Orgueil

 

« Dès que tu deviens humain, tu prends l’orgueil avec toi, c’est comme les poils accrochés à ta peau. L’orgueil n’est donc pas un élément énergétique mental, ou psychologique, ou culturel. C’est strictement énergétique, c’est strictement physique ! dès que tu rentres dans le monde humain, tu prends l’orgueil comme paquet sous le bras.

 

Et l’orgueil, qu’est-ce que c’est ?

 

L’orgueil, c’est se définir en tant que centre du monde, en tant que centre de l’espace. C’est le petit enfant qui dit à sa mère, « maman, la table est mauvaise, elle m’a fait mal », parce qu’il s’est heurté sur cette table là. Il n’a pas défini encore la table en tant qu’extérieur à son espace, en tant qu’extérieur à lui-même … la table lui fait une douleur donc elle est mauvaise....

 

.....L’orgueil c’est se placer comme centre du monde, c’est tout définir en terme d’avantage ou en terme de désavantage pour soi, en tant que gain ou perte… Toi tu es venu en générosité, tu es venu pour donner, pour être fluide et tout d’un coup : « certifié orgueilleux » … et hop, tu te sens bien rétréci d’un coup, il commence à se perdre cette fluidité à l’intérieur de toi, cet amour spontané qui s’était établi et qui s’établit dans le cœur.» C.L.

 

*

 

 « Cette Présence a travaillé énormément pour te faire aimer les petites choses. Et tu comprends qu’aimer les petites choses c’est de porter attention au geste. De porter attention au geste et pas au but. Pas à l’objet qui va être créé, mais au mouvement du geste … oui à la main … et c’est Elle qui t’a fait marcher sur la terre pour que tu n’aies pas la caresse de la terre et que tu sentes la brûlure de la terre … mais que tu l’acceptes … que tu deviennes humble, parce que la terre brûle … et que tu acceptes que ce soit comme cela.

Et c’est comme cela que ne s’est jamais développé ton intérêt propre. Et cette Présence a toujours œuvré pour casser une situation qui aurait développé ton orgueil.

 

Et là tu perçois que développer son orgueil,

c’est la prétention à l’objet créé.

 

C’est abandonner l’attention exclusive au geste et au mouvement … abandonner l’affection exclusive au mouvement et au geste.

Il ne s’agit pas des gestes matériels comme savoir éplucher un légume, ou faire attention à la manière de lacer ses chaussures, c’est le geste de la participation.

Qui agit ? Cette attention sur le geste dans la participation permet à quelque chose en toi de comprendre le « qui agit ». Et que sans cette affection au geste, sans l’intérêt exclusivement porté sur l’objet créé et sur le résultat, tu ne peux pas comprendre et voir « qui » agit dans la création. Et c’est tout ce qui fait la différence entre l’humble de cœur et l’orgueil prétentieux.» Christian

 

 

*

 

« Je le laisse à son bain de jouvence. Il est tout enthousiasmé de cette possibilité d’action… Il ne sait pas encore que l’homme préfère dire au sombre « je t’aime » car la Force du sombre leur donne des pouvoirs sur les autres et le noueux de l’homme est l’orgueil qui veut tout commander et contrôler.

Car si on dit à cette Force de Vie « je t’aime » on n’est rien par soi-même… On est cette Force en action et elle dirige tout…

Mais pour l’homme ordinaire, ne rien diriger par soi-même, c’est être en prison… Même si la vie est remplie d’or !»

Homme Tigre 67