Reconnaissance

 

 

« C’est une démarche amoureuse de l’enfant pour son environnement,

 

… il va lui-même se mettre spontanément dans des états émotionnels qui correspondent à la méthode émotionnelle, au sens émotionnel de l’environnement dans lequel il est pour dire « voyez-vous, je fais comme vous, je suis comme vous, je suis l’un des vôtres ».

 

Je vais te prendre un autre exemple pour que tu perçoives encore mieux ce phénomène très précis: Quand tu es invitée chez des amis pour quelques jours et bien, tu te plies à leurs règles. S’ils se lèvent le matin à huit heures, tu ne vas pas dire, « ah moi, c’est à six heures et demi que je veux mon petit déjeuner » ; tu te plies à leur mécanisme, c’est naturel et c’est normal ; En plus, si tu les aimes, tu vas chercher à comprendre leur mécanisme, tu vas les accompagner dans le mouvement, tu comprends ?

C’est le fonctionnement amoureux de la première loi énergétique, tu vas les accompagner dans le mouvement, et c’est ça qui est quelque chose de terrible, puisque c’est le fonctionnement amoureux, c’est le fonctionnement dans la Dignité de la première loi énergétique qui va permettre la manipulation de l’être par son environnement et la création de l’objet énergétique émotionnel.

 

Perçois-tu l’importance de tout cela? Tu aimes cet environnement, tu vas donc faire comme lui. L’enfant va faire comme les adultes et il va commencer à être bien éduqué et être reconnu comme bien éduqué lorsque, spontanément, de lui même, il va créer l’objet émotionnel en se soustrayant au fait simple, normal, naturel de base. Il sera donc reconnu par l’environnement, en fonction de la qualité de l’objet émotionnel qu’il va créer selon les modalités de création et de mouvement de l’environnement dans lequel il est. Et là, c’est ce deuxième piège.

 

Par cette deuxième perversion, il est rentré dans le domaine de la reconnaissance. L’environnement va le reconnaître à partir du moment où il va parfaitement reconduire et reconstituer les faits émotionnels, l’objet énergétique émotionnel selon les conditions parentales et familiales, ou d’une manière générale, de son environnement.

Et ainsi, sans s’en rendre compte, pour être reconnu, pour faire partie de la famille, du groupe, l’enfant va de lui-même, mettre en place à l’intérieur de lui, le système émotionnel qui est un objet directeur, un fil directeur de la famille et c’est ainsi, que l’on peut dire « tiens, lui il est bien de telle famille ». C’est ainsi que la famille reconnaît aussi son rejeton par rapport à la création de cet objet émotionnel.

Cette création va se faire à l’intérieur de lui, il va même pouvoir se rendre malade, transformer continuellement son système physique et affectif, tout son élan naturel à la vie, pour participer à l’environnement dans lequel il est, pour être reconnu par lui…

 

Par ce souci de reconnaissance il va être manipulé et il va l’être sur le meilleur de lui-même parce qu’il est venu pour aimer le monde, il est venu pour participer au monde, et donc il est normal qu’il commence à participer à ce qui existe là, et à vivre selon le mouvement qui est là, de son environnement parental, de son environnement familial et sans s’en rendre compte, il va perturber continuellement tout son système de la constatation, toute son intelligence intuitive. C’est ainsi que l’enfant, de très rayonnant au début, va petit à petit s’éteindre, et devenir un objet social, un objet familial. Il est piégé par le phénomène de la reconnaissance, parce que si à un moment donné, il perçoit qu’il est dans une voie fausse, qu’il est dans un système de création émotionnelle faux, et qu’il commence à regarder différemment, à constater différemment, c’est à dire à développer cette Présence, alors l’environnement va être sourcilleux, parce qu’il va percevoir qu’il y a une autre règle du jeu qui s’installe à l’intérieur de son espace, et si l’écart devient trop important, l’environnement dira à l’enfant :« tu n’es plus mon fils, je ne te reconnais plus » et pour l’enfant, cela va être intolérable, parce qu’il est venu pour participer à un environnement, il est venu pour être amoureux de la vie, et il ne peut pas concevoir qu’on puisse lui dire « je ne te reconnais plus, je ne t’aime pas » et cela va être terrible pour lui et dans la fragilité émotionnelle dans lequel il est, et bien, il va abandonner son regard, il va abandonner sa constatation…

 

Pour continuer à être reconnu, et pour continuer à être bien reconnu, il faut être créateur de l’objet énergétique qui est la base émotionnelle de la famille … il va en rajouter, il va montrer qu’il sait même mieux faire que les autres !!!!Le tout petit de l’homme passe systématiquement par cette phase, mais va-t-il pouvoir se tirer d’affaire ? Va-t-il pouvoir mettre fin à cette situation perverse de la reconnaissance qui conduit systématiquement à la reconstitution de l’objet énergétique, à la reconstitution de l’objet émotionnel? C’est très difficile parce que dans l’exemple que je te prends, il y a une action de l’extérieur sur l’enfant, mais cela ne se passe pas seulement à l’extérieur mais aussi à l’intérieur de l’enfant, qui petit à petit, conduit et fabrique une image de lui-même, fabrique un système de conduites émotionnelles. Il fait sa propre carte routière de son circuit énergétique et donc, en finalité, le danger et l’adversaire à la Dignité, c’est la reconnaissance que l’enfant va avoir par rapport à lui-même…Comprends-tu l’importance de cela ?…

 

.... Donc laisse cette présence se faire, et observe, plutôt regarde, puisque observer peut vouloir dire qu’il y a l’observateur d’un côté et l’observé de l’autre… regarde-toi dans les événements, regarde-toi agir, regarde-toi en train de te nourrir des autres et regarde-toi lorsque les autres se nourrissent de toi, et regarde ainsi tout le système émotionnel qui se met en place… Et par cette attention extraordinaire aux événements de la vie, mais une attention qui est souple, relaxe, tu auras la possibilité physiquement de constater, cette présence de la reconnaissance et physiquement tu constateras que tu cherches toujours à être reconnue et que tout ce système de reconnaissance est celui qui conduit ta modalité d’action dans ton nourrissage. Si tu perçois bien la présence de cette volonté à être reconnue, alors si tu restes dans la détente, si tu restes dans la relaxe de ton regard, il va se développer un humour colossal de toi-même par rapport à toi-même. Ne change rien aux choses. Les choses, les événements sont là pour t’apprendre, la libération se fait par la connaissance, il n’y a ni bien, ni mal, il y a action tout simplement avec toute la conduction de la cause et de l’effet qui se développe à partir de là … mais là, si tu veux te libérer de cette chaîne de cause à effet, de cette chaîne karmique, il faut que tu comprennes les causes qui conduisent aux effets actuels de tes actions,… tu comprends ?

Il faut que tu comprennes cela, il faut que tu perçoives physiquement comment tu agis exclusivement avec des objets énergétiques illusoires, fabriqués tout simplement par le système émotionnel, par le système sensitif...

C’est difficile à expliquer, mais si tu vis cela avec beaucoup d’attention, tu percevras un bonheur dans ton corps, tu le percevras physiquement, car le bonheur est biologique, il n’est pas une manipulation mentale, et lorsque tu es dans ce regard qui est un mouvement du flux de la Dignité, il y aura cette joie… laisse-toi couler dans cette joie, continue à regarder …» Christian

 

« Tu dois constater que les choses sont ainsi, et c’est là où l’état de la Présence est très, très importante, parce que tu as déjà perçu que cette Présence-là conduit à un plaisir et un contentement, une joie intérieure, parce que cette Présence, c’est le mouvement à l’intérieur de l’homme du flux de la Dignité, du flux originel, et ce mouvement conduit à une joie spontanée.

Alors sans trop bien comprendre ce qui se passe, reste avec cette joie, reste avec cette constatation, ne cherche plus à être reconnue, ne participe plus à un environnement en fonction de sa reconnaissance, mais seulement en fonction de ce que tu trouves de ce qui est juste et bon de faire.

Tant pis si les autres applaudissent, ou critiquent, tu ne devras plus être attentif autant aux applaudissements qu’aux remerciements, puisque les deux sont liés toujours à la recherche de la reconnaissance. Tu feras les choses comme elles devront être faites, même si c’est imparfait, cela ne fait rien … parce que tu seras présente dans cette imperfection, et tu comprendras de proche en proche, tout le mécanisme.» Christian