La Cape n° 4

 

La cape de lumière, le corps de jouissance

 

 

La quatrième et dernière cape est très importante bien qu'elle ne puisse pas exister sans le travail très précis de trois autres. C’est une cape de la lumière, qui va t'amener dans la lumière.

Les capes numéro deux et trois t’ont permis une connaissance très précise des cavernes de ton esprit, des obscurités, qui travaillent en souterrain. Mais il n’existe pas que ces cavernes de l'esprit. On n'est pas limité à ça. Autrement ce serait un combat constant, un combat contre cette ignorance, cette manipulation, cette méchanceté, ces agressions, ce mécontentement, ces empreintes karmiques.

La cape de lumière permet d’aller voir le ciel, d’aller voir comment est le ciel. On monte au ciel et on décondense la matières de base qui te pousse toujours à aller voir les cavernes de ton esprit.

Elle est déterminante car elle porte l'espoir en elle. Il y a l'espoir d'une autre respiration, il y a l'espoir d'un autre espace de vie, d’un autre terrain d'aventure, d'une autre préoccupation. Elle est donc essentielle et tout à fait déterminante.

 

À partir de la cape de lumière, tu vas pouvoir faire un grand voyage dans le ciel. C'est ce voyage auquel je te convie maintenant. Je vais te guider pas à pas et nous allons peut-être faire beaucoup de commentaires au passage pour que tu comprennes bien et que tout s’imprime.

 

Mes commentaires ne sont jamais exhaustifs. Je ne fais pas tous les commentaires en une seule fois car ça dépend de l'espace qui accueille. Et finalement, je ne suis pas en train de vouloir écrire un livre, de faire une publication ou une vulgarisation de la Voie Directe. Nous sommes au travail, dans une réalité dont la finalité est toujours la matière, la pratique, la vie. Les explications que je peux donner sont toujours circonscrites à cette orientation : donner un minimum de renseignements pour que tu puisses aller en pleine sécurité et en pleine connaissance dans un mouvement, dans des pratiques, sachant à quoi ça sert, où tu vas et comment on peut faire.

 

    1. La cape de lumière travaille avec le Tan Tien secret et la pastille de vitalité. Au départ, c'est toujours l'installation du bol. Mets-le en place, ainsi que la dynamisation du Tan Tien secret et la pastille de vitalité. Tu connais déjà le processus. Je me répéterai toujours : s'il n'y a pas d'eau dans la casserole, ce n'est pas la peine de tenter de mettre du feu dessous. Ça donne des sensations, des illusions, ça brûle un peu mais il n'y a pas de résultat.

Si tu connais l’utilisation du Tan Tien secret dans sa phase secrète, l’inversion du mouvement énergétique - par le bas et non par le haut - tu te sers toujours de ce moyen qui est beaucoup plus puissant que les émissions du serpent par le canal supérieur.

 

Il faut une pastille de vitalité très brillante, très nette, avec une compression très forte de la sphère ventrale. Tu envoies la pastille sur le Tan Tien secret mais en tournant autour. C'est comme une danse du Tan Tien secret. Tu ne le touches pas vraiment. À ce niveau-là, on peut faire le côté gauche et le côté droit en même temps.

L’objectif est de transmettre l'énergie du Tan Tien secret sous forme de vapeur, très aérienne. Ta volonté doit suffire pour faire cette double émission. Si ce n'est pas le cas, avec la pastille de vitalité, à l'expiration, tu touches plusieurs fois le côté gauche puis le côté droit du sacrum. C'est l'indication au Tan Tien secret d'y envoyer l'énergie. Fais très attention à rester aérien. Si ça devient un peu métallique, trop fort, arrête tout de suite. Tu diffuses quelque chose de très doux, de très fin, de très cotonneux, de très ouaté, comme un nuage. Ça fait d'ailleurs un joli volume d'énergie de chaque côté.

 

    2. Quand c'est là, tu arrêtes. Tu laisses la pastille de vitalité revenir à sa place normale dans ton corps. Avec l’inspire, tu montes ces nuages dans le dos, les deux en même temps et tu descends devant. C'est le processus à deux temps que tu connais déjà. Il y a une cape lumineuse, qui s'installe, très aérienne, très ouatée, très douce.

Maintenant, tu continues en prenant la nuque, la tête et tu descends sur la face. Tu fais le capuchon. Ce n'est pas la peine de faire l'habillage complet des bras et des jambes. J’ai déjà expliqué dans la cape numéro trois qu'il n'y a pas une indispensabilité si on n'oriente pas la cape vers une protection totale.

 

J'ai enseigné plusieurs méthodes d’utilisation de cette cape de lumière où tout est tranquille et paisible. Mais il y en a une que j'affectionne particulièrement et je ne sais même pas si je l'ai montrée à quelqu'un. C'est elle que je vais te donner.

 

Sous cette cape de tranquillité où tout est ouvert, apparent et lumineux, tu fais venir la flamme de la vie par une légère compression, douce et gentille, sur la pastille de vitalité, comme une main qui presse sur un citron. Tu fais une légère compression ventrale avec une légère fermeture de l'anus. C'est facile pour toi si tu es dans la phase d'utilisation secrète du Tan Tien secret, par la mobilisation de l’anus. Tu as une flamme de vie douce, généreuse, ample, large, agréable. Cette douceur, qui rayonne à l'intérieur de toi, gonfle tout. C'est même presque plus puissant que la force. Tu fais tourner cette flamme doucement, tranquillement, avec de petites compressions de la pastille de vitalité, qui est la base de la flamme. La flamme est sortie de la pastille de vitalité. Tu fais tourner doucement et tu regardes ce qui se passe.

 

Cette flamme de vie se transforme en fleur de la vie ! Elle s'ouvre comme une rose. Des branches poussent et vont au coeur, le gonflent, remplissent les seins, et vont caresser les portes du ciel. Tu te contentes de faire tourner cette flamme qui s'est transformée en fleur, et tu presses doucement avec la pastille de vitalité. Si tu es en phase secrète de l'utilisation de Tan Tien secret, tu te contentes des petites aspirations-détentes, par des contractions annales. Ça suffit pour tout alimenter. Et ça monte haut dans la gorge, et la tête.

C'est la fleur globale qui s'installe. C’est doux, c’est gentil, c'est presque odorant. Tu peux presque sentir le toucher velouté de cette fleur-là.

 

Tu es dans l’espace de la douceur de la cape de lumière.

 

Si tu laisses aller au-delà de toi, si tu ne fais aucune contraction particulière, si tu n'as aucune volonté de posséder quelque chose toi-même, c'est-à-dire d'avoir tes sensations à toi, alors cette fleur va continuer au-dessus de ta tête. Tu la laisses aller au-dessus de ta tête, s'étendre comme elle veut. Tu t'apercevras que tu ne sais plus ce qui est transporté ailleurs : est-ce ta conscience, est-ce ton corps, est-ce que c'est ton essence ? Tu peux te poser la question mais tu n'auras pas de réponse précise. Sauf que tu es dans une autre dimension au-dessus de toi. Plus exactement, toi s'est élargi dans une autre dimension. Et c'est la vérité. Pour celui qui observe, et c'est toujours avec l'intelligence analytique et raisonnée, ce qui est à l'extérieur de lui est considéré comme à l'extérieur de lui. Aussi ça peut te donner l'impression que tu es sorti de toi, que tu es allé dans un autre espace que toi-même. Dans la réalité, c'est toujours toi-même. Sauf que tu es dans une dimension de décondensation et de lumière, de tranquillité, que ne connaît pas l'intelligence raisonnée, le cerveau reptilien parce que ce n'est pas la dimension de son espace. Ce n'est pas son degré de condensation.

Nous avons tout simplement et tranquillement décondensé la matière.

Tu es dans un territoire lumineux très large. C'est ce qu'on appelle le corps de jouissance. Jouissance parce que c'est très agréable et plaisant. Dedans on jouit et on ose dire : « Je jouis ». Tu as des personnes très sensibles qui peuvent avoir un orgasme. Il faut le laisser. C'est tout à fait normal. C'est une véritable caresse. Tu es dans une bulle, un espace large qui est toi, en pleine sécurité.

 

C'est l'approche que je préfère du corps de jouissance parce qu'elle n'est pas mécanique, elle est exclusivement du coeur, de la douceur, un mouvement du ciel, qui provoque une décondensation de la matière. Dans cet état d'être plus lumineux, il n'y a pas de cerveau reptilien. Le cerveau reptilien, comme l'intelligence raisonnée, n’a pu se mettre en place que dans un espace plus condensé. Tu as donc remonté le temps. Tout simplement. Comme dans la cape numéro deux et trois où on remonte le temps de la vie de maintenant. Là, tu as remonté le temps de l'univers au-delà de ta vie à toi. On est en train de faire quelque chose d'absolument merveilleux. On remonte le temps, donc on remonte le phénomène de la condensation et on est dans un processus de décondensation progressif pour aller, de plus en plus, vers le ciel. On croit qu'on va vers le ciel. Mais ce n'est pas vrai. On ne se déplace pas. On se contente de décondenser ce qu'on est maintenant, assis sur cette chaise ou ce coussin. Et on perçoit qu'on a tout à l'intérieur de soi, sauf qu'on ne perçoit qu'en fonction de l'état de condensation dans lequel on est, dans l'espace qu'on laisse s'installer. Tout ça est un très grand enseignement. On ne perçoit qu'en fonction de l'espace qu'on laisse installer. Chaque espace a ses décodeurs, ses outils.

 

Alors, si tu regardes autour de toi, tu t'aperçois qu'au-delà de cet espace à toi, il y a un espace beaucoup plus large, ce qu'on pourrait appeler un extérieur à toi, à ton environnement. Mais là, contrairement aux autres techniques du corps de jouissance, tu n'as pas une bulle rétrécie autour de toi, tu as déjà une bulle très large. C'est même difficile de l'appeler bulle car c'est un grand espace. Et cependant, au-delà, il y a autre chose. Si tu y portes attention, tu t'aperçois que cette autre chose est de la même nature et de la même matière que toi. N'hésite pas à t'en approcher, à te déplacer dans cet espace dans lequel tu es, comme si tu allais vers ses parois limites. Ce sont des parois très transparentes : tu vois ce qu'il y a de l'autre côté. C'est la même chose. Pourquoi aller se protéger de ce qui est la même chose ? Tout d'un coup, tu n'as plus envie te protéger. Tu t'aperçois que l'extérieur et l’intérieur sont la même chose. Tu laisses l'opération se faire. La simple constatation et l'acceptation de ne plus te protéger vont libérer cette paroi, cette séparation entre ton espace et ce que tu envisages comme extérieur. Mais c'est toujours ton reptilien, qui l’envisage comme extérieur. Tu laisses faire. Tout devient global. Il y a beaucoup d'affection, qui se met dans le coeur parce que la notion de combat disparaît. Cette notion n’existe que dans un espace plus condensé. Là, la notion même de guerre, l'idée qu'il puisse y avoir une guerre, un conflit n'existe même pas. C'est impossible de l'envisager. Ça ne fait pas partie du système de codification de cet espace, ni de sa mémoire.

 

Vas dans ta vie ordinaire avec cette chimie interne. Tu peux ainsi vivre en double, en état condensé pour tout le côté administratif et relationnel de base et en état décondensé pour tout ce qui est la communication plus intime, plus de coeur, plus essentielle. Le relatif et l'absolu se trouvent toujours mélangés. Tu dois avoir la capacité de maîtriser les deux niveaux de manière constante et savoir passer de l'un à l'autre avec une rapidité extraordinaire, en une fraction de seconde.

 

 

 

 

*****************

 

 

 

Loi fondamentale

 

Nourrissage par déplacement

 

 

La première des lois est celle du nourrissage par déplacement. Il faut bien que ces êtres se nourrissent en énergie dans la relation duelle, une fois qu'ils se sont coupés de l'alimentation générale de la Source. Alors, ils s'alimentent les uns sur les autres.

Le premier des nourrissages est par le déplacement parce qu'on provoque une sensation, un écart électromagnétique qui va être le fruit, la nourriture de celui qui l’a provoqué.

 

Ce sont des lois mathématiques au niveau énergétique :

celui qui récupère le fruit d'un travail, d’un mouvement sur le plan énergétique est celui qui a dirigé, maîtrisé l'action.

 

Plus il va provoquer un déplacement large plus il va se nourrir de l'autre. Un déplacement large ne doit pas être envisagé comme quelque chose de l'ordre de l'espace extérieur, en centimètres, mètres ou kilomètres. C'est le déplacement dans un espace interne. Si quelqu'un a mobilisé de l'énergie pour aller vers une destination qui lui plaît et qu'on l'amène là où il ne se plaît pas, là, il va produire une d'énergie maximum parce qu'il va résister au déplacement. Donc, il va générer une énergie considérable pour s'y opposer. Mais si ce déplacement est obtenu, c'est-à-dire que le résultat est là, le fruit de toute l'énergie déployée revient entre les mains de celui qui a provoqué le déplacement.

 

C'est-à-dire que le fruit revient toujours entre les mains de celui qui a programmé, organisé, décidé et réussi l'action.

 

Cette première loi est très symptomatique de cette réalité de la séparation de l'être par rapport à l'univers. L’être s'est séparé de l'univers pour se faire un monde personnel. Mais à l'intérieur de ce monde personnel, ils cherchent à se séparer le plus les uns des autres. C'est la même intention. C'est la continuité de la même intention de la séparation. C'est pour ça que dans les généralités, je disais qu'on ne pouvait pas comprendre les trois lois énergétiques sans la compréhension de la séparation et ce qui a conduit la séparation, ce qui a fait qu'elle a pu se pérenniser aussi.

 

Pour l'homme ordinaire il y a la recherche de déplacer au maximum quelqu'un d'autre sur un territoire où justement il ne voudrait surtout pas aller. Il y a donc, là, le nourrissage maximum. Mais, même s'il n'y a pas cette action profondément perverse, c'est une loi qui existe dans tous les événements. Maintenant, je te déplace ! Je déplace continuellement ton attention, ta forme de réflexion et ta chimie interne. Deux personnes en train de discuter se déplacent continuellement. C'est de cela qu'il y a ce nourrissage mutuel.

 

Dans le cas prit en théorie il n'y en avait qu'un qui faisait l'action tandis que l'autre était déplacé.

 

Dans la réalité, tout le monde déplace tout le monde.

 

Que fait un guérisseur, un ostéopathe et tous ceux qui travaillent en énergie manuelle ? Ils déplacent continuellement la personne qui vient les voir. La personne qui vient les voir tombe toujours dans un même trou : soit physique, soit émotionnel. Elle vient voir le guérisseur pour qu'il fasse qu’elle ne tombe plus ainsi. Donc le guérisseur, à travers son action, la déplace. Du fait de ce déplacement, il est nourri. C'est sa réelle rémunération, beaucoup plus que l'argent. Mais comme il déplace la personne pour son bien, il y a une énergie très positive qui se dégage de la personne déplacée et c'est ce qui fait que ces guérisseurs manuels, sont des gens gais, avec du bonheur dans le coeur.

C'est une loi qui fonctionne dans tous les sens.

Il n'y a ni bien ni mal.

C'est à toi de savoir dans quel sens tu la fais fonctionner :

déplacer quelqu'un pour son bien

ou le déplacer pour te nourrir seulement toi ?

Effectivement la qualité du déplacement va générer le type de d'énergie qui va être émis par la personne déplacée

et par corrélation le type de nourriture que tu vas recevoir.

 

Tant que tu es toujours lié par le système karmique humain, tant que tu n'as pas une illumination complètement confirmée, tu es lié aux trois lois énergétiques. Tu es lié à cette première loi de nourrissage par déplacement. Donc, toi tu déplaces les autres et tu peux être déplacé.

 

Même un être complètement libéré, dans le système karmique humain va utiliser ces lois pour pouvoir travailler, modifier et aider les autres. Sauf que lui n'est plus soumis à ces lois. Lui ne peut plus être déplacé.

Là, je suis en train de te déplacer. Mais que tu sois content ou pas content il n'y aura pas de relation sur moi car je sais ce que je suis en train de faire. Je sais que le résultat c'est toi-même qui le fais en fonction de ce que tu as appris, de ce que tu as bien voulu prendre de ce que je te donne. C'est toi qui fais le résultat. Donc tu ne vas pas me responsabiliser par rapport à ce résultat bien que tu chercheras toujours à le faire. Ce n'est pas parce que tu as cherché à le faire, ce n'est pas parce que tu vas chercher à me déplacer que tu vas y réussir.

 

Il ne faut pas se mettre martel en tête. Il ne faut pas se faire de soucis pour rien. Cette loi énergétique fonctionne dans tous les cas de figure. La seule question est de savoir si tu la fais fonctionner pour l'intérêt de l'autre ou pour ton intérêt personnel. Donc, ne t'empêche pas de vivre, ne t'empêche pas de déplacer ni d'être déplacé : c'est la vie de tous les jours. C'est cette vie qui se trouve radicalement changée lorsqu'il y a cette révolution du cerveau que provoque l'illumination. Mais, encore faut-il qu'ensuite tu déroules la randonnée en tant qu'adulte et que tu ne retombes pas comme un enfant.

 

Donc, cette première loi de nourrissage par déplacement est très simple. Si tu regardes bien, tu couvres la totalité de la compréhension des interventions continuelles que les uns font sur les autres. Lorsque je dis à quelqu'un de cesser de pénétrer chez l'autre, d'intervenir chez l'autre avec ses histoires émotionnelles, ses rêves, ses idées... je l'invite à commencer à mettre une fin à cette loi et à comprendre qu'il y a une beauté magnifique à laisser l'autre dans son mouvement lorsque son mouvement est juste parce que c'est lui, ainsi, qui va récupérer le fruit de son mouvement, le fruit de son travail.

En revanche, chaque fois qu'il est déplacé c’est quelqu’un d’autre, qui va récupérer le fruit de son action.

 

C’est ainsi qu'on peut dire que vous êtes tous des voleurs mais que vous vous volez tous mutuellement et que c'est la règle commune, institutionnalisée et acceptée.