Pratiques

 

 

« Sans pratiques nul ne peut progresser. La pratique n’est pas seulement s’asseoir sur un coussin ou une chaise La pratique réelle est ta vie quotidienne..»

« Pourtant cela est si facile ! Faites confiance à votre pratique et vous serez alimentés en continu par cette Force de vie qui reconnaîtra vos « gestes »

comme ceux conçus par Elle.»

randonnée 1

 

 

la pratique c'est :

 

" Un rendez-vous avec vous c'est une amitié avec vous. Si vous ne commencez pas à vous aimer vous, comment allez-vous avoir la prétention d'aimer les autres, d’aimer l’univers, d'aimer le Ciel. C'est une intimité cette rencontre. Vous avez fait beaucoup de rencontres avec les autres dans la journée, maintenant vous la faites avec vous, tranquillement. C'est cette rencontre avec vous qui vous permettra, un jour, de rencontrer consciemment le Ciel." Christian

 

 

la posture assise, la position :

 

" Ne vous faites jamais souffrir dans vos positions. Il y a une structure énergétique à l'intérieur de votre corps énergétique qui se nourrit de la souffrance. Alors, si vous faites une compression d'énergie, une dynamisation d'énergie avec la souffrance, c'est cette structure qui commence à se nourrir de l'énergie que vous avez produit, et si et seulement si, il vous en reste un peu c'est pour votre modification. Le moyen est beaucoup plus important que le résultat. Donc, si vous utilisez un procédé de souffrance, un procédé de coercition, les moyens de coercition, les structures de souffrance et de coercitions, qui sont à l'intérieur de vous vont récupérer en premier lieu l'énergie qui est compressée. Faites très attention à ça parce qu'il y a beaucoup de méditation qui sont basées sur la souffrance : ne pas bouger etc... C'est vrai que lorsque vous faites une méditation basée sur la souffrance,  vous vous rendez compte que la stature, la position est vraiment productrice d'énergie, c'est vraiment quelque chose de bien. Et vous croyez que vous êtes en modification. Pas du tout. 5 ans après, vous vous apercevez que vous êtes dans la confusion habituelle ou que vous êtes devenus secs parce que s'est organisé sur le maintien de la souffrance. Certains sont même obligés de prendre des analgésiques pour pouvoir supporter, pendant une heure, ces positions et ne pas bouger. C'est vrai que par la souffrance, vous êtes capables de condenser, de compresser de l'énergie à l'intérieur du corps et vous en avez la sensation. Sauf que le moyen de la souffrance est l'alimentation prioritaire des structures de la souffrance à l'intérieur du corps. Ce qui fait que vous augmenter considérablement votre malheur au motif que vous voulez guérir. Mais c'est ainsi aussi que cinq ans plus tard vous êtes toujours dans la même histoire. Alors, faites attention aux positions et n'hésitez pas à bouger si vous avez mal. Il n’y a aucune grandeur à tenir un effort. C'est pour ça qu'il faut toujours vous mettre dans des situations qui vous sont confortables. Lorsque je dis de ne pas hésiter à bouger ça ne veut pas dire de toujours bouger.

Je suis assis sur des coussins parce que je m’y trouve bien. Pour faire ses conférences, Krishnamurti était toujours assis sur une chaise, assez raide, en paille. On lui disait que c'était magnifique, qu'il était toujours assis sur une chaise assez rustique alors que les gourous étaient dans leur fauteuil etc. Les gens l’encensaient tandis que lui répondait : « C'est tout simple : je suis bien. Si j’avais été bien dans un fauteuil je serais assis dans un fauteuil ». Non, mettez-vous toujours bien car il n'y a aucune nécessité d'être assis sur un coussin.

 

Mais, il faut faire attention qu'il y ait une légère bascule du bassin parce que finalement, la seule obligation c'est que votre périnée et la fontanelle se trouvent alignés. Mettez-vous sur une chaise, sur un petit tabouret qui est parfait pour ça car il permet vraiment la position de droiture.

Cette position est très bien parce que vous avez automatiquement la stature naturelle de la position de la verticalité du périnée et de la fontanelle. Lorsque vous êtes assis sur quelque chose de plus haut, il faut vous arranger pour avoir les genoux toujours plus bas que les hanches, donc vous croisez vos jambes de telle manière que vous ayez une légère cambrure des lombaires qui fait que vous avez cette verticalité. Vous la cherchez, au fur et à mesure. L'important est d'être confortable. J'insiste beaucoup là-dessus. Ce sont des préliminaires minimums, mais si vous êtes dans l'inconfort au début, vous allez avoir pleins de problèmes et vous allez compresser de l'énergie en souffrance qui servira à l'alimentation de vos structures de souffrance. Ou alors vous aurez complètement perdu le fil du travail. Ce sont des préliminaires techniques, pratiques." Christian

 

 

*

 

 

 

Ensuite, c'est très simple. Il faut toujours se poser la question : pourquoi êtes-vous là ? Pourquoi êtes-vous assis, pourquoi vous asseyez-vous quelque part, le matin pour faire la méditation ?...

 

Là, quand vous vous asseyez, quand vous pratiquez,

 

vous avez un rendez-vous avec vous. 

 

Que cela soit très clair. Ce n'est pas seulement une pratique. Ce n'est pas seulement ce que vous pouvez appeler une méditation. C'est un rendez-vous avec vous parce que l'énergie ira où votre attention est. C'est pourquoi vous êtes en train de vous asseoir et vous donnez, dès le départ, le code d'alimentation du système énergétique de dynamiser, exactement comme en informatique. Donc, l'énergie dynamisée va réellement aller en rencontre avec vous. Ce bien-être du corps, c'est ce bien être de l'esprit et puis c'est aussi cette communication avec le Ciel pour ceux qui ont réussi à le découvrir et à le porter. Soyez très clair dans tout ça. Ne vous martyrisez jamais et sachez pourquoi vous vous levez le matin, pourquoi vous faites une pratique ou lorsque vous la faites le soir. C'est toujours un rendez-vous avec vous, avec l'essentiel de vous.» Christian

 

 

*

 

« La pratique est une nourriture pour faire grandir ce que j'appelle les outils énergétiques, pour faire grandir la mobilisation interne. Parfois, lorsque des personnes me demandent combien de fois on doit faire la pratique par mois, je leur demande combien de fois elles mangent par jour.» Christian

 

 

*

 

"C’est ça la compression énergétique : ce travail qui entraîne ce travail. C'est-à-dire une musculation qui provoque encore un espace d'une autre musculation. Une activité qui entraîne la possibilité d'une autre activité. 
Là, c'est vraiment : aide-toi et le Ciel t'aidera. C'est ça l'essence même de la progression des techniques de la Voie Directe. Chaque technique provoque un changement de chimie interne permettant d'aller toujours plus loin dans l'utilisation des mêmes moyens." Envol 2 

 

 

 

 

 

« Mon ami, ta pratique quotidienne montre

ce que tu es!»

Homme Tigre 13 

 

****

 

Cerveau biologique

 

«En fait, quand vous pratiquez, c'est une rencontre avec vous et en vous il y a ces deux mouvements (celui du Treillis, celui du Ciel). Lequel va être prioritaire puisque vous, vous savez que vous êtes limités par le cerveau biologique, qui n'a la capacité de décoder mécaniquement qu'un mouvement : celui qui est prioritaire. Au même titre que le système nerveux ne peut pas décoder deux douleurs importantes en même temps. C'est pour ça que lorsque vous avez très mal aux dents, vous vous pincez ailleurs très fort et pendant le temps où il y a la douleur plus forte ailleurs, vous n'avez plus mal aux dents. Par cette connaissance-là, par cette connaissance de la limitation mécanique du cerveau biologique, vous savez quelle est l'importance de la mise en mobilité d'un mouvement ou d'un autre puisque c'est avec celui-là que vous allez vivre et décoder l'espace....

 

Sans pratique, nul ne peut progresser parce que sans pratique, le côté du Ciel en vous n'arrivera pas à être suffisamment dynamisé pour qu'il puisse être décodé couramment par le cerveau biologique dans la vie du quotidien.....

 

Comme vous êtes installés dans un monde reptilien, ce monde reptilien va agiter et utiliser le mouvement du Treillis, de la matrice, puisque de toute manière le cerveau reptilien est déjà fabriqué à partir du Treillis et de la matrice. En conséquence, quand vous utilisez les moyens du cerveau reptilien, vous alimentez automatiquement la matrice. D'où l'importance de percevoir le côté Ciel en vous, de le mettre en oeuvre, de le dynamiser enfin que son mouvement seul soit prioritaire pour vous. Et en conséquence qu'il n'y ait plus de difficultés dans votre vie puisque le cerveau biologique décode le mouvement prioritaire. Le cerveau biologique n’est qu'un simple outil. Et là, la vie n'est plus difficile, vous entrez dans la facilité. Vous n'avez plus d'efforts parce que dans ce mouvement-là, dans cette matière du Ciel, il n'y a pas la peur, il n'y a pas le doute, il n'y a pas d'épuisement. Au contraire, il y a de l'enthousiasme, de l’amour qui déborde etc. Alors, faites très attention à ça parce que sans pratique nul ne peut progresser....

 

Et prendre sa vie en charge c'est automatiquement pratiquer, c'est-à-dire mettre en activité tous les outils à l'intérieur du corps pour faire en sorte que le mouvement de la Dignité, que le mouvement du Ciel soit prioritaire à l'intérieur de son corps afin que le cerveau biologique puisse décoder son mouvement et vivre avec lui...

 

Hélas, tous les grands spirituels parlent de Dieu, des jolis oiseaux, de l'amour universel, mais on est résumé tout simplement à un outil mécanique qui s'appelle le cerveau biologique qui ne peut pas décoder les deux flux en même temps. Alors, ça ne sert à rien de faire rêver. Ça ne sert à rien du tout. Il faut remettre en mobilisation des outils que vous avez à l'intérieur du corps. C'est pour ça que je n'aime pas que vous parliez de méditation car il y a toujours une connotation de spiritualité. Là, ce sont des pratiques très techniques qui remettent en état des outils, qui permettent de décoder autrement la vie....» Christian