiale de l'être, la Source même de la Vérité en Soi, cet espace où le nom même de souffrance n'existe pas et il n'y a donc personne encore à la recherche du bonheur. C'est cet espace de l'équanimité absolue recherchée par tous les véritables religieux.

Alors, si cela se passe, vis-la tranquillement. Elle aura un retentissement important sur l'essentiel de ton être énergétique. Tu en seras encore plus renforcé.

 

C'est la manière ultime du transfert de la structure de la connaissance.

Mais cette possibilité là est rare, très rare.