La Cape n° 3

 

La cape métallique.

 

 

La cape numéro trois fait passer une étape importante puisqu'on ne va plus travailler avec le Tan Tien apparent sur le Tan Tien secret, mais avec la pastille de vitalité. Donc, il y a déjà la nécessité de la connaître et la maîtriser.

 

La cape numéro trois est très puissante et très métallique. En utilisant toute la force guerrière de l'énergie du Tan Tien secret, l'énergie la plus secrète de la terre, on fait avec la cape numéro trois le même travail qu'avec la cape numéro deux, sauf que la capacité de travail et la puissance sont très supérieures. C'est pour ça que j'invite à utiliser la cape numéro deux pour commencer à entrer dans les cavernes de son esprit, dans le mécanisme du passé, pour remonter le temps et utiliser la flamme pour brûler. Si on abordait immédiatement cette action avec la cape numéro trois et que la personne ait déjà développé une très grande puissance énergétique, il pourrait y avoir un choc physique, voire psychologique important. Donc, il faut toujours être précautionneux et je suis toujours très précautionneux. J'invite toujours à bien passer par les étapes les unes après les autres et a bien contrôler qu'une étape a été bien digérée et que l'espace nouveau est bien intégré avant d'aborder une autre étape.

 

Alors, je vais faire la cape numéro trois avec toi.

 

1. Nous partons du Tan Tien secret, mais là, avec la pastille de vitalité. Tu reprends conscience de la pastille de vitalité selon la technique que tu connais. On ne fait pas la cape numéro trois dans la continuité de la cape numéro deux car il y a des modifications à l'intérieur de toi.

 

Je te rappelle la fabrication de cette pastille. Tu pars du Tan Tien apparent. Tu mets en percussion le Tan Tien secret. Tu fais sortir un serpent par le haut du Tan Tien secret, tu l'amènes dans ton ventre. Tu le fais plusieurs fois et tu enrichis tout l'espace ventral et il y a la constitution de cette sphère, qui a déjà été perçue avec ton homme de bronze trois et quatre. Tu enrichis la sphère jusqu'à ce que ça devienne presque inconfortable. Ensuite, tu lâches l'énergie de la sphère par le haut. Cette énergie se diffuse à l'intérieur de l'ensemble du corps. Ça crée une lumière, une lucidité dans ton corps, un énorme espace de vie. Dans cet espace de vie dans ton ventre, tu perçois ce petit diamant très particulier qui brille énormément. C'est la pastille de vitalité.

 

Par un léger contact de la pastille de vitalité sur le côté gauche du sacrum, tu indiques l’endroit voulu de réception de l’énergie. Tu touches alors le Tan Tien secret par petites touches. Il diffuse sur le côté gauche. Lorsque ça diffuse bien, tu fais tourner cette énergie dans le sens des aiguilles d'une montre. Ça fait un disque métallique très puissant. Tu fais le dosage que tu veux. Quand le disque est prêt, tu le montes dans le dos avec une inspire et tu le fais descendre devant avec une expire. C'est la mobilité à deux temps que tu connais déjà. C’est une véritable cuirasse qui s'installe très vite, en plusieurs mouvements. En plusieurs aller-retour tu es véritablement bien protégé et habillé. C'est une énorme protection. Regarde la différence entre les deux cotés.

 

Tu fais le côté droit de la même manière. Le plus aisé et le plus sécurisant est de toucher le côté droit avec ta pastille de vitalité, ensuite, tu fais des petits chocs avec elle sur le Tan Tien secret qui diffuse. Tu fais tourner cette énergie jusqu'à ce qu'il y ait un disque métallique que tu fais également monter par une inspiration dans le dos et descendre devant par une expire jusqu'à ce que tu obtiennes une protection à peu près identique au côté gauche.

Après, on homogénéise. Pour le moment contente-toi d'un « à peu près » car il faut que le préliminaire soit rapide. Il te faudra beaucoup de temps pour le fond même de la pratique et son utilisation.

 

Plus tard, dès le début tu feras diffuser le Tan Tien secret des deux côtés en même temps. Il suffira de toucher avec la pastille de vitalité côté gauche et côté droit puis tu pars du Tan Tien secret, des deux côtés en même temps, et tu montes ensemble des deux côtés.

C'est ce qu'on va faire maintenant.

Tu touches avec la pastille de vitalité à gauche et à droite. Il y a les deux disques. Tu donnes quelques petits mouvements complémentaires, quelques petites touches complémentaires de la pastille sur le Tan Tien secret pour diffuser encore plus et chaque disque devient plus compact, plus fort. Tu fais tourner les deux disques. Ta simple volonté suffit. Tu n'as même plus besoin d'actionner la pastille de vitalité pour le faire et tu montes l'ensemble dans le dos et tu le descends dans le ventre. C'est un habillage très puissant.

 

Maintenant tu fais monter les deux disques sur le cou et la tête, tu descends par devant. Tu fais un habillage complet.

 

Pour les capes un, deux et trois je ne t’ai pas donné la technique complète car il faut aussi un habillage des épaules, des bras et des jambes etc. Mais c'est secondaire pour l’instant. C'est intéressant pour celui qui ne recherche qu'une protection. Dans l'enseignement que je te donne maintenant, la protection est la première étape mais ce n'est pas la destination finale. Là, c’est le corps de la cape qui compte, ce n'est pas l'habillage des bras et des jambes. En revanche, si tu veux aller sur un ring ou un tatami de karaté, ou dans un environnement très conflictuel, tu feras la totalité de la cape et l’habillage complet des épaules, des bras.

 

2. Maintenant, tu vas appeler ton enfant intérieur, toujours avec les mêmes méthodes. Si tu es profondément évolué, ou avancé, il se pourrait que tu n'aies plus d'enfant intérieur car il est une émanation de ta propre énergie pour garder le lien avec le ciel. Si la distance avec le ciel s'est déjà rétrécie et que tu es maintenant en navigation à vue avec lui, tu n'as plus besoin de guide, et l'enfant intérieur disparaît naturellement. Quel que soit le cas de figure, tu demandes à remonter dans le temps, à la création d'un arbre émotionnel dont le développement a conduit ta vie sans que tu ne t'en rendes compte. Tu restes un bon moment avec la perception de ces forces, qui t'ont orienté en pleine inconscience de toi, ton système d'action, de mobilisation, de sensations etc., pour que tu sois un peu intime avec ce qui s'est passé, que tu vois bien comment le poison a agi en coulant en toi. Aies un minimum d'informations sur le processus mis en place, même s'il ne s'agit pas d'en faire un archivage, un livre, un documentaire. On est là pour que la voiture fonctionne correctement, pas pour devenir des ingénieurs mécaniciens. Du moins pas à ce niveau-là maintenant.

Quand c'est fait, c'est net. Ne fais pas attention à l’émotionnel qui peut survenir : pleurs, halètements, accélération cardiaque. C'est normal et sans danger. Tu fais appel à la flamme. Tous les commentaires sur la flamme concernant la cape numéro deux sont d'actualité. Ensuite, tu demandes à la flamme de brûler par les racines.

 

3. Tu cesses. Tu peux avoir très chaud. Normal. Tu te laisses aller dans cette paix, ce silence que tu connais déjà. Là, tu n'as vraiment plus rien à faire. Et tu comprendras peut-être un tout petit peu comment tout peut se décider à partir de ce silence. Seul ce silence aime. Tout ce qui est décidé en dehors de lui, c'est comme des histoires pour enfants, des illusions plus ou moins déguisées, des sensations plus ou moins esthétiques, fines, bien décorées.

 

Tu peux concrétiser encore un peu la cape en montant dans le dos, la nuque, la tête puis devant. Tu te remets bien dans un état complet de tranquillité, afin de bien percevoir toute cette protection, qui continue à exister au-delà de la pratique et avec laquelle tu vas aller dans ta vie ordinaire. Les capes sont des protections contre ton esprit, contre tes propres fantasmes, tes propres élans, tes propres orientations. C'est une protection de ton esprit contre toi-même, c'est-à-dire contre les attirances que ton esprit pourrait avoir à suivre et se laisser imbiber de certaines invitations de l'espace karmique dans lequel tu es.

Comme toujours, tu termines par un remerciement.

 

 

 

****************

 

 

 

Le rêve principal.

 

 

Lorsque je demande « qu’attends-tu de ta vie … Que veux-tu faire de ta vie, quelle est la direction que tu lui donnes, quel est l’enthousiasme que tu as »… les personnes ne savent pas trop répondre ou donnent des informations superficielles psy-émotionnelles.

 

Si on va très profond dans la connaissance du tissu énergétique, on s'aperçoit que chacune des structures énergétiques a un rêve principal, un rêve primordial, un objectif majeur à atteindre.

C'est comme s’il y avait un tampon imprimé sur les fichiers informatiques qui indique le rêve que tu veux réaliser. En d'autres termes, tout le système énergétique qui va dynamiser la vie de la personne, par les événements, les rencontres… va être drainé vers ce code secret : « voilà le rêve que je veux réaliser ». Ce code secret est très important car il est très efficace du fait même de son secret.

 

Si on prend un exemple :

Un monsieur rencontre une dame et lui dit qu'il aimerait bien faire un bout de chemin de vie avec elle. Le premier mouvement de la dame est de refuser. Mais, après avoir réfléchi, elle accepte et ils se mettent ensemble. Au bout de 3 à 5 ans, ils sont obligés de constater que c'est l'échec bien que l'un comme l'autre ait véritablement fait tous les efforts pour réussir cette rencontre, cet accouplement, cette réunion. Lorsque ces personnes viennent me voir, je vérifie qu’à l'intérieur de leur système énergétique, il y avait un codage initial qui est, pour la femme, le refus. Ça, c'est le code secret imprimé sur le fichier énergétique qui s'appelle : « M. Mme. ». Toute l'énergie, toute la mobilisation énergétique, tous les efforts faits dans la relation de monsieur et madame, dans ce fichier énergétique, vont être drainés par ce code secret. Ça ne peut pas fonctionner parce que le « non » est initial. En plus du fait que ça ne marche pas, l'énergie qui arrive dans ce fichier énergétique développe encore plus la puissance du non et fait revenir à la mémoire de la femme que « de toute manière, je le savais, ça ne pouvait pas fonctionner. Je le savais dès le premier instant ». C’est profondément pervers parce que là encore, l'évidence de la conclusion s'inscrit dans l'espace de l'évidence. Exactement comme en mathématique. Il y a une conclusion évidente qui renforce l'évidence initiale.

En fait, c'est un cercle pervers qui s'auto alimente sur lui-même et qui exclut tout dynamisme, tout enthousiasme, tout développement qui serait autre que le codage initial, le codage de cette interdiction.

 

Dans cet exemple, c'est entre monsieur et madame, c'est une énergie relativement localisée dans un fichier informatique. Mais, lorsqu'il s'agit du rêve principal, c'est un code sur la totalité du système énergétique, c'est un code qui se superpose au code initial de générosité à la vie, d’élan, de bonté, de douceur. Là, on a mis une étiquette par-dessus ce code initial de la Création: « Voilà le rêve que je veux réaliser !». Tout ce qui va être produit dans la vie, par tous les événements émotionnels, va être drainé dans ce rêve pour que ce rêve trouve une réalisation.

 

Alors, par le travail dans la Voie Directe, tu vas progressivement transformer le codage imprimé sur ton fichier informatique, tu vas le détendre et cette détente va tranquillement le diluer.

Et un beau jour, ce codage lié directement à l'établissement de ton rêve sur la terre, dans un espace reptilien, va laisser la place au codage initial.

 

C'est sur ce rêve qu’on bute en permanence. La personne ne veut pas quitter son rêve parce qu’il est imprimé dans toutes les cellules de son corps. Le treillis fait bouger cette virtualité dans toutes les cellules, qui ont envie de cette réalisation. Le treillis est très fort pour les mettre en activation, sauf qu'il ne faut pas oublier qu’elles ont comme propriétaire la Perfection et non le treillis. On peut arrêter la musique du locataire pour retrouver le silence du propriétaire. C'est tout le travail de la Voie Directe.

 

Chacun a un rêve primordial. C'est pour ça que tout le monde vit de rêve en rêve,

s'agresse si les rêves ne sont pas satisfaits, se lèche si les rêves sont un peu ou beaucoup satisfaits.